Nos bureaux sont fermés du 02/08 au 22/08. Retour de la newsletter quotidienne le 23/08/2021. Bel été !
TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


FUTUROSCOPIE : la photographie de voyages, un présent en mutation, un avenir à inventer

Entretien avec Gil Giuglio, photographe de tourisme



Depuis que les smartphones sont entrés dans les poches de la majeure partie de l’humanité et que la puissance d’Internet a permis de diffuser des milliards d’images aux quatre coins de la planète, la photo a perdu de son aura et le métier de photographe s’en est souvent trouvé dévalorisé. Le secteur touristique dont la promotion reste encore totalement dépendante de l’image a du subir les conséquences de cette mutation et s’adapter à une nouvelle donne. Une donne dans laquelle les photographes amateurs pullulent et deviennent les vedettes de réseaux sociaux leur ouvrant grand leurs portes, souvent sans le moindre discernement. Alors que les journalistes professionnels se voient aussi damer le pion par les blogueurs et autres influenceurs, souvent éphémères et de plus en plus souvent rétribués pour leur « influence », c’est un monde qui s’achève et un autre qui se construit, tant bien que mal, sur des écrans et encore sur du papier glacé.
Pour aborder ce sujet complexe et polémique, nous avons donné la parole à Gil Giuglio, photographe de voyages qui nous fournit sa vision du métier en mutation de photographe.
Cet article FUTUROSCOPIE est exceptionnellement offert à nos lecteurs, pour en savoir davantage sur les abonnements cliquez ici.


Rédigé par Josette Sicsic (Futuroscopie) le Jeudi 17 Juin 2021

Auto-portrait de Gil Giuglio, photographe de voyages - DR
Auto-portrait de Gil Giuglio, photographe de voyages - DR
Futuroscopie - Le métier de photographe de tourisme est-il toujours viable sur le plan matériel ?

Gil Giuglio :
De manière générale, non, plus vraiment. Même s'il reste des niches, la dévaluation et surtout la profusion de photos ont perturbé tout ce marché. (En l'occurrence le mien : la presse voyage).

Certes, sur des domaines où les concessions qualitatives sont impossibles comme la photo industrielle, on peut encore vivre de son métier. À condition d’avoir des connaissances technologiques liées au studio et qui ne peuvent pas s’apprendre sur un webinar. Même si ça a toujours été le cas, il faut être encore plus agressif qu’avant pour attirer des marques qui payent encore des photos.

À mon avis deux problèmes se posent pour qu’un photographe professionnel vive de ses photos :

- La profusion d’images faussement « belles » que les logiciels de traitement du type Instagram ont mises sur le marché constitue l’un des premiers problèmes. La tendance étant à l’utilisation d’images pour des formats téléphone, ce qui est à la limite, supportable. Mais, la contrepartie c’est que l’on a donné l’illusion à des tas de gens créatifs, mais pas forcément photographes, qu'ils étaient les nouveaux Salgado !

Certes, la tendance semble s’atténuer au profit de plateformes majeures de qualité, mais qui payent 0,40 centimes une image libre de droits. Le problème est donc insoluble pour le moment.

Futuroscopie - Quelles sont les nouvelles contraintes ?

Gil Giuglio :
Désormais, il faut savoir tout faire et adieu le temps libre que nous avions dans les années 90. Cette époque est bel et bien terminée et je crains qu’elle ne revienne pas.

Prenons mon exemple : dans la presse tourisme, mon job autrefois consistait à me lever le matin en me disant « Tiens, ça fait longtemps que je n’ai pas vu les Bahamas. Allez, je vais donc monter un sujet là-bas ! ». Je travaillais alors pour 7 ou 8 magazines et j'avais un stock en agence qui me permettait en plus de toucher régulièrement un Smic.

A mon retour de reportage, la seule tâche qui m’attendait alors était de passer l’après-midi au labo à écrire sur des Post-it les légendes de 40 signes à graver sur les diapos. Tout cela en racontant avec grand plaisir mon voyage aux hôtesses d’accueil et à mes confrères.

Aujourd’hui, 8 jours de reportage représentent 8 jours environ de post production, d’éditing, de diffusion promotionnelle, etc. On est donc loin de la belle époque !

Mieux, ou pire, on est l’homme-orchestre de sa petite entreprise. Un homme orchestre qui doit savoir écrire, avoir des connaissances SEO, faire tourner un blog, un site de e-commerce sur un fichier qualifié, animer une communauté et maîtriser parfaitement une deuxième langue, voir une troisième.

Cet article exceptionnellement en libre accès, devrait vous donner envie d’en lire d’autres de la même veine, en accès payant, dans FUTUROSCOPIE. Sauf si vous êtes déjà abonné du MemberShipClub by TourMaG.com.

Futuroscopie - Quelles sont à l'inverse les nouvelles qualités de ce métier, sur le plan technologique et celui de la diffusion ?

Gil Giuglio :
Eh bien paradoxalement, les nouvelles qualités sont celles que je viens d’énumérer. Au moins vos photos sont visibles partout sur le globe. Même si elles sont noyées dans une profusion de productions hallucinantes, elles sont accessibles pour qui a envie de les regarder.

Les champs quasi illimités des IPTC ont également permis d’écrire des légendes plus exhaustives et de ne plus se contenter d’un « Malaisie, îles Langkawi » en bas de la diapo. Moi qui ai toujours confondu mon métier avec celui d’un ethnologue, ça me va finalement très bien.

Futuroscopie - Le monde est-il toujours photogénique ? Jusqu'à quand ?

Gil Giuglio :
Oui, le monde me semble plus photogénique. Même s’il est homogène et qu’en faisant un reportage à Santiago du Chili et l’autre à Strasbourg, vous ayez la même enseigne Starbuck, certaines choses ont bougé dans le bon sens.

Les pyramides de Gizeh ne trônent plus sur un champ inondé de sacs en plastique. Les critères d’environnement des sites de l’Unesco de plus en plus nombreux comptent dans l’affiliation. Les panneaux publicitaires à l’entrée des villes ne sont plus aussi grossiers… Le monde semble en gros plus esthétique et plus soigné.

Avec évidemment partout, des poches de misère et de saleté. Par contre, les gens le sont beaucoup moins « beaux » qu’avant. Si je prends l’obésité, ce problème n’est pas abstrait. Sur les façades blanches et ultra-design de l’architecte Zaha Hadid par exemple, la silhouette d’un personnage aux formes d’une bouteille d’Orangina ne sera pas aussi esthétique qu’une silhouette élancée avec un joli port de tête. Ainsi, va l’humanité.

En fait, on paie des fortunes pour voir des merveilles. Par contre, se balader dans le Louvre en survêtement fluo ne pose pas de problèmes à beaucoup de touristes. Moi si ! Vous le voyez, les paradoxes de nos temps modernes sont loin d’être abolis.

Futuroscopie - Quels effets, selon vous, ont eu les réseaux sociaux sur votre métier ?

Gil Giuglio :
Les réseaux sociaux sont à double tranchant. Encore une fois, ce sont de formidables outils de diffusion pour le travail du photographe qui a au moins la possibilité de faire savoir sur quoi il travaille. Mais en revanche, ils ont un côté addictif qui reste dangereux. Il faut avoir une discipline quasi militaire pour ne pas se faire influencer par exemple par les filtres d'Instagram.

À force d’utiliser Instagram, je travaille mes photos comme les filtres de l’application. Moi qui ai appris sur les bancs de l’école que le « vignetage » était signe d’une optique de mauvaise qualité, je me surprends à l'accentuer sur mes images et j’avoue que cela m'inquiète. Ceci dit, j'ai décroché pas mal de contrats avec les réseaux sociaux. D'où l'idée de vraiment réussir à les maîtriser et il y a beaucoup à faire.

Gil Giuglio est un photographe qualifié et expérimenté depuis l'ère argentique. Il intervient en photo corporate sur un large spectre avec la maîtrise du studio, du portrait, de la décoration et du reportage événementiel. Avant tout, c'est un photo-journaliste encarté, tout aussi actif sur le reportage tourisme & évasion pour la presse et l'édition. Il a publié 420 reportages produits dans 70% des pays du monde et sur la France. Il est membre du bureau de l’AJT (Association des journalistes de tourisme).

Tel+33(0)612313100
www.photo-tourisme.com

Josette Sicsic - DR
Josette Sicsic - DR
Journaliste, consultante, conférencière, Josette Sicsic observe depuis plus de 25 ans, les mutations du monde afin d’en analyser les conséquences sur le secteur du tourisme.

Après avoir développé pendant plus de 20 ans le journal Touriscopie, elle est toujours sur le pont de l’actualité où elle décode le présent pour prévoir le futur. Sur le site www.tourmag.com, rubrique Futuroscopie, elle publie plusieurs fois par semaine les articles prospectifs et analytiques.

Contact : 06 14 47 99 04
Mail : touriscopie@gmail.com


Lu 4170 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias