TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Campagne : un refuge contre l’adversité

Décryptage de Josette Sicsic, Futuroscopie



Dans ce nouvel article sur les symbolismes et les imaginaires, nous vous proposons d’évoquer la campagne après avoir abordé la montagne. Un territoire très prisé surtout par les temps épidémiques que nous vivons. Signifiée par toutes les teintes de vert, proche ou éloignée, la campagne a toujours été un territoire touristique à part entière dont les images soumises aux vents des modes se sont modifiées au cours des décennies passées. Dopée par les prises de conscience écologiques, elle est au cœur des dynamiques d’aménagement et au cœur d’imaginaires en plein renouvellement. (Lire en fin d’article encadré sur les définitions des mots : mythes, légendes, symboles, imaginaires).
(SUITE DE L'ARTICLE RESERVEE AUX ABONNES)


Rédigé par Josette Sicsic (Futuroscopie) le Mercredi 30 Décembre 2020

La campagne pour le moment, a bonne presse, convoitée par les urbains en mal de vie saine, rejointe par des néo ruraux en quête d’une nouvelle vie. - Depositphotos.com volokhatiuk
La campagne pour le moment, a bonne presse, convoitée par les urbains en mal de vie saine, rejointe par des néo ruraux en quête d’une nouvelle vie. - Depositphotos.com volokhatiuk
D’une fonction purement agricole, la campagne a évolué vers une fonction d’agrément avec le développement des classes dites de loisirs. Où ? En Europe et essentiellement en Angleterre. Quand ?

Dès le dix-huitième siècle, lorsque les villes sont devenues, à l’aube de l’ère industrielle, en partie le théâtre de la vie laborieuse d’un nouveau prolétariat. Campagne de proximité, châteaux, manoirs, oisiveté entrecoupée de quelques rituels mondains parmi lesquels la promenade, l’équitation, la chasse et le golf... la campagne s’est rapidement auréolée d’images aristocratiques convoitées dans les décennies suivantes par la bourgeoisie.

Une bourgeoisie soucieuse d’imiter et de reproduire des modes de vie « où le loisir ostensible est l’indice le plus recherché de l’honorabilité » (comme l’écrit T. Veblen). Avec les premiers mouvements d’exode rural, les régions de campagne délaissées par leur population initiale de paysans, bergers, fermiers... sont devenues après guerre la destination de choix des classes moyennes laborieuses bénéficiaires des premiers congés payés. Une nouvelle génération de vacanciers côtoyait dans les mêmes campagnes les villégiateurs les plus aisés.

Mais, au cœur des Trente Glorieuses, ce sont des territoires comme la mer et l’or blanc qui faisaient plus recette qu’un « espace rural » jugé par beaucoup inhospitalier, inconfortable, ennuyeux, voire effrayant. Il faudra donc attendre les premiers balbutiements de la sensibilité environnementale, la prise en compte par les politiques publiques de la nécessité d’équiper un espace en voie de désertification, l’explosion de mouvements comparables à celui des Gîtes de France, pour que le tourisme vert réinvente son image et devienne un tourisme désirable et désiré. Par qui ? D’une part, par une bourgeoisie bohème urbaine plus pressée d’y reproduire ses habitudes dans un territoire façonné selon ses goûts que de vivre à l’heure agricole. (Comme le soulignent des auteurs comme JD Urbain (La troisième campagne) ou l’essayiste Philippe Murray (Homo festivus).

D’autre part, par des légions de randonneurs, cyclistes, amateurs de pêche à la ligne, cueilleurs de champignons, cavaliers... en quête d’espaces de loisirs ouverts, oxygénés, chlorophylisés, ressourçants et respirables. Dotée d’une fonction thérapeutique, la campagne devient entièrement synonyme de nature, donc de nature originelle, donc de santé. Une vocation de plus en plus développée aujourd’hui et promue.

Symbolisme

La campagne, c’est d’abord et surtout la terre nourricière. Celle d’un monde offrant aux hommes et êtres vivants les aliments dont ils ont besoin pour subsister. En dehors de ce symbolisme profondément lié à la vie, la campagne est constituée d’éléments végétaux vivants dont la force symbolique domine l’imaginaire lié à la campagne. Lesquels ?

Forêt : À la campagne, la forêt constitue l’une des composantes dominantes. Elle renvoie généralement à une notion de différence entre l’ici et l’ailleurs. Elle marque la limite spatiale entre la colonisation du territoire par l’homme et la nature sauvage. Pour les Romains, les enfers étaient protégés par des forêts sacrées.

Au Moyen-âge, les brigands, les fous, les lépreux, les proscrits, les ermites et les persécutés s’y réfugiaient. C’est un milieu fermé qui peut devenir un lieu d’asile pour les rebelles de la société (on pense à Robin des Bois). La forêt est donc un espace naturel, sauvage et mystérieux, qui a toujours fasciné les hommes. C’est en effet un monde sombre avec des bruits étranges qui peuvent parfois inquiéter.

Cette étrangeté lui donne une dimension occulte qui l’associe dans nos imaginaires à la magie. C’est le lieu des enchanteurs, des chamans, des sorciers qui pratiquaient leurs arts dans la forêt afin de puiser leur force dans cette nature puissante.

L’arbre :
Lorsqu’on évoque la forêt, nous pensons tout de suite aux arbres qui la composent. Au cœur d’une forêt omniprésente, l’arbre est devenu un symbole central dans une multitude de sociétés humaines. Par ses racines s’enfonçant dans le sol et ses branches s’élevant dans l’air, il relie la terre et le ciel, la vie terrestre et l’au-delà. L’arbre est l’un des thèmes symboliques les plus riches et les plus répandus. Il existe des arbres sacrés dans de nombreuses civilisations. C’est le symbole de la vie en perpétuelle évolution (l’arbre des générations).

Olivier d’Orient, bouleau sibérien, chêne de Bretagne, frêne de Scandinavie, cèdre du Liban, baobab d’Afrique, sapin d’Amérique, if d’Europe, etc., tous ces arbres ont nourri une série de mythes qui associent le monde de la nature au monde de la création, le cycle de la vie au cycle de la mort ou de la renaissance.

Figure axiale, il est tout naturellement le chemin ascensionnel par lequel transitent ceux qui passent du visible à l’invisible : Nous pouvons ainsi rapprocher l’arbre aussi bien de l’échelle de Jacob que du poteau chamanique, que de l’arbre soutenant les maisons dans la tradition judéo-chrétienne. Et l’arbre, c’est aussi la colonne vertébrale soutenant le corps humain, temple de l’âme.

Demain : les imaginaires en mouvement

La campagne pour le moment, a bonne presse. Convoitée par les urbains en mal de vie saine, rejointe par des néo ruraux en quête d’une nouvelle vie, loin du stress et de la pollution, mieux équipée, mieux desservie, mieux connectée, la campagne et tous les éléments qui la composent : lacs, rivières, forêts, moyenne montagne... n’est plus un espace touristique « de laissés pour compte ».

Au contraire, renouant de manière de plus en plus sensible avec son rôle de conservateur de modes de vie traditionnelle et surtout de producteur d’aliments sains, via ses petites exploitations de produits bio, originaux et de grande qualité, vendus en circuits très courts, elle s’impose comme un territoire synonyme de santé et de plaisir. Et plus que jamais de sécurité.

Par ce truchement, elle se pose insensiblement en défenseur d’une idéologie quasi animiste en version vingt-et-unième siècle qui reconnait l’existence et le droit à la reconnaissance de tous les êtres vivants, qu’ils soient arbres, rivières, forêts et surtout animaux. Une montée en puissance portée par la vague écologique, certes, mais aussi par le travail de nombreux scientifiques capables de démontrer que monde animal et végétal ont des émotions qu’il convient de respecter.

S’agit-il d’un retour à l’animisme unanimement partagé par les peuples primitifs ? En partie. D’autant que notre monde en perte de repères a besoin de sens et de nouvelles formes de spiritualité.

MYTHES, LÉGENDES, SYMBOLES : DÉFINITIONS

Les mythes comme les légendes font partie de la tradition orale des peuples. Il s’agit toujours de narrations transmises de générations en générations et qui marquent la culture populaire. Mais, des différences s’imposent :

Imaginaires : L’imaginaire se construit individuellement en fonction des images et des signes qui accompagnent la vie d’une personne : livres, cinéma, époque, lieu de vie. Il est complété par un « imaginaire collectif » variable selon les cultures.

Légendes : C’est un récit folklorique qui fait intervenir des éléments de fiction pouvant se baser sur un événement historique. Une légende a vocation à expliquer des évènements historiques ou des évènements propres à une communauté. La légende s’enrichit toujours du bouche-à-oreille et évolue au fil du temps en fonction de la portée qu’on souhaite lui donner. Pour cette raison, une légende peut être différente d’une population à une autre car elle s’adapte aux circonstances et aux nécessités de chaque communauté. (Ex. : La légende du cheval de Troie et La légende des chevaliers de la table ronde).

Le mythe : Le mythe est également une narration à caractère merveilleux dont le rôle principal est généralement joué par des personnages surnaturels et héroïques. Mais à la différence de la légende qui cherche à narrer un évènement historique, le mythe cherche à expliquer l’origine du monde, les phénomènes naturels ou certains aspects du religieux liés à la civilisation à laquelle il est rattaché. Parmi les mythologies les plus célèbres : la Bible, la mythologie égyptienne, romaine, grecque, scandinave, celtique etc. (Ex. de mythes : Les mythes de la création du monde, le mythe du déluge, le mythe de la boîte de Pandore etc.).

Le symbole :
Les mythes comme les légendes sont des récits parsemés de symboles : Ces symboles apparaissent sous la forme d’images, d’objets, de couleurs, de chiffres, d’éléments. Ils ont toujours une fonction révélatrice : Les symboles sont une réalité visible et accessible aux cinq sens qui invitent à découvrir une réalité invisible. Dans notre réalité quotidienne, les symboles apparaissent essentiellement dans nos rêves nocturnes car notre inconscient fonctionne par images. Le symbole n’est pas figé dans une signification unique. Il est polysémique.

Lu 2268 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 5 Mai 2021 - 16:22 La nature revendique des droits









































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias