TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


La case de l’Oncle Dom : chez TUI France la prime c'est à prendre… ou à laisser !

L’édito de Dominique Gobert



A prendre ou à laisser, c’est ça ou rien ! Toujours dans la délicatesse, cette « nouvelle » direction de TUI qui n’est plus France depuis longtemps et qui cherche encore comment se sortir de ce bourbier… en tentant de sauver la face !


Rédigé par le Mardi 2 Avril 2019

La case de l’Oncle Dom : TUI France : à prendre… ou à laisser ! - Crédit photo : Depositphotos @Syda_Productions
La case de l’Oncle Dom : TUI France : à prendre… ou à laisser ! - Crédit photo : Depositphotos @Syda_Productions
Franchement et en toute sincérité, je n’aimerais pas vraiment être à la place de Madame Michalak, Directrice des Ressources Humaines de TUI France ce jeudi.

Elle rencontre en effet ce jour là un représentant de la ministre du Travail, Mme Pénicaud, sans doute pour tenter de justifier le 5ème plan social qui devrait toucher le voyagiste dans les tous prochains jours.

Et que, visiblement, la nouvelle direction hollando-belgo-teutonne (on ne sait plus trop qui dirige qui, entre les malades, les placardisés et les autres), n’a pas le courage d’annoncer !

Sans doute pour faire passer la pilule que, malgré les pertes, (mais sommes-nous à quelques milliers d’euros près ?), la fameuse prime Macron aura été enfin versée aux salariés de la filiale française.

Oh, certes c’est loin d’être les 1000€ demandés par président Macron face à la grogne des paletots (oui, j’ai découvert ce mot de la bouche même de notre président lors de son hommage aux Résistants de Haute Savoie), le « paletot étant un terme désignant une petite laine, un gilet, un pull en quelque sorte !»

Trêve de digression : la prime s’élève à 250€ par tête de pipe, à « prendre ou à laisser » me confiait hier soir Lazare Razkallah, secrétaire général du Conseil Social Economique de TUI France et accessoirement délégué syndical CGT !

La case de l’Oncle Dom : chez TUI France la prime c'est à prendre… ou à laisser !
Pauvre Izaguirre, il va (mais il était payé pour ça), porter le chapeau pour avoir, à l’époque, refusé cette prime au prétexte que la filiale avait suffisamment perdu d’argent et que, en gros, il n’y en avait plus.

Effectivement, si j’en crois des chiffres malheureusement difficilement lisibles, les pertes en France pour le dernier exercice atteindraient, selon des proches du dossier, pas loin d’une quarantaine de millions d’euros !

Et moi, qui suis loin d’être un grand calculateur (je n’arrive pas à faire des notes de frais correctes), ces derniers millions, ajoutés à tout ce qu’à englouti TUI dans la filiale française depuis une bonne décennie, auxquels on va ajouter cette « prime Macron exceptionnelle » de 250.000€ TTC, ce n’est, ni plus, ni moins qu’une goutte d’eau dans un océan d’erreurs !

Reste maintenant à savoir quelle « stratégie », les hautes sphères de TUI, vont adopter ? Apparemment, l’annonce de ce nouveau PSE, qui devait intervenir à la fin du mois de mars, aurait été retardée… De combien de temps ? Là est la bonne question !

Il est certain également que, face à un gouvernement pour le moins « embarrassé » en ce moment, certains puissent encore hésiter à appliquer un PSE brutalement et socialement intolérable…

Dans le même temps, avec cette stratégie de « regrouper » les filiales en une grande région « Europe de l’Ouest », centraliser les services et les achats, il est bien évident que, tôt ou tard, il faudra trancher.

Mais au moins, nom d’un chien (pardon Chien Charly, c’est une expression de colère) que l’on discute avec ces salariés qui font le boulot.

Si l’on fait le compte, en quelques années, ce sont plus de 1500 emplois qui auront été supprimés. Avec à chaque fois, cette même rengaine « après ça, vous allez voir, ça va aller ».

Ben c’est encore loin d’aller…

Malheureusement et désolé pour ces salariés de Nouvelles Frontières, de Marmara, de Vacances Transat, de Look, il n’y a pas grand-chose de mieux à attendre.

Les syndicats rencontrent le chef de cabinet de madame Pénicaud jeudi.

On y croit ?

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 2033 fois

Notez



1.Posté par mille sabords le 03/04/2019 11:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
TUI c'est l illustration du proverbe
' qui trop embrasse mal étreint "
ou encore
" les yeux plus gros que le ventre"
... En .oubliant d' appliquer une règle de base : on ne peut pas imposer aux touristes français un modèle touristique allemand ,
Des exemples précédents dont ne s'est pas inspiré TUI l 'ont pourtant démontré et ce malgré les efforts de TUI pour en gommer les contours ...

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips