TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo Futuroscopie  




Futuroscopie - Majorque, les contradictions du tourisme espagnol 🔑

Le décryptage de Josette Sicsic (Futuroscopie)


Rien de tel qu’un séjour en Espagne pour redécouvrir les richesses de la destination mais aussi ses défauts. Lesquels sont liés, ici comme ailleurs, à une contradiction permanente entre objectifs qualitatifs et performances quantitatives. Pour l’exemple, jetons un coup d’œil sur Majorque où se déversent annuellement environ 17 millions de touristes dont 2,5 millions sont des nationaux.


Rédigé par le Mercredi 26 Juin 2024

Parmi les plus prisés, l’archipel des Baléares pour sa part, et notamment l’île de Majorque, se savent à la croisée des chemins - Photo JS
Parmi les plus prisés, l’archipel des Baléares pour sa part, et notamment l’île de Majorque, se savent à la croisée des chemins - Photo JS
La Une du très sérieux quotidien espagnol : El Pais du 22 juin dernier, était sans ambiguïté : Oui, la maire de Barcelone a annoncé un plan tendant à éliminer toutes les locations d’appartements touristiques de la ville dans les cinq ans à venir, soit en 2008.

Certes, ajoute le quotidien, la mesure ne sera pas facile à faire passer compte tenu des 9600 licences déjà accordées à des propriétaires qui iront sans aucun doute devant les tribunaux et tenteront d’obtenir des dérogations. De plus, il convient de noter que la délivrance de nouvelles licences étaient figées depuis 2014.

Tandis que, selon l’association Apartur, on ne réglera pas le problème du surtourisme en supprimant des locations qui concernent moins d’1% du parc locatif total de la ville. On ne réglera pas non plus le problème de logement que connaît le pays en supprimant une activité qui crée tout de même quelque 5000 emplois.

D’un côté ou de l’autre des Pyrénées, la situation des meublés touristiques est donc aussi préoccupante. A Barcelone, elle l’est d’autant plus que le tourisme est devenu la quatrième source d’inquiétude des habitants, derrière l’insécurité, le pouvoir d’achat et la propreté !


Majorque : un activisme de plus en plus organisé

Le Cap de Formentor à Majorque - Photo JS
Le Cap de Formentor à Majorque - Photo JS
Pour protester contre cette situation, plusieurs associations locales ont donc appelé à une manifestation dans la ville le 6 juillet sous le mot d'ordre suivant : "Assez ! Mettons des limites au tourisme !" qui, c’est vrai est devenu dévastateur pour l’ambiance et l’âme de la capitale catalane !

Autre grande démonstration de force prévue contre la saturation touristique, celle des habitants des îles Baléares (Majorque, Ibiza, Minorque, Formentera), devrait avoir lieu le 21 juillet en pleine saison touristique.

Convoquée par la plateforme « Menys Turisme, Més Vida » (moins de touristes, plus de vie) et un réseau d’associations et de groupements locaux, cette manifestation devrait se traduire soit par une paralysie de l’aéroport qui reçoit environ 1000 vols par jour en moyenne, soit par des défilés dans les centres villes.

Un signe de plus du ras le bol des populations locales excédées par les conflits habituels liés au tourisme : conflits d’usage, emploi mal rémunéré, diminution du parc locatif, atteinte à l’environnement !

Un avenir touristique pourtant très prometteur

Il faut convenir qu’au même moment, pour preuve de la légitimité de l’activisme local, le quotidien El Mundo, autre quotidien très populaire, consacre sa une du 24 juin à l’avenir du tourisme espagnol qui, selon les dernières estimations de Deloitte devrait accueillir en 2040 110 millions de visiteurs internationaux, suivi par le France qui n’en recueillerait que 105 millions et les USA :100 millions, puis la Chine et le Mexique.

Et cela, parmi une population totale de voyageurs de l’ordre de 2,4 milliards de voyageurs qui seront essentiellement chinois, nord-américains, allemands, britanniques et indiens !

En définitif, conclut l’étude : 45% du total des voyageurs internationaux se concentreront sur quatre destinations clés : la Méditerranée, le sud-est asiatique, le Moyen Orient et la Caraïbe. Et sur le bassin méditerranéen : l’Italie, la France et l’Espagne.

Laquelle présente, outre son balnéaire, deux villes qui, depuis 2023, apparaissent au cinquième et septième rang des villes les plus recherchées sur Google : Barcelone et Madrid (respectivement 1.5 % et 1.6% des requêtes). Avec des séjours de 8 jours en moyenne pour les visiteurs proches et de 16 jours pour les visiteurs lointains dont plus de 80% logeront toujours à l’hôtel et arriveront en avion !

Du côté de Majorque, le changement

Parmi les plus prisés, l’archipel des Baléares pour sa part, et notamment l’île de Majorque, se savent à la croisée des chemins.

Très pénalisée par l’image catastrophique révélée depuis des années par les médias à l’affût de spectaculaire, la grande île ouverte au tourisme dès les années cinquante, est certes le théâtre d’excès de la part de jeunes vacanciers (souvent britanniques) attirés par son soleil, ses prix, sa vie nocturne et ses interminables beuveries.

Résultantes d’années de laxisme, ces pratiques entachent toujours l’image et troublent le quotidien des populations locales et des vacanciers plus sages souvent effarés par le spectacle des débordements qui leur offert.

« C’était pire qu’un carnaval ! » s’écrient trois jeunes françaises ayant eu la curiosité de passer quelques heures à Magaluf, une station proche de Palma où les séjours se négocient à quelque 300 Livres sterling, la semaine !

Un virage indispensable et salutaire

Pourtant, au même moment, les autorités touristiques font campagne sur le marché européen, sur le virage environnemental de l’archipel.

Mettant l’accent sur la culture, le patrimoine, la gastronomie et la qualité exceptionnel de l’environnement naturel, cette campagne s’accompagne de véritables actes. Ainsi, il y a quelques jours, se tenait le Forum eMallorca qui a clairement démontré que le temps est venu de procéder à des changements durables dans le secteur du tourisme. Deux ans plus tôt, les autorités avaient déjà signé un « engagement » tendant à garantir la cohabitation harmonieuse des populations exogènes et endogènes.

Concrètement, une montée en gamme de l’hôtellerie (accompagnée d’une augmentation des prix) démontre également la volonté de ces îles méditerranéennes de développer un tourisme de qualité, réservé à une clientèle plus fréquentable.
On enregistre même l’ouverture du Jumeirah Port Soller Hotel & Spa, un établissement dominant la baie de Port de Sóller, disposant d'une impressionnante piscine à débordement, d’une salle de sport et d'un spa… ( où il faut compter quelque 1000 euros la nuit). Tandis que Palma affiche une vingtaine de 5 étoiles !

- Sur le plan des transports, d’énormes efforts ont aussi permis de mettre en place un réseau de bus desservant toute l’île à un rythme très régulier et fiable.

Pour visiter le cap Formentor par exemple, dans le nord de l’île, un parking est même mis à la disposition des automobilistes afin de leur permettre de circuler par la suite dans cette exceptionnelle région en autobus !

La ville de Palma dispose même d’un métro et une police particulièrement vigilante fait en sorte que les touristes respectent des codes vestimentaires et une conduite acceptables.

- Quant à la vente d’alcool, elle est désormais prohibée à Majorque et Ibiza entre 21h30 et 8 heures dans les zones dites de « tourisme excessif », rapporte Sky News. Et les « boat parties » sont repoussées le plus loin possible des côtes.

- Sur le plan financier, l'« ecotasa » dés 2002, avait rempli aussi ses promesses: en un peu plus d'un an d'existence, elle avait permis de constituer une caisse de 46 millions d'euros. Un montant qui devrait être porté à 60 millions d'euros d'ici à la fin de l’été 2018 et qui avait déjà permis de lancer des projets de protection du littoral…

Mais, quelques-unes de ces mesures ont aussi fait long feu. L’écotaxe a été supprimée sous la pression du lobby hôtelier et les nuits d’Ibiza sont toujours aussi sonores…

Malgré tout : Palma pourrait devenir la prochaine destination tendance

Bien qu’un changement d’image constitue toujours un défi particulièrement difficile à relever, un glissement iconographique me semble donc bel et bien à l’œuvre dans ces îles Baléares particulièrement honnies et dénigrées par certaines clientèles.

Redécouvrant les formidables paysages, plages, littoraux de Majorque , une clientèle de vacanciers « up stream » pourrait faire fonctionner un bouche-à-oreille élogieux, à même de détrôner la notoriété de certaines îles grecques ou italiennes et, mieux, inciter ces futurs vacanciers à profiter des avant et arrière saisons majorquines.

A condition que les tarifs soient gérés, que la qualité suive et que les fêtards s’assagissent...

… ET MADRID POURRAIT BIEN REMPLACER BARCELONE !

Exaspérée par les flux continus de touristes et croisiéristes arpentant nuit et jour les Ramblas, une nouvelle clientèle d’amoureux de l’Espagne est en train de se déplacer vers sa capitale, Madrid. Laquelle a accueilli plus de 10,6 millions de touristes l'année dernière, avec un nombre de visiteurs étrangers en hausse d'environ 23% par rapport à 2022.

Au total, 158 nouveaux hôtels ont aussi ouvert leurs portes à Madrid au cours des deux dernières années. Mieux, la ville qui compte actuellement 38 hôtels de luxe en attend une dizaine de plus d'ici la fin de l'année. « Madrid attire désormais à la fois le segment des hôtels de luxe et celui du super luxe, explique Jorge Ruiz, responsable de l'hôtellerie au sein de l'agence immobilière CBRE.

La plus grande flexibilité administrative pour transformer des bâtiments anciens en hôtels et l'explosion des magasins et des restaurants haut de gamme contribuent à cette tendance ». Selon Euromonitor International, Madrid est désormais classée troisième ville la plus attractive après Dubaï et Paris, qui - pour l'instant - est toujours en tête. ( Sources Bee travel).

Josette Sicsic - DR
Josette Sicsic - DR
Journaliste, consultante, conférencière, Josette Sicsic observe depuis plus de 25 ans, les mutations du monde afin d’en analyser les conséquences sur le secteur du tourisme.

Après avoir développé pendant plus de 20 ans le journal Touriscopie, elle est toujours sur le pont de l’actualité où elle décode le présent pour prévoir le futur. Sur le site www.tourmag.com, rubrique Futuroscopie, elle publie plusieurs fois par semaine les articles prospectifs et analytiques.

Contact : 06 14 47 99 04
Mail : touriscopie@gmail.com

Lu 2338 fois

Tags : sicsic
Notez

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus










































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias