TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Voyages : le blackout et le pari politique osé d’Emmanuel Macron

L'Editorial de Jean da Luz



La semaine dernière le Gouvernement avait, sans concertation aucune avec les professionnels, décidé seul de la mise en place de restrictions supplémentaires en matière de déplacements. Jean-Yves Le Drian y avait rajouté une couche en fin de semaine avec son (déjà) fameux : “On ne voyage pas !”. L'Europe, seule exception, est désormais "fortement déconseillée", avant une interdiction formelle ?


Rédigé par le Dimanche 31 Janvier 2021

Désormais, le chef de l’Etat, coincé entre les exigences sanitaires, économiques et politiques, est en première ligne. Son pari est d’autant plus audacieux que les retards de livraison des laboratoires n’augurent pas d’une campagne de vaccination très agile... /crédit DepositPhoto
Désormais, le chef de l’Etat, coincé entre les exigences sanitaires, économiques et politiques, est en première ligne. Son pari est d’autant plus audacieux que les retards de livraison des laboratoires n’augurent pas d’une campagne de vaccination très agile... /crédit DepositPhoto
Désormais, les choses sont claires et nettes : en dehors de l’Europe (fortement déconseillée depuis ce dimanche), les Français sont priés de rester à la maison pour les vacances de février.

Les motifs impérieux qui ont suivi pour les Antilles, ont aussi mis définitivement hors circuit les Dom-Tom.

C’est un coup très dur à la fois pour les voyagistes mais aussi pour les compagnies aériennes.

Les premiers ont dû annuler en catastrophe les séjours jusqu’au 15 février inclus. De leur côté, les agences de voyages face à des annulations en cascade, font de leur mieux pour faire revenir en catastrophe leurs clients. Avec les contraintes supplémentaires que l’on connaît et notamment le PCR au retour et la septaine en prime.

Quant aux transporteurs, ceux qui desservent les Caraïbes, une fois rapatriés les Français en séjour dans l’Outremer, il leur restera les ailes et les yeux pour pleurer.

Voilà qui ne devrait pas arranger les affaires d’Air France, Air Caraïbes et de Corsair, à peine convalescente.

Car, quand on regarde globalement la situation, il n’est quasiment plus possible de voyager en dehors du pays. L’Europe, confrontée à la flambée du variant anglais, offre bien peu d’issues.

Beaucoup de destinations exigent maintenant des septaines à l’arrivée pouvant aller jusqu’à 14 jours, comme l’Allemagne ou l’Autriche.

Beaucoup de destinations européennes exigent des septaines

Des restrictions qui douchent l’espoir des candidats au voyage, quels qu’ils soient. Même les plus opiniâtres...

Bien entendu, on peut se poser la question du bien fondé de ce véritable black out. La brutalité du procédé surprend, alors que la profession fait face à une crise sans précédent.

Et ce d’autant plus que ce reconfinement qui nous pendait au nez, on s’y était plus ou moins résignés.

Psychologiquement, il était “pré-accepté”, après le formatage médiatique dont il faisait l’objet depuis plusieurs semaines.
Nous avons gagné un sursis, mais le remède n’est-il pas pire que le mal ?

Quitte à boucler les Français derrière les grilles de l'Hexagone, ne valait-il pas mieux reconfiner ? Et en encaisser le bénéfice immédiat ?
Cette indécision latente que l’on sent et qui oscille en permanence entre couvre-feu, reconfinement, restrictions de déplacement, devient insupportable à nos compatriotes.

Les grandes surfaces tout à coup sont pointées du doigt, alors que les petites commerces recouvrent leurs notes de noblesse. Les Pouvoirs publics viennent de se rendre compte de leur c… ! Il était temps, entre nous...

Jusqu’à ces derniers jours personne ne contrôlait les innombrables voyageurs en voiture qui, tous les jours, traversent les frontières. Et d’ailleurs, est-ce quelque chose d'envisageable ?

Les Français fatigués des contradictions de la stratégie gouvernementale

Alors pourquoi s’acharner sur les quelques milliers de passagers qui prennent encore l’avion pour prendre quelques jours de repos bien mérités après cette période calamiteuse ?

Oui, les Français ont le moral en berne. Ils sont fatigués des contradictions de la stratégie gouvernementale en matière de gestion de la pandémie. Oui, le flou artistique et le pilotage à vue ont franchi les bornes et n’ont plus de limites.

La crainte de ce sentiment, a amené Emmanuel Macron à exclure le reconfinement. Contre l’avis du Conseil scientifique et même de celui de plusieurs ministres dont OLivier Véran, ministre de la Santé qui estimait le couvre feu “insuffisant” dans la situation actuelle.

Désormais, le chef de l’Etat, coincé entre les exigences sanitaires, économiques et politiques, est en première ligne. Son pari est d’autant plus audacieux que Marine Le Pen est en embuscade pour les prochaines présidentielles à quasi égalité avec l'actuel chef de l'état ( Macron 52%/ Le Pen 48%) (*).

Allons-nous vers un 3e confinement (dur, celui-là) en mars au cas où le variant anglais, qui fait craindre une épidémie dans l’épidémie, se montrerait intraitable ?

Au fur et à mesure des semaines et des mois, le postulat (louable) de ne laisser rien ni personne au bord de la route, pourrait voler en éclats face aux réalités économiques et à la récession.

Qu’on le veuille ou non, l’économie reprendra ses droits ou alors nous allons tous mourir… en bonne santé !

(*) Enquête Harris Interactive pour L’Opinion et CommStrat, réalisée en ligne, les 19 et 20 janvier 2021. Échantillon de 1 403 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, comprenant 976 personnes inscrites sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle, région et comportement électoral antérieur de l’interviewé(e).

Quel est votre avis sur l'absence de reconfinement

Votre avis nous intéresse. Pensez-vous aussi qu'il fallait, tant qu'à faire, opter pour le reconfinement plutôt que pour des mesures restreignant le voyage et les déplacements ? Un reconfinement est-il inévitable à terme ?
Ce serait plutôt une bonne ou une mauvaise chose ?

Exprimez-vous ci-dessous et laissez-nous vos commentaires.

Jean Da Luz Publié par Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 5508 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par patrick BUCAILLE le 01/02/2021 08:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est une très bonne décision que le Président de la République a tenté, si les Français sont respectueux de la distanciation et des protections il a des chances que les résultats soient probants. Il faudra bien à un moment que l'on en finisse de tout bloquer et que les gens soient enfin responsable d'eux-mêmes.

2.Posté par Pierre le 01/02/2021 09:01 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il ne semblerait pas qu’il y ait plus de cas en République dominicaine qui accueille les touristes dans ses hôtels , donc ce n’est pas très logique d’y interdire les arrivées avec des protocoles sanitaires stricts par exemple . C’était une bulle de décompression possible pour certains qui faisait office de soupape de sécurité mentale . Visiblement ce n’est pas pris en compte , car comme d’habitude on considère que c’est un privilège et c’est pour cela que les partis les plus à droite ou à gauche ont depuis longtemps proposé de fermer les frontières comme en union soviétique du temps du pouvoir communiste . Le bien être mental n’est pas assez pris en compte . Plus aucun loisir n’est possible , mais ce n’est pas grave , en revanche devant de nombreux cafés on laisse les gens boire en petits ou grands groupes , pour des raisons justement de sociabilité nécessaire j’imagine , donc oui c’est vraiment dommage et peu utile de fermer les frontières aus pays qui les laissaient ouvertes . Il y en avait peu Un diktat liberticide .

3.Posté par Toujours_là le 01/02/2021 09:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Le gouvernement prend le risque d'attendre et repousse sa décision de confiner pour préserver en partie l'économie et ne pas se mettre une partie de la population à dos.
Sauf que nous : hôteliers, professionnels du monde des arts et du spectacle, restaurateurs, travailleurs dans l'événementiel, dans les bars, dans les discothèques, agents de voyages etc. sommes tous à l'arrêt du fait de ces décisions politiques qui ont stoppé violemment notre activité.
Alors, un petit peu de cohérence, s'il-vous-plait : soit on maintient l'activité de tout le monde ou soit on prend des mesures radicales touchant l'ensemble de la population en espérant améliorer la situation le plus rapidement possible. Mais il faut arrêter avec les demi-mesures!
Si le président ne remporte pas son pari et si la France se retrouve confinée dans quelques jours, nous aurons tous perdus du temps pour rien et l'espoir de retrouver une activité un peu plus "normale" s'éloignera encore davantage pour nous les travailleurs / salariés sacrifiés.

4.Posté par Yves Barraud le 01/02/2021 09:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Ce gouvernement gouverne au doigt levé, à la petite semaine. Le Professeur Christian Perronne (proche de Raoult) nous en a alerté dans son livre : "Y a-t-il une erreur qu'ils n'ont pas commise ?". Quand il fallait fermer les frontières, à l'entame de l'épidémie [comme l'on fait les Vietnamiens, les Japonais, les Philippins…], celles de la France sont restées grande ouverte [alors que l'Allemagne, la Pologne… bouclaient déjà les leurs].

Dès le 16 mars 2020 - TRÈS EXACTEMENT - Macron nous annonçait une seconde vague [il s'agira en fait d'une nouvelle épidémie, comme l'avait imaginé Raoult] à laquelle, de mai à octobre, il n'a absolument pas préparé la France. On l'a vu fanfaronner sur son Jet-ski en Une de Paris-Match alors qu'il aurait du être au boulot pour doubler nos capacités de réanimation par exemple…

L'impréparation est la règle. On ne fait que courir après le virus quand la jeunesse de Wuhan passe ses soirées en boites de nuit.

Certes tous les pays [notamment en Europe] sont touchés. Mais la plupart de ces pays sont animés par une idéologie mortifère consistant, par principe, de ne pas se protéger de l'extérieur [tant sur le plan économique que sanitaire]. Nous payons cette inconséquence dont j'avais débattu en son temps avec Monsieur Rial de Voyageurs du Monde. =;o)

Oui, les frontières sont très utiles, indispensables ! Si elles n'empêchent pas les virus de passer, elles peuvent empêcher leurs porteurs de le faire.

Je pense, comme l'écrit Klaus Schwab [fondateur du forum de Davos], que les choses ne reviendront JAMAIS comme avant. Lui annonce aussi la destruction de 75% des emplois dans le commerce de détail, donc probablement dans les agences de voyages physiques.

Et il est à craindre, comme je l'écrivais dans un autre commentaire, que l'objectif final est de réduire drastiquement le transport aérien mondial, les déplacements loisirs et affaires, dans l'optique de limiter le réchauffement climatique. De grands plans sont en œuvre. On parle du Great Reset (Grande réinitialisation) auquel on peut lier, comme le fit Jacques Attali dès 2009, la cause environnementale.

Le tourisme tel que nous l'avons connu n'est pas inscrit dans ces plans oligarchiques.

5.Posté par Francoise BUKHARI le 01/02/2021 10:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Cher Monsieur Daluz,
Cette réflexion n'engage que moi, je tiens tout de même à vous dire que toute cette "mascarade" depuis un an me laisse sans voix mais je vais vous écrire le fond de ma pensée : l'homme est devenu peureux et trop obéissant et il va devenir fou car on lui a fait croire que ce virus était super agressif et qu'il faisait des milliers de morts, tous les décès sont désormais malheureusement mis dans le "même panier", celui du Covid, les tests sont super sensibles et la plupart du temps, nous avons affaire à des faux positifs.
Je sors désormais sans masque dans la rue et je m'amuse à regarder tous mes compatriotes super disciplinés et muselés mais moi, j'ai besoin de respirer de l'air frais, je le mets simplement si j'entre dans un endroit public !
Et où sont les caméras thermiques qui permettraient aussi d'isoler d'éventuels cas ? Où est la responsabilité personnelle de chacun ? Quand on se sent fébrile, on reste chez soi et il est préférable de se soigner tout de suite ? Qui parle au quotidien des moyens que nous avons pour prévenir cette maladie, personne ou si rarement ? Non, tous les jours c'est x nouveaux cas, x nouveaux décès pour affoler les peuples ! A l'échelle de la planète, chaque année, c'est 50 millions de morts et 150 millions de naissances, que représente le Covid là-dedans ?
A mon avis, il faut simplement dépister à bon escient et soigner, ne pas confiner, ne pas fermer les frontières et ne pas imposer des tests à tout va pour faire fonctionner la seule industrie pharmaceutique. Il faut tout simplement nous rendre notre LIBERTE SOCIALE ET ECONOMIQUE et diffuser quotidiennement toutes les bonnes méthodes préventives pour limiter la gravité de la maladie chez certaines personnes ! et aussi tout faire pour que le monde politique agisse et que nous ne soyons pas gouverner par des forces extrêmes ...
Je vous renvoie aussi à cet article publié dès le 2 février 2020, certains éléments ont été écrits dans le contexte du moment mais ce message reste tout de même très révélateur.

Sunday, February 2nd 2020 - London
The Federation of International Employers (FedEE) writes at 9:40 am GMT

Mass hysteria is the thing we should fear, not a just another cold-like virus

The current global panic in reaction to the emergence of a fairly mild new virus is wholly unjustified and amounts to mass hysteria. Governments around the World should be containing the hysteria, not encouraging it. It is also essential to re-establish normal life as soon as possible and get people back to work.

* There is no evidence that the 2019-nCoV poses any greater threat to those who catch it than many forms of the flu virus.

* The mortality rate in China is around 2% - and appears to remain constantly within a narrow confidence interval around that rate. This does not make it a serious threat to human life.

* Only one person has died from the virus outside China - and he was a Chinese national from Wuhan. Given the number of detected cases then the mortality rate should be much higher if the virus was more dangerous than most common variants of flu.

* It is clear that mortalities have largely arisen amongst those already subject to serious health conditions, or weakened by age. In fact, as with all such viruses the principal cause of death is secondary bacterial infection.

* The source of the virus is said to be a market in Wuhan that sold wild animals, but there is evidence to suggest that people with no connection to the market were infected before the outbreak from the market.

* The animal that was supposed to be the source of the virus has not been specifically identified.

* The reason why pharmaceutical companies have not developed a vaccine for the common cold coronavirus is claimed to be that the virus is difficult to grow and isolate in the laboratory, yet within days of the genetic data relating to the 2019-nCoV being released it had been grown and isolated in an Australian laboratory.

* It appears that some medical experts, organisations and governments around the World were curiously over-prepared for this outbreak. Was this just good prediction - or due to a more sinister reason?

* It is also curious that there is little or no transmission beyond those with a Chinese ethnic origin.

* Although in the best position to offer assistance to China, the USA has offered no medical aid, or other support, and merely closed its borders to those traveling from China. Is this saying something about the virus's source rather than Sino-American relations?

* The handling of the outbreak, and its communication has led to prejudice rather than sympathy towards virus sufferers and suspected sufferers - and, in some cases, deep infringements of human rights. It has also stoked xenophobia/ethic discrimination against those of Chinese origin living outside China. There has been little action by state authorities to curb this problem.

* The over-reaction of authorities, airlines, some health professionals is likely to do far more harm to the World than if normal containment methods were employed.

* The economic consequences of this global panic could be very serious and it leaves employer in a difficult position in trying to cope with stress, anxiety and discriminatory reactions amongst their workforce.

According to Robin Chater, Secretary-General of the Federation of International Employers (FedEE), "The priority now is for everyone to calm down, take a deep breath and think about this situation rationally. The medical profession has given us all misleading information about this outbreak and we need to focus on the emerging facts, even if they do not wish to do so. We must ensure no more harm is done - both to China's burgeoning economy (that is driving growth elsewhere in the World) and to save us from spiralling down into another global recession. Human reason is falling prey to infantile emotion and this development is showing how little we have collectively travelled from our primitive origins."

For further information please contact Eustace Fernsby at the FedEE Press Office on press@fedee.com and 0044 203 608 4412.

What is FedEE?

The Federation of International Employers (FedEE) is a leading corporate membership organisation for multinational companies. It was founded in 1998, with financial assistance from the European Commission. Today it is an independent body with corporate members all around the globe.


6.Posté par PAT44 le 01/02/2021 10:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour un confinement immédiat : on a déjà perdu les vacances de février, ne perdons pas les vacances de Pâques

7.Posté par Mounir le 01/02/2021 14:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour Mr Da Luz
Je pense que le confinement partiel / complet et autres restrictions de voyager ne sont pas des solutions pour faire repartir le business du tourisme, certes ils sont bénéfiques pour diminuer la propagation du virus mais ne garantissent pas une reprise palpable.
Le vaccin, l'ouverture des frontières et la libération des voyages avec le respect des gestes barrières sont les seules solutions pour faire redémarrer la machine.
Le gouvernement évite aujourd'hui le confinement, c'est une bonne chose sur le plan social, pour le moral et pour certains domaines. Notre domaine (Agences de voyages, TO,hostellerie, réceptifs) restera
très atteint si le Vaccin et l'ouverture des destinations tardaient à venir.
La combinaison entre le respect des gestes barrières et le Vaccin permettront la reprise des vacances et des voyages, ainsi la saison 2021 serait meilleure que l'année dernière.
Les voyages en Février sont fortement impactés, ceux au mois d'Avril peuvent l'être aussi, ça serait dramatique de vivre une saison été 2021 aussi catastrophique que 2020, et particulièrement pour les destinations à l'étranger.
La destination France ne peut sauver sa saison que si et seulement si les frontières sont ouvertes et les touristes étrangers reviennent en nombre.
Les destinations à l'étranger ne peuvent pas réussir sans les touristes étrangers.
IL faut impérativement que tout le monde circule "librement & en toute sécurité", pour pouvoir vivre et voir le virus mourir.

8.Posté par Lebert le 01/02/2021 19:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La stricte fermeture des frontiėres est une mesure de bon sens qui contribue à l'évidence à limiter l'expansion de la pandémie. Cette décision certes difficile aurait dû être prise par la France il y a plusieurs mois à l'instar de nombreux pays également fortement dépendants du tourisme.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias