TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

French bee : de l’Essonne aux prisons égyptiennes

Étonnant, non ?



Une jeune femme originaire de l’Essonne et transportant de la cocaïne vers la Réunion à bord d’un vol French Bee a été arrêtée en Egypte, alors que l’avion avait été dérouté pour le malaise d’un autre passager.


Rédigé par le Mercredi 4 Décembre 2019

"La mule" avait pris place à bord du vol BF700 de French Bee à destination de La Réunion © FB
"La mule" avait pris place à bord du vol BF700 de French Bee à destination de La Réunion © FB
Air Cocaïne : nouvelle saison.

Cette fois, une jeune femme de 27 ans originaire de l’Essonne est depuis le 13 novembre dernier détenue par la police égyptienne après avoir été arrêtée en possession de 1,5 kg de cocaïne qu’elle avait directement scotché sur le corps.

Le parcours de cette « mule », comme on désigne ces personnes chargées de transporter de la drogue contre rémunération (4 000 euros dans le cas présent), a de quoi surprendre.

La jeune femme avait en effet pris place à bord du vol French bee reliant Paris à La Réunion (BF700) et, lors des contrôles sûreté à Orly, rien n’avait été remarqué.

Pendant le vol, à cause de l’état de santé préoccupant de l’un des passagers, le commandant de bord prend la décision de dérouter l'Airbus A350 vers l’aéroport du Caire.

Après cette évacuation, autre coup de « malchance » pour notre « mule » : le ravitaillement en kérosène se fait attendre et les contraintes réglementaires empêchent les équipages de repartir immédiatement.

25 ans de prison ?

Après une nuit à l’hôtel, nouveau passage aux contrôles sûreté. Cette fois, grâce à une fouille plus minutieuse et une palpation, le sachet de cocaïne est trouvé par les policiers de l’aéroport du Caire.

D’après l’avocat de la Française, qui s’exprime dans Le Parisien, elle risque une peine de 25 ans, voire la perpétuité si le trafic de drogue est retenu.

« Elle était persuadée de transporter des médicaments et donc de risquer au maximum une amende », justifie l’avocat de la jeune femme, qui voyageait par ailleurs avec sa fillette de 2 ans, rapatriée depuis en France.

Médicament ou pas, trafiquante ou simple victime, ce fait divers ne manquera pas d’interroger dans tous les cas sur les procédures de contrôle des aéroports parisiens.

D’autant plus que les autorités de l’Île de la Réunion font face depuis un an à un afflux de jeunes métropolitains transportant, en avion, des stupéfiants dans leurs bagages.

Pierre Georges Publié par Pierre Georges Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Pierre Georges
  • picto Instagram
  • picto Twitter
  • picto email

Lu 5249 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance