TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : TUI France, deux poids donc deux mesures ?

L'édito de Dominique Gobert



Est-ce, pour TUI France, la bonne année ? Après plus de quinze années d’errances et de tentatives d’implanter « sa » marque, après le rachat de Nouvelles Frontières, puis de Marmara et enfin de Transat France, TUI France verra-t-il en 2018 la fin de ses tribulations ? Pas si sûr…


Rédigé par le Mercredi 3 Janvier 2018

L'union sacrée ne semble pas avoir lieu entre les salariés TUI et ex-Transat - Crédit photo : TUI
L'union sacrée ne semble pas avoir lieu entre les salariés TUI et ex-Transat - Crédit photo : TUI
J’avoue, je n’ai pas pu m’empêcher de sourire en lisant chez nos confrères du Quotidien du Tourisme, dans leur édition du 28 décembre dernier la déclaration de mon Basque Bondissant favori, Pascal de Izaguirre, président de TUI France que je cite avec plaisir : « Le nouveau TUI France démarre aujourd’hui » !

Déclaration confirmée quelques jours plus tard, dans nos propres (mais oui, nous attachons une grande importance à l’hygiène) colonnes, que je cite également : « L’année 2018 marquera le véritable démarrage en tant qu’entreprise unique, avec des équipes enfin rassemblées dans un même lieu et une organisation stabilisée. (…)

Notre priorité numéro 1 sera de construire une culture d’entreprise commune, un climat où les collaborateurs se sentent motivés avec de la convivialité et du partage. Nous allons pouvoir apprécier les bénéfices attendus de cette opération d’intégration, en termes de business développement et de synergies. »

Pardon de le dire, mais pour le moment, c’est loin d’être gagné. D’abord, alors que le Groupe dégage des chiffres plutôt sympathiques pour tout actionnaire qui se respecte, en revanche la filiale française n’est pas encore dans les clous, si je puis m’exprimer ainsi.

Faut dire que de PSE en plan social, de rachat en fusion et de dégraissage divers, c’est loin d’être facile.

N’empêche que, si pour la direction française, dorénavant « tout est réglé » et que maintenant, « on va voir ce qu’on va voir », tout est encore très compliqué.

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Faut dire aussi que les syndicats du groupe TUI ont vu d’un très mauvais œil arriver leurs homologues de Transat France, lesquels, dans une grande naïveté, ont cru que dans le « rachat » de leur société, les mêmes conditions sociales devaient prévaloir.

Une sorte d’égalité dans un groupe « harmonisé », tant sur les salaires que sur les avantages (ou les inconvénients) des uns et des autres.

Apparemment, c’est loin d’être le cas, puisque, du côté des ex-salariés de Transat, représentés principalement par le syndicat qui a « supporté » Président Macron, la CFDT, on s’insurge devant l’inégalité de traitement qui leur est réservé.

« Nous ne sommes pas des salariés de seconde zone », me confiait un « ex-transat », écœuré non seulement par le manque de solidarité venu de ses « collègues » de TUI et surtout du manque d’attention que leur accorde la CGT, syndicat (pour le moment) majoritaire chez TUI France.

Faut dire que du côté des « nouveaux », la nouvelle loi Macron a été très étudiée, soupesée et devrait les conduire à l’exploiter au maximum, notamment en organisant des élections qui pourraient faire basculer la représentation syndicale vers plus de modernité et de véritable défense des salariés…

Car, après tout, ces « migrants » venus de chez Transat ne réclament rien de moins que de pouvoir travailler et participer au développement de leur nouvelle entité en toute décence.

Ce qui, semble-t-il, est encore loin d’être le cas, si j’entends les différentes réflexions glanées en début de semaine à la sortie des bureaux : « Nous avons été rachetés par le N°1 mondial du tourisme, mais c’est vraiment bizarre, tout est si compliqué, tout le monde dirige, mais personne ne sait rien et décide encore moins » !

« Même à la production, prendre une décision sur un hôtel ou sur une prestation quelconque, ça prend des jours » ! (authentique et sic).

Faut dire aussi que bon nombre de compétences ont quitté soit TUI, soit Transat et que beaucoup sont partis avec leur « savoir » …

Quant à la CGT, peu importe, du moment qu’elle préserve ses acquis pour « ses « adhérents… Et tant pis, si les « nouveaux » n’ont pas de 13e mois !

Les salariés de Transat, dans leur procédure judiciaire pour obtenir l’égalité de traitement avec leurs homologues de TUI France ne gagneront pas, hélas.

Mais, comme me le confiait Chien Charly, qui prend de l’âge et de la sagesse, « la solidarité ne s’applique qu’à ceux qui n’y croient pas » !

Et pour le Basque Bondissant, c’est vraiment l’année de tous les dangers…

Lu 2590 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.
Partenaire de Depositphotos.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle