TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Tourisme et Covid : avec la crise, « on ne quittera son cocon que pour aller dans un autre »

Le décryptage de Josette Sicsic (Futoroscopie)



Le terme a fait fureur dans le vocabulaire des populations des pays industrialisés sous influence américaine, au début des années 2000. Inventé par la grande papesse des tendances, Faith Popcorn, le « cocooning » indiquait un penchant à se replier sur son chez soi pour se défendre contre les hostilités du monde extérieur. Il signifiait aussi un besoin accru de protection et une nouvelle poussée individualiste et disait quelque chose sur une forme d’esthétique mixant authenticité et coquetterie douillette. Aujourd’hui, alors que la maison est réinvestie par l’immense majorité de la population mondiale assignée à résidence par les confinements successifs, un nouveau « cocooning » apparaît. Totalement polyvalent, il consacre une maison vouée à toutes sortes de fonctions dans laquelle on travaille, se soigne, fait du sport et de la musique… et indique si besoin en était, que l’hébergement touristique devrait en faire autant.


Rédigé par Josette SICSIC le Mardi 2 Février 2021

Alors que la maison est réinvestie par l’immense majorité de la population mondiale assignée à résidence, un nouveau « cocooning » apparaît dont nous voudrons aussi disposer dans un hébergement touristique. Parfois même avec des aménagements de standing supérieur - DR : DepositPhotos, Wavebreakmedia
Alors que la maison est réinvestie par l’immense majorité de la population mondiale assignée à résidence, un nouveau « cocooning » apparaît dont nous voudrons aussi disposer dans un hébergement touristique. Parfois même avec des aménagements de standing supérieur - DR : DepositPhotos, Wavebreakmedia
Aujourd’hui, selon Faith Popcorn, directrice du Brain Reserve, « les gens trouvent que leur maison doit s'adapter à tout : bureau, salle de gym, studio d'art, salle de spectacle, espace de wellness.

C'est notre base de départ pour notre envolée permanente vers les écrans, les applications, le streaming qui sont devenus notre nouveau monde. Les jeux vidéo seuls ont gagné 75% d’adeptes supplémentaires aux USA et les concerts virtuels sont la règle.

Quant à livraison à domicile qui nous permet de transformer notre habitat en restaurant, elle n'a jamais été aussi populaire.
 »

« On notera aussi, poursuit l’Institut Brain Reserve, que les individus s'adonnent à leurs rêves de bricolage, qu'il s'agisse de faire du pain au levain ou de fabriquer une table de nuit.



Même si nous avons envie de vivre à l'extérieur, nous sommes fiers de tout ce que nous pouvons faire et réaliser à l'intérieur
, nuance Faith Popcorn, et nous laissons certaines de nos aspirations extérieures tomber à l'eau.

Mieux, nous nous contentons de jouer à des versions VR d'Animal Crossing et de Fortnite avec des avatars qui surgissent tout autour de nous 
», conclut-elle.

Jardins, objets connectés, meubles nomades, pod houses

Quant au jardin et la terrasse, même si Faith Popcorn ne les évoque pas (les USA sont un pays où les maisons individuelles donc les jardins sont très répandus), nous insistons pour notre part sur le fait qu’ils deviennent la pièce maîtresse de l’habitat de demain.

Sachant que les épidémies et confinements peuvent revenir au grand galop, chacun a en tête la nécessité de pouvoir prendre le frais et respirer dans un espace extérieur intégré à son domicile.

Autre point majeur : puisque nous avons découvert que nous pouvions travailler à distance, la question du télétravail se posera à chaque nouvelle alerte épidémique. Pourquoi se rendre dans un bureau ou une usine et tremper dans les bactéries et les pathogènes des autres alors que l’on peut rester chez soi ?

Equiper sa maison et la transformer en lieu polyvalent alliant notamment vie domestique et travail devient donc un impératif.

D’autant, qu’outre Zoom ou Skype, de nouveaux « devices » comme la téléprésence, l'holographie, l'IA qui relient et permettent le travail d'équipe à l'échelle mondiale vont connaître un boom. A condition cependant que la sécurité numérique s'accélère afin d’empêcher le piratage d'avatars.

Le progrès technologique ayant toujours un pendant négatif, là sont les nouveaux dangers.

Enfin, se confirme ce que nous avons déjà souligné (voir article archives : Tiny houses. Pour vivre heureux, vivons petits) à savoir que l’on assiste bel et bien à l’avènement de la maison nomade ou « pod house » comme la nomment les Anglo-Saxons.

De quoi s’agit-il ? Il s’agit en fait de maisons en kit de petite taille facilement transportables, prenant toutes sortes de formes, permettant de nous déplacer partout pour nous dépayser et satisfaire notre envie d'errer.

Dernier point : sur le plan fonctionnel et esthétique le nouveau « cocooning » exige plus de végétalisation à l’intérieur et si possible des aménagements mobiles : parois coulissantes, meubles légers nomades, stores séparatifs… Le tout dans un confort inattaquable.

Les répercussions sur le secteur du tourisme ?

De tels constats auront-ils des répercussions sur le secteur des loisirs et du tourisme ? Bien entendu.

Une fois de plus, nous voudrons disposer dans un hébergement touristique des mêmes aménagements que nous avons chez nous. Parfois même d’aménagements de standing supérieur.

Espaces verts et terrasses pourraient aussi devenir indispensables partout, dans les hôtels et restaurants ou clubs de sports, tandis qu’un équipement de travail dans l’hôtellerie ne consistera plus en un simple bureau.

On exigera non seulement une connexion sans reproches à Internet mais aussi des assises et un éclairage confortables et des programmes de divertissements tout aussi diversifiés que les offres de wellness en chambres.

Sur le plan sanitaire surtout, les protocoles en vigueur aujourd’hui ne suffiront pas. Un nettoyage de qualité médicale sera indispensable, évoque Faith Popcorn, de même que des capteurs qui détecteront et suivront les vecteurs de virus.

Les passeports immunitaires enfin permettront d'accéder à des réunions plus importantes, à condition que des anticorps confèrent l'immunité.

Toute sortie devant être garantie dans un lieu exempt d’agents pathogènes, il faudra sans doute également faire comme à Amsterdam où un restaurateur flirte avec des cabines individuelles de style bulle où les clients peuvent déguster des cocktails en toute sécurité.

On commence aussi à écouter des concerts dans ces bulles. Sachant cependant qu’elles ne seront pas dénuées de dangers si l’on y reste trop longtemps ou que l’on y fume une cigarette.

D’un cocooning à l’autre ?

Cela dit, une question majeure reste sur la table. Alors que certains prédisent que la population planétaire affectée par des confinements à répétition, sortira et voyagera de plus en plus et que nous connaîtrons une explosion des sorties, d’autres comme le Brain Reserve prédisent que : « les raisons d'aller dehors vont diminuer ».

Mieux, pour Faith Popcorn, « même les rencontres pourraient devenir virtuelles avec l'arrivée d'outils haptiques, comme Emerge, qui nous permettent d’ores et déjà de "toucher" quelqu'un à l'autre bout du monde.

La télédidontie (jouets sexuels télécommandés) permettrait aussi de se livrer à des préliminaires et plus encore dans des espaces séparés. Les robots sexuels alimentés par l'intelligence artificielle deviendraient même de plus en plus « intelligents ».


Globalement, pour Faith Popcorn, « cette vie à l'intérieur sera notre nouvelle normalité ». Une affirmation qui pourrait bien effectivement se confirmer parmi les personnes les plus âgées, conservatrices et frileuses.

En revanche, selon nous, si la maison effectivement sera plus fréquentée, notamment pour y travailler, créant une nouvelle forme de « cocooning », le déplacement à l’extérieur a aussi de beaux jours devant lui, à condition d’intégrer les demandes de « Do it yourself », de sécurité, de confort tant sur le plan des loisirs que sur celui du travail que l’on voudra y effectuer.

N’oublions pas que l’on ne quittera un cocon que pour aller dans un autre.

Les opportunités ?

Dernier point : les secteurs en croissance seront donc ceux du nettoyage de qualité médicale.

La technologie des objets connectés et de la maison intelligente, sur le plan médical, mais aussi sur le plan de la sécurité.

La livraison à domicile pour satisfaire chaque micro-besoin a aussi de beaux jours devant elle… y compris pour des produits pharmaceutiques et les vêtements.

Quant au secteur de la location touristique et l’hébergement, ils ont l’opportunité de se repenser en partie, et d’améliorer leurs prestations.

Lire aussi : « Tiny houses. Pour vivre heureux, vivons petits ». Archives Touriscopie/Futuroscopie 2018.

Josette Sicsic - DR
Josette Sicsic - DR
Rédigé par Josette Sicsic. Directrice de Futuroscopie (anciennement Touriscopie) que vous retrouvez régulièrement sur le portail de TourMaG.com. Journaliste, consultante, conférencière.

Lu 3257 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias