TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : Ryanair, Wizz Air... ou comment voyager sans bagage ?

L’édito de Dominique Gobert



Sans avion pas d’aéroport, disait avec grand réalisme un ancien patron d’ADP, le Général Fleury. Et sans avion, pas de voyage par les temps qui courent, pourraient rétorquer les voyageurs. Sauf que, généralement, quand on voyage… on a un minimum de bagages ?


Rédigé par le Jeudi 11 Octobre 2018

Si j’en crois les nouvelles politiques des compagnies aériennes, va bientôt falloir se déplacer les mains dans les poches, une brosse à dent et quelques pièces coincées dans une doublure de pantalon afin de pouvoir bénéficier b[d’un siège d’avion sans payer ce que, pudiquement, les compagnies nomment les « frais ancillaires » - Photo Depositphotos khunaspix
Si j’en crois les nouvelles politiques des compagnies aériennes, va bientôt falloir se déplacer les mains dans les poches, une brosse à dent et quelques pièces coincées dans une doublure de pantalon afin de pouvoir bénéficier b[d’un siège d’avion sans payer ce que, pudiquement, les compagnies nomment les « frais ancillaires » - Photo Depositphotos khunaspix
On voyage généralement pour le plaisir, les loisirs, les vacances, les affaires.

Et il est extrêmement rare, excepté dans les bons films, que l’on se déplace ne serait-ce qu’avec un très modeste bagage, histoire de changer de culotte et de chemise… propre.

Eh bien, si j’en crois les nouvelles politiques des compagnies aériennes, va bientôt falloir se déplacer les mains dans les poches, une brosse à dents et quelques pièces coincées dans une doublure de pantalon, afin de pouvoir bénéficier d’un siège d’avion sans payer ce que, pudiquement, les compagnies nomment les « frais ancillaires » !

Damned !

Ryanair, toujours à la pointe du progrès en matière de déplacement aérien, (sans doute aussi pour économiser les frais de manutention dans les aéroports qu’il « oblige » à accepter ses conditions), avait déjà donné le ton.

Vous payez un ticket, certes pas très cher (et encore, tout dépend) mais vous avez juste le droit de poser vos fesses sur votre siège et attendre le bon vouloir du commandant de bord avant de décoller. Un bagage, même une petite valoche ? Pas question, sauf à acquitter une somme conséquente…

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Franchement, tout ceci commence à être pénible.

EasyJet, autre compagnie low cost, avait aussi institué une politique « bagages » un peu moins drastique, mais qui, petit à petit, glissait vers l’intolérable…

Une autre compagnie, encore improbable, vient de s’engouffrer dans la brèche, en l’occurrence Wizz Air. Déjà, rien que le nom, ça fait bizarre, mais enfin soyons tolérants…

Comme quoi, le prix d’appel du siège à la vente n’est qu’une vaste fumisterie. Bien sûr, vos clients auront le bénéfice de pouvoir (sous certaines conditions) bénéficier d’un tarif sans équivalent, afin de se déplacer (quand les vols ne sont pas annulés sans prévenir) vers l’Europe. A condition de se déplacer quasi « à poil ».

Le moindre bagage va coûter un supplément totalement inique (et non commissionné) !

Mais jusqu’où va-t-on ? Alors que le transport aérien est en pleine expansion, ce sont tous ces nouveaux prétendants aux tarifs tronqués et généralement mal en points qui truquent le marché, au risque de se casser eux même la figure.

Il suffit de voir récemment la dernière « chute » de Primera Air qui aura laissé sur le carreau quelques milliers de passagers !

Faut arrêter toute cette grande gabegie. D’autant que certaines compagnies traditionnelles, semblent quand même très attirées par ce type de « bénéfices ancillaires ». Et là, ça devient très dangereux.

Enfin, façon de parler. Après tout, certaines compagnies long-courrier, qui se réclament low cost, proposent aussi des tarifs quasi sans bagage. Mais, imaginez-vous une seconde qu’une famille partant passer ses vacances en Polynésie, par exemple, (juste un clin d’œil) puisse partir sans bagage ?

Et, pour faire bonne mesure, en ayant préparé les sandwiches pour la durée du vol ?

Bon, assez rigolé. Restons sérieux et respectons un peu le voyageur, particulièrement auprès de ces compagnies à bas coûts, dont certaines ont encore une certaine éthique vis-à-vis de leurs clients. Corsair, comme XL Airways l’ont parfaitement compris…

Ces deux là devraient finir par s’entendre !

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 1038 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com DMCmag.com TourMaGEVENTS.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips