TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Pétition Marseille : J.-F. Suhas (Club de la croisière) veut "rétablir la vérité"

la tribune de Jean-Francois SUHAS, Président du Marseille Provence Cruise Club



Jean-Francois SUHAS, Président du Marseille Provence Cruise Club réagit à son tour à la pétition "contre la pollution maritime" lancée par le Maire de Marseille Benoît Payan. Il lui répond en plusieurs points dans une tribune que nous publions en intégralité.


Rédigé par le Vendredi 22 Juillet 2022

Pétition Marseille : "Contrairement à ce que laisse supposer cette pétition, les acteurs du transport maritime sont engagés de longue date dans la décarbonation de cette activité, notamment en Méditerranée" - Photo GPMM
Pétition Marseille : "Contrairement à ce que laisse supposer cette pétition, les acteurs du transport maritime sont engagés de longue date dans la décarbonation de cette activité, notamment en Méditerranée" - Photo GPMM
Chers toutes et tous,

Marseille est avant tout une ville portuaire depuis 2600 ans et c’est bien de son port qu’elle a pu connaitre le développement et le rayonnement qu’on lui connait. Au-delà de ma qualité de Président du Club de la Croisière, c’est surtout en tant que professionnel portuaire et partie prenante de la place maritime marseillaise et dans le cadre de ce collectif que je m’adresse à vous aujourd’hui.

Pour me connaitre, vous savez tous que je porte et je défends les sujets liés à la transition écoénergétique et à la protection de la Méditerranée depuis toujours, tout en étant très attaché à l’acceptation sociétale.

L’ensemble de la place portuaire a donc été bien étonnée de voir sortir cette pétition portée par le Maire de Marseille en personne, sans aucune concertation ou message d’alerte auprès des autorités, alors que l’ensemble des acteurs de la place portuaire et plus largement les acteurs économiques et sociaux de Marseille sont engagés avec les élus dans une instance d’échanges réguliers et constructifs, le Dialogue Ville-Port dans le cadre de laquelle l’ensemble de ces sujets y sont régulièrement abordés.

"Les acteurs du transport maritime sont engagés de longue date dans la décarbonation"

Il convient de rétablir la vérité :

• Contrairement à ce que laisse supposer cette pétition, les acteurs du transport maritime sont engagés de longue date dans la décarbonation de cette activité, notamment en Méditerranée.

• On est bien loin du million de voitures ! Le million de voitures est un cliché ancien lié à la seule prise en compte des oxydes d’azote en l’absence de pots catalytiques sur les navires. En général, on rapporte la consommation du navire à la puissance installée sur celui-ci.

Si le groupe électrogène, qui fonctionne lorsque le navire est à quai, à une puissance installée de 1MW, cela représente environ 200 litres à l’heure. Sachant qu’un petit paquebot à quai consomme environ 300 litres à l’heure, un paquebot moyen de 1000 passagers à quai consommera environ 1000 litres à l’heure et un gros paquebot au maximum 2000 litres à l’heure pour une puissance de 10Mw. Sachant qu’une voiture consomme environ 5 litres à l’heure, un camion ou un bus 50 litres à l’heure, on obtient un rapport de quelques centaines de voitures pour un gros navire ou quelques dizaines d’autocars ou camions.

• La pétition appelle à ce que des "normes très strictes soient adoptées rapidement par les instances internationales". Depuis le 1er janvier 2020, l’Organisation Maritime Internationale impose aux navires d’utiliser en navigation un carburant avec un taux de soufre à 0,5 % (contre 3,5% auparavant). Lorsqu’ils sont à quai, les navires sont également contraints d’utiliser un diesel à 0,1 % de teneur en soufre.

• Nous nous sommes battus au sein de l’OMI pour renforcer ces mesures, en obtenant le mois dernier le passage de la Méditerranée en zone SECA (zone de contrôle des émissions de soufre et de particules). Cette mesure a déjà été adoptée. Dès 2025, les navires présents en Méditerranée devront ainsi utiliser un carburant dont la teneur en soufre ne dépasse pas les 0,1% (soit un fuel 5 fois moins polluant que la norme internationale). De manière anticipée et volontaire, les armateurs de croisière l’appliquent déjà à Marseille depuis 2020, donc avec 5 ans d’avance.

A lire aussi : Erminio Eschena (CLIA) : "On attend d'un Maire qu'il agisse, plutôt que de lancer une pétition !"

• Ces normes font l’objet de contrôles réguliers de la part des autorités françaises. En 2021 par exemple, la Direction Interrégionale de la Mer Méditerranée a réalisé 230 contrôles de carburants et 66 analyses en laboratoire agréé. D’autres inspections ont lieu, de la part des services spécialisés de la direction des affaires maritimes ou de l’autorité portuaire par exemple (voir le rapport de la DIRM ci-joint, notamment pages 29)

"Nous restons à disposition du Maire de Marseille"

Les acteurs maritimes marseillais ont anticipé depuis de nombreuses années et ont consenti de nombreux efforts :

• Au-delà de ces règlementations internationales, il faut souligner les efforts fournis par les acteurs portuaires et maritimes marseillais puisque la place portuaire marseillaise est largement en avance en matière de transition environnementale et de lutte contre les pollutions.

• Marseille est notamment un hub du Gaz Naturel Liquéfié qui est une solution phare pour éliminer les émissions de soufre et de particules. Le port comme les armateurs présents à Marseille ont réalisé d’importants investissements pour adopter cette technologie.

• Le branchement électrique des navires à quai (CENAQ), puisque le port de Marseille Fos a été le 1er en Méditerranée à proposer cette solution qui permet de réduire à 0 les émissions atmosphériques à quai. D’ici 2025, grâce à un important programme d’investissement, l’ensemble des quais passagers seront équipés de CENAQ.

• La place portuaire marseillaise va au-delà des réglementations internationales et fait preuve d’une forte exigence en faveur de la protection de la Méditerranée : charte bleue de la part des acteurs de la croisière dont les engagements dépassent le cadre règlementaire, charte de Green Handling de la part de armateurs visant à réduire la vitesse et à limiter les manœuvres lors des pics de pollution, exemplarité de la CMA CGM, utilisation de carburants moins polluants, investissement dans des navires dernières générations de la part de La Méridionale, de CORSICA Linea, de MSC ainsi que de COSTA…

Nous restons à disposition du Maire de Marseille, comme nous l’avons toujours fait jusqu’à présent, pour travailler, agir ensemble et poursuivre nos engagements sur le terrain en la matière.

En particulier, il y a de gros chantiers à conduire côté Ville de Marseille qui sont de sa compétence, pour fluidifier la gestion des flux routiers, développer des navettes maritimes, améliorer la propreté et l’accueil de ses visiteurs, qu’ils soient passagers pour les ferry en partance pour la Corse ou le Maghreb, ou les passagers de croisière, visiteurs qui aiment tous notre Ville !

Il est certain en tout cas que cette pétition aura permis à l’ensemble des professionnels maritimes d’être plus soudés que jamais.

Nous sommes à votre écoute pour toute proposition d’actions et d’échanges.

Très sincèrement,

Jean-Francois SUHAS
Président du Marseille Provence Cruise Club

Lu 4786 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par JEAN-LOUIS GROSS le 22/07/2022 15:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci, cher collègue pour cette tribune très documentée . Bravo pour Marseille qui doit faire face à de nouveaux démons. Mais en 2600ans en effet ce port magnifique et entreprenant s’est toujours relevé pour affronter les vrais défis .
Amicalement
Gross
Pilote retraite

2.Posté par Cohen brigitte le 24/07/2022 22:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher monsieur ´, pas une fois dans vos propos vous ne parlez de la santé des marseillais ! Quelle est la cause du changement énergétique ?tout simplement parceque les humains souffrent et la nature aussi . L'histoire de Marseille ? Ce sont les marseillais qui la font , et si il faut changer de cap , on doit changer de cap.vos arguments ne sont rien face à l'avenir de nos enfants , à la beauté de la nature , à la santé des marseillais .

3.Posté par Mousset le 28/07/2022 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Madame Cohen,
L’idée, avant de publier que tous les forums le même et unique message, c’est de lire les faits… er d’arrêter de mentir.
Je suis moi même marseillais et la santé des marseillais n’est pas en danger pour 4 navires de croisières qui escales 2 fois par semaine soyons sérieux !! Si vous êtes incapables de faire la différence - comme notre maire - entre un cargo, un ferry, et un paquebot, libre à vous !!!
Notre santé va très bien et je vous en remercie !! Les navires quels qu’ils soient font vivre l’économie de la ville de Marseille depuis la création de cette ville par les phocéens il y a plus de 2600 ans !!! Occupez-vous donc de faire remplacer tous les bus diesel, et d’interdire les triples files moteurs allumés plutôt que de parler ee choses que vous ne maîtrisez pas.
TourMaG.com ! Organisez donc un débat qu’une fois pour toute ils cessent leurs allégations calomnieuses ! Merci

4.Posté par Max Barrielle le 29/07/2022 01:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher président, pas sûr que vos blablas et autres théories académiciennes ne rassurent les riverains du Grand Port Maritime dont les poumons s'encrassent un peu plus chaque jour depuis tant d'années. Votre objectif est 2025. Cela laisse du temps et les plaignants d'aujourd'hui seront peut-être morts ou en phase terminale de cancer.
Le maire intervient pour répondre à la grogne et l'inquiétude d'une partie de ses concitoyens. Même si d'autres problèmes subsistent dans notre ville, c'est de son devoir de le faire.
Je sais qu'il est très difficile d'annuler une escale de paquebot alors que les programmes sont effectués 2 ans à l'avance, mais on le fait par fort mistral, alors pourquoi pas par forte chaleur. Même si dans ce cas, on ne règle pas le problème, mais on le déplace...
La croisière rapporte beaucoup et fait travailler énormément de structures, mais ca ne doit pas être fait au détriment d'une partie de la population. Le vivre ensemble dont on nous parle tant, peut aussi s'appliquer aux causes économiques et environnementales. Laissez moi rêver que cela est possible... Ce rêve éphémère passé, revenons a la réalité. Une fois l'emballement médiatique évaporé, cette pétition sera enterrée et oubliée et rien ne changera. Et puis que représentent quelques poumons charbonnes face aux centaines de millions d'euros que genere la croisière...
Mais à force de donner des coups de pieds dans la fourmilière, la pression sera encore plus forte sur les armateurs, les instances nationales, gouvernementales, maritimes, portuaires. La notion du "tout est permis pour les riches pollueurs " sera bientôt impossible à supporter et finira par s'éteindre. J'y crois encore.
Bien à vous.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias