TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Salaün Holidays refait ses gammes pour relancer Chypre

le TO breton table sur 2 à 3000 pax en 2023



Spécialiste de Chypre dans les années 2000, Salaün Holidays fait son come back dans l'ïle d'Aphrodite et de ses rivages. Fort de l'appui du ministère du Tourisme, de l'expertise de ses équipes et d'un réceptif français (Christophe Chaillou) emblématique, présent sur l'île depuis 40 ans, le TO breton lance une nouvelle production Groupes et indiv 2022/2023, avec un produit Noël exclusif.


Rédigé par le Lundi 20 Juin 2022

L'équipe de choc de Salaun Holidays, qui a fait découvrir à une vingtaine de médias nationaux et spécialisés, l'île de Chypre et ses trésors. De gauche à droite Luc Le Saos, responsable de Production; Jackie Le Page, responsable Presse; Jean-Michel Caradec, DG Groupes, Florence Seguin, responsable Production et Christophe Chaillou, Créative Tours, réceptif Chypre/crédit JDL
L'équipe de choc de Salaun Holidays, qui a fait découvrir à une vingtaine de médias nationaux et spécialisés, l'île de Chypre et ses trésors. De gauche à droite Luc Le Saos, responsable de Production; Jackie Le Page, responsable Presse; Jean-Michel Caradec, DG Groupes, Florence Seguin, responsable Production et Christophe Chaillou, Créative Tours, réceptif Chypre/crédit JDL
Durement touché par la crise sanitaire, puis par la guerre en Ukraine, Salaün Holidays lutte pour repositionner sa production et s’adapter à la nouvelle donne.

La France et les courts et moyens courriers sont devenus majoritaires dans les bookings, les réservations flambent depuis 6 semaines mais, question panier moyen, le compte n’y est pas...

“Pour retrouver les niveaux de 2019, année de référence, il faudrait multiplier notre chiffre d’affaires par deux, déplore]i Jean-Michel Caradec, directeur général Groupes.”

En effet, le contexte n’est pas favorable au producteur, qui après le covid, a essuyé une perte sèche de quasiment 30 millions d’euros, avec l’arrêt de ses activités en Russie et la mise en pointillés de celles en Europe de l’Est.

La clientèle russe avait massivement investi l’île

Le château de Paphos /crédit JDL
Le château de Paphos /crédit JDL
Trois priorités se dessinent aujourd’hui pour Michel Salaün, patron du Groupe éponyme.

La première consiste à retrouver des segments de croissance et de nouvelles destinations pour alimenter son département Groupes, qui représente 25% de son chiffre d’affaires et se positionne au 2e rang national, derrière TUI France.

La deuxième consiste à démultiplier sa présence géographique et à franchir le pas de la régionalité pour devenir un véritable TO national.

En effet, un pourcentage trop élevé des ventes (60%) est encore réalisé en Bretagne et dans les départements limitrophes, malgré une politique volontariste et le rachat de 58 agences Thomas Cook, pour renforcer sa présence en Provence Alpes Côte-d’Azur, dans les Hauts-de-France et en Nouvelle Aquitaine.

Enfin, même si la confidentialité reste de mise sur la question, on voit mal comment l’entreprise qui a emprunté pour plus de 42 millions d’euros de PGE et fait face à la pire crise de son histoire, pourrait faire l’économie, à terme, d’une recapitalisation, voire d’une restructuration avec, le cas échéant, l’arrivée de nouveaux actionnaires.

Pour Jean-Michel Caradec, c’est “no comment”. Sa priorité et sa mission consistent à développer de nouveaux produits pour donner du grain à moudre à la trentaine de commerciaux sous sa responsabilité.

5 compagnies low cost proposent des vols directs

Des étendues de vignes à perte de vue au pied du massif du Troodos et avec lesquelles on produit, notamment, Le commandaria, vin doux à la robe ambrée /crédit JDL
Des étendues de vignes à perte de vue au pied du massif du Troodos et avec lesquelles on produit, notamment, Le commandaria, vin doux à la robe ambrée /crédit JDL
“Une nouvelle destination nous permet d’assurer 3 à 4 ans de vente pour nos groupes", précise-t-il.
Partant de ce constat, La Boutique des Groupes, la marque dédiée, a décidé de refaire ses emplettes sur Chypre, une destination délaissée il y a quelques années, en raison de l’absence quasi-totale de liaisons directes.

Après la disparition de Cyprus Airways et la tentative avortée d’Aegean, qui a pris fin en 2018, il était devenu trop compliqué de commercialiser un produit sans connexion directe.

La nature ayant horreur du vide, la clientèle russe a massivement investi l’île. En 2019, sur les 4 millions de visiteurs, 20% en étaient originaires.

Aujourd’hui les Russes sont repartis et les cartes rebattues. L'avènement de la low cost chypriote Tus Airways, et la programmation par Ryanair, easyjet et Wizzair de vols directs au départ de province, offrent de nouvelles perspectives.

Au total, 5 compagnies low cost proposent désormais des vols directs sur la destination.

“J’avais été recrutée en 2009 pour m’occuper du marché chypriote, précise Florence Seguin, Responsable de production.

Mais nous ne disposions pas de vols directs et on opérait avec des charters. Malgré ce handicap, nous avions envoyé jusqu’à 3000 clients par an à Chypre…”

2 liaisons hebdo directes au départ de CDG et 1 liaison de Toulouse

La Marina de Paphos :Crédit JDL
La Marina de Paphos :Crédit JDL
Un chiffre qui représente pas loin de 10% du total des touristes français en 2019 (40000).

Mais cette experte de la destination s’est heurté rapidement aux limites de l’exercice et au manque de liaisons régulières.

Le come back du Breton sur “l’Ile au large”, chantée par Homère, en hommage à Aphrodite, s’explique par la nouvelle donne et la création de Tus Airways, en 2015, par un américain d’origine chypriote.

Ce transporteur qui a connu des fortunes diverses, propose deux liaisons hebdo directes, toute au long de l’année sur Larnaca, au départ de CDG et 1 liaison de Toulouse en saison.

Pour les autres départs r&gionaux, le TO s’appuyera sur les lows cost proposant des dessertes depuis différents aéroports français. Des liaisons précieuses, mais plus… aléatoires.

Enfin, Sávvas Perdíos, ministre délégué du Tourisme chypriote, que nous avons rencontré lors du voyage de presse organisé ce week end par Salaün Holidays, ne cache pas sa francophilie (l’Alsace, en particulier) et sa volonté de faire de la France son principal marché-cible

“Le marché russe n’est plus prioritaire pour nous, précise-t-il. Nous voulons attirer d’ici 2030, 300000 visiteurs français dans notre pays, car le tourisme représente 13% de notre PIB. Voilà pourquoi nos efforts marketing en 2022 et 23 seront principalement tournés vers la France…”

Bref, les planètes semblent alignées pour faire décoller Chypre dans les résa, même si le contexte actuel reste délicat. Par exemple, les liaisons prévues par Tus Airways depuis Strasbourg et Toulouse devront finalement attendre que la Cie récupère son 5e appareil… en 2023.

Un produit réveillon exclusif

Un pressoir séculaire /crédit JDL
Un pressoir séculaire /crédit JDL
Autant d’incertitudes qui jouent avec les nerfs des opérateurs et qui parfois confinent les départs à la haute voltige.

“Les vols de Tus Airlines arrivent très tardivement cette année et nous nous projetons sur 2023, explique Florence Seguin.

On espère que le plan de vol du ministère inclura les villes de province aussi. De notre côté, nous négocions avec easyjet, pour une liaison au départ de Nantes, qui comprendrai des bloc-sièges…”

Actuellement deux produits Chypre dont 1 exclusif, sont déjà en vente (2022) et au catalogue de Salaün Holidays : 1 séjour-découverte de 8 jours, au départ de Paphos, 3***) et 1 Marché de Noël, Réveillon) en exclusivité, avec dégustations diverses dans les villages (label ministère), visite de la capitale Nicosie, excursion partie occupée, en 4**** à partir de 1595 euros et 925 euros pour le produit découverte.

"N’oublions pas aussi que Chypres est une “vraie” destination golfique avec quatre superbes parcours de 18 trous dans un rayon de 25 km autour de Paphos, insiste Christophe Chaillou, qui souligne les atours et les atouts du pays.

L'ambition politique pour faire découvrir cette "nouvelle" destination, est encourageante. Il reste maintenant à espérer que ce ne soit pas un coup d'épée dans l'eau et que le Gouvernement donne à Tus Airways les moyens de ses ambitions.

Jean Da Luz L'éditorial de Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email


Lu 2670 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus






































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias