TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Pascal Frochot (Flying Green) : "Nous ne serons pas une compagnie low cost" 🔑

L’interview de Pascal Frochot Président et co-fondateur de Flying Green



La naissance d’un nouvel opérateur au sein du pavillon français fait toujours l’objet de curiosité, d’enthousiasme ou de scepticisme dans le milieu. C’est particulièrement le cas avec le Projet Flying Green dont les dirigeants sont sortis du bois cette semaine pour communiquer sur la naissance de cette compagnie « éco-responsable » qui prévoit de voler d’ici 2023.
TourMaG.com fait le point avec Pascal Frochot, Président et co-fondateur, de Flying Green.


Rédigé par le Jeudi 9 Décembre 2021

Pascal Frochot co-fondateur de Flying Green : " nous ne serons pas low cost. Nous compenserons ces couts avec une structure légère, la  productivité des personnels navigants et des recettes optimisées en éco et en business." - Photo Flying Green
Pascal Frochot co-fondateur de Flying Green : " nous ne serons pas low cost. Nous compenserons ces couts avec une structure légère, la productivité des personnels navigants et des recettes optimisées en éco et en business." - Photo Flying Green
TourMaG - Qui sont les porteurs du projet Flying Green et comment est né votre projet ?

P. Frochot :
Nous sommes deux à avoir créé et à porter ce projet. Moi-même et Jonathan Machado, un jeune entrepreneur de 31 ans connaissant très bien le milieu aéronautique.

Il est ingénieur diplômé de l’ESTACA et titulaire d’une licence de pilote professionnel et d’une qualification sur Airbus A320.

C’est donc en résumé l’association de deux générations, la mienne avec de l’expérience et la connaissance du fonctionnement d’une compagnie aérienne, et la sienne celle du monde digital, une vision du monde différente avec une sensibilité environnementale.

Nous pensons que c’est le bon moment pour créer une compagnie aérienne, une compagnie qui va partir d’une page blanche et sans dettes. Créer une compagnie aérienne sans prendre en considération les enjeux environnementaux n’était pas envisageable d’où ce positionnement très net sur l’environnement.

TourMaG - Vous avez été présenter votre projet aux grands acteurs du transport aérien : constructeurs, aéroports, autorités. Quel accueil vous ont-ils réservé ? N’y a-t-il pas eu de scepticisme ?

P. Frochot :
Nous avons certes eu un dirigeant de compagnie aérienne qui nous a fait part de ses doutes à « remplir nos avions » mais en général le projet a été bien accueilli.

Une des premières choses que nous a dit Fabien Caze le Directeur de la DGAC (Direction de l'Aviation Civile) est que nous avions « un boulevard devant nous » . A Orly.4 où nous avons prévu de nous implanter, le projet a également été bien accueilli.

TourMaG - Votre communiqué indique que vous êtes accompagné par la BPI, quel rôle exact va jouer cette banque ? Seront ils simplement des conseillers ou apporteront ils des garanties ou des co-financements ?

P. Frochot :
La BPI nous conseille sur les options de financement de notre flotte et aussi pour que nous puissions capter les financements qui se font en grande majorité vers les entreprises « Green Teech ».

Ils joueront également le rôle de garants pour répondre aux exigences de la DGAC en matière de capacité financière relative à l’exploitation.

TourMaG - Avez-vous des investisseurs privés ? Qui sont-ils ?

P. Frochot :
Nous sommes en discussion. Nous avons des propositions et nous discutons avec des banques, des tour-opérateurs mais aussi des fonds d’investissements étrangers mais nous prioriserons les financements français.

TourMaG - Au départ d’Orly, quelles destination voulez-vous desservir ?

P. Frochot :
Nous sommes sur des destinations nationales et européennes que nous préciserons le moment venu.

Nous assurerons des vols réguliers mais aussi des affrètements avec notamment des tour-opérateurs ainsi que des vols en ACMI* (aircraft, complete crew, maintenance, and insurance). Notre business plan intègre un programme soutenu pour nos avions avec 3000 heures de vol par an et par machine.

Pascal Frochot - DR
Pascal Frochot - DR
TourMaG - Vous avez opté pour Airbus ?

P. Frochot :
Oui nous exploiterons trois Airbus A320neo et notre projet prévoit également la mise en ligne en 2025 d’un A321 XLR. Pour desservir des destinations long courrier.

TourMaG - Des compagnies avec des avions de dernière générations, ça existe déjà (La Compagnie). Qu’apportez vous de plus pour vous prétendre la première compagnie « Eco-responsable » ?

P. Frochot :
Effectivement nous ne sommes pas tout à fait seul à mettre en œuvre une flotte d’avions de dernière génération. Cependant à part « La Compagnie » que vous citez, les autres ont des flottes mixtes avec des nouveaux avions mais aussi des plus anciens.

De même qu’il est difficile pour une compagnie classique de « devenir » Low Cost, il est également difficile de devenir éco-responsable avec une structure déjà existante. Notre avantage est de partir d’une page blanche.

Nous allons réunir tout ce qui se fait de mieux. Des avions neufs mais aussi, concernant les ressources humaines, une charte déontologique et un engagement de chacun et notamment les pilotes pour adopter les meilleures pratiques en collaboration avec l’entreprise Open Airlines** avec qui nous envisageons de travailler.

Nous prévoyons aussi, si on peut nous en fournir, de voler avec 5% de biocarburant (SAF).

Pour nos locaux, nos uniformes, nos équipements à bord, nous sommes aussi en contact avec des partenaires qui s’engagent à être éco-responsables. Nous prévoyons également pour nos clients premium des acheminements de et vers l’aéroport en taxi électriques.

TourMaG - Bio carburant, avions neufs... voler vert coute cher...

P. Frochot :
Effectivement et nous ne serons pas low cost. Nous compenserons ces couts avec une structure légère, la productivité des personnels navigants et des recettes optimisées en éco et en business.

TourMaG - Sur l’état du voyage en business après la pandémie, vous n’êtes pas inquiet ?

P. Frochot :
Si on regarde ailleurs on voit que chez d’autres compagnies, les sièges business sont occupés de moitié par des clients qui ne voyagent pas pour affaires mais qui veulent un meilleur confort. Également nous savons que les clients de certains croisiéristes ou resorts club "tiquent" un peu lorsqu’ils sont acheminés sur des low cost. Ils sont près à payer un peu plus cher pour plus de confort.

Quant au trafic purement business, il commence à revenir sur le moyen-courrier et nous offrirons une "vraie class business" configurée à huit sièges.

TourMaG - Comment vous situez vous par rapport aux autres acteurs du pavillon français ?

P. Frochot :
Ce que l’on peut dire c’est que nous ne souhaitons pas être concurrents des autres compagnies françaises mais plutôt un acteur complémentaire.

TourMaG - Votre projet ne prévoit donc pas une concurrence frontale avec Air France ?

P. Frochot :
Nous décollerons vers des destinations ou Air France ne va pas au départ d’Orly.

* Contrat de location d’un avion à une autre Cie aérienne avec équipage complet, l'entretien et l'assurance (ACMI, aircraft, complete crew, maintenance, and insurance)
**OpenAirlines est une start-up qui a mis en œuvre des algorithmes qui permettent aux compagnies aériennes de réduire leur empreinte carbone en optimisant les trajectoires de vol

Lu 6026 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos MĂ©dias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias