TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Tiny houses : pour vivre heureux, vivons petits

Le décryptage de Josette Sicsic (Futuroscopie)



Mini, tiny, petit, micro... le tout petit n’a jamais fait fureur dans le monde de l’hébergement touristique obsédé par la demande d’espace. Pourtant, insensiblement, on assiste au développement d’un nouveau phénomène tendant à convertir en hébergement de vacances de toutes petites constructions. Qu’en est-il exactement ? Avec les confinements dus au Covid et les nouveaux modes de vie qu’ils imposent, retour sur un article publié en 2018.


Rédigé par Josette SICSIC le Mardi 2 Février 2021

Certains Français commencent à s’intéresser à ces nouvelles constructions et à cette culture du « tiny », d’autres les envisagent comme des solutions de vacances - DR : DepositPhotos, SSilver
Certains Français commencent à s’intéresser à ces nouvelles constructions et à cette culture du « tiny », d’autres les envisagent comme des solutions de vacances - DR : DepositPhotos, SSilver
Le centre culturel de Finlande à Paris vient de réussir une excellente opération médiatique.

En plein cœur du cinquième arrondissement, il a installé dans ses murs 6 maisonnettes en bois typiques de l’architecture traditionnelle finlandaise.

Meublées à l’unisson, ces maisonnettes ont une particularité : elles sont louées à des clientèles touristiques sur le site de Airbnb à des tarifs oscillant entre 90 et 300 euros pour les familiales, petit-déjeuner typique inclus !

Et, à ce jour, les maisonnettes affichent complet toutes les nuits ! Une satisfaction pour la directrice du centre qui en profite pour faire visiter les lieux en journée et familiariser les visiteurs avec la culture du pays du père Noël !

Lifeguard house à Tel Aviv

Simultanément, la ville de Tel Aviv fait la promotion d’un nouvel hébergement particulièrement original lui aussi : une cabine de sécurité transformée en chambre d’hôtel, sur la plage.

Vendu avec le slogan « le premier lifeguard tower hotel », cet hébergement est certes éphémère et la résultante d’un concours sur le thème de l’innovation. Il n’empêche qu’il fournit un modèle étonnant des capacités d’une petite surface à se transformer en 5 étoiles !

Evidemment, si l’on surfe sur les sites de location touristique, on rencontrera toutes sortes d’hébergements de petites tailles entre cabanes, huttes, lodges, aux formes très éclectiques allant du container au tonneau, à la bulle de verre, au tipi, igloo, cube...

Délires d’architectes potaches en quête de renommée rapide ? Provocation ? Ni l’un, ni l’autre. En fait, le mini est dans l’air du temps pour des raisons évidentes. Lesquelles ?

Des valeurs écologiques et artistiques

Premier point : souple, malléable, transportable, la « tiny house » autorise toutes les fantaisies, tant sur le plan des matériaux, que de la forme, que du site qu’elle occupe.

À tel point que l’on peut les faire passer pour des installations artistiques. Comme l’a fait le Centre culturel de Finlande.

Par ailleurs et surtout : après des décennies de gaspillage, durant lesquelles on a consommé de l’espace avec aussi peu de parcimonie que de l’énergie ou de l’eau, l’heure est à la prise de conscience et aux économies.

Le concept de « tiny house » s’inscrit bel et bien dans un mouvement de quasi repentance et d’autocritique animé par une volonté d’en finir avec le monde d’hier.

Les valeurs écologiques portent ce mouvement. Non seulement, il s’agit de consommer moins d’une façon générale mais aussi de consommer moins d’espace afin de réduire les dépenses énergétiques.

D’autant qu’il se confirme que l’espace que nous utilisons est souvent superflu et que, meublé et équipé différemment, il pourrait s’avérer suffisant à nos besoins essentiels.

Ainsi, sur le site américain consacré à la « Tiny life », on découvre que la maison américaine moyenne occupe 230 mètres carrés alors qu’une petite maison en occupe 2 à 3 fois moins !

Des avantages économiques indéniables

Qui dit plus petit, dit aussi et surtout plus économique. Et, le même site de calculer qu’alors que les Américains dépensent en moyenne l’équivalent de 15 ans de salaires pour entretenir leurs grandes maisons, les propriétaires de « tiny houses » en dépensent au minimum dix fois moins.

Ce qui leur permet d’épargner ou de dépenser beaucoup plus en activités de loisirs et voyages.

Autre avantage, à l’achat, la maison est infiniment moins coûteuse : entre 30 et 60 000 dollars aux USA. À peu près la même somme en France.

De plus, sur le plan pratique : vivre dans une petite surface simplifie énormément le quotidien, limitant les activités d’entretien et de nettoyage.

D’où la présence massive parmi les propriétaires de seniors qui, libérés de leur famille, cherchent à avoir une vie plus simple dans un espace rétréci où tout est à portée de mains.

Des maisons « jouets » à faire soi-même

Est-ce vraiment une révolution ? En fait, on est à la fois proche du cabanon de 16 mètres carrés de Le Corbusier à Roquebrune, lequel suffisait largement aux besoins de l’architecte et de sa femme et, l’on est également proche des maisons jouets fabriquées par, ou pour les enfants qui sont devenues aujourd’hui un jeu d’adultes, grâce aux conseils d’innombrables ouvrages et sites Internet dédiés.

Dans une société comme la nôtre où vivre devient anxiogène, l’aspect ludique de la « tiny house » est également à rechercher à travers littérature et héros qui, de Robinson Crusoé à Davy Crockett en passant par les petits nains de Blanche Neige vivaient en pleine harmonie avec la nature, dans de jolies petites maisons !

Des maisons mobiles de vacances

De l’habitation permanente à l’habitation de vacances, il n’y a qu’un pas.

Alors que certains Français commencent à s’intéresser à ces nouvelles constructions et à cette culture du « tiny », d’autres les envisagent comme des solutions de vacances.

Une solution peu coûteuse, ne nécessitant pas de permis de construire et surtout capable de se déplacer. Car, une « tiny house » « peut » être transportée grâce à des engins spécialisés qu’il convient de louer.

Elle « doit » aussi être transportée compte tenu des autorisations de séjour de 3 mois maximum qui leur sont données. À moins d’un accord spécifique avec la mairie.

Mais, insiste le rédacteur du blog tinyhouse-blog.com : « dans la mesure où en France, le phénomène est nouveau, la législation n’existe pas. La loi en vigueur est donc la même que pour les véhicules habitables, et concerne le stationnement, les documents à posséder, ainsi que les dimensions légales de la Tiny House ».

Il faudra donc attendre pour réguler le statut de ces nouvelles venues ainsi que leurs dimensions, entre 20 et 40 m2, selon les sites consultés. Mais, le mouvement en Europe est lancé. Ce qui est plutôt une bonne nouvelle.

Archives Touriscopie. 2018.
Rédigé par Josette Sicsic

Lu 1186 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.






































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance