TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


Brexit : easyJet et Ryanair sont-elles parées pour un "no deal" ?

easyJet a lancé un programme pour augmenter l'actionnariat des Européens



Le Brexit va devenir réalité dans 10 semaines, mais quelle réalité ? Avec le vote du mercredi 15 janvier 2019, le scénario du no deal (sans accord) n'a jamais été aussi réalisable que maintenant. Si des dispositions ont été prises par la Commission européenne, le doute plane sur les compagnies britanniques qui pourraient ne plus pouvoir exploiter leurs bases en Europe. Alors Ryanair et easyJet ont-elles fait le nécessaire pour être en conformité le 29 mars 2019 ? Eléments de réponse.


Rédigé par le Dimanche 20 Janvier 2019

En cas de no deal du Brexit, Ryanair et easyJet pourraient revoir leurs actionnariats - Crédit photo : easyJet
En cas de no deal du Brexit, Ryanair et easyJet pourraient revoir leurs actionnariats - Crédit photo : easyJet
Alors que les parlementaires britanniques ont semé une tempête médiatique et politique des deux côtés de la Manche, les transporteurs s'organisent pour pallier au pire.

Nous vous révélions, mercredi 16 janvier 2019, la possibilité de voir les contrôles douaniers remis aux aéroports français, et les compagnies britanniques dans l'incapacité de pouvoir maintenir leurs bases en Europe.

Pour faire face à cette situation qui serait catastrophique pour le transport aérien, le gouvernement français a lancé un plan d'urgence dans les ports et aéroports.

A lire : Brexit dur : le gouvernement lance un plan de 50 M€ dans les ports et aéroports

Ce n'est pas tout, du côté des compagnies, l'agitation est palpable. easyJet que nous avons contactée, et malgré sa filiale autrichienne, nous a indiqué "avoir anticipé et pris les dispositions nécessaires pour être en mesure de continuer à opérer."

La première en date, qui remonte à l'année 2017, a été de créer une nouvelle compagnie basée en Autriche.

"Nous sommes désormais un groupe aérien composé de trois compagnies aériennes basées en Autriche, en Suisse et au Royaume-Uni, et demeurerons un groupe aérien paneuropéen," précise un porte-parole de la compagnie.

easyJet Europe a 130 avions enregistrés en Autriche

Et les enregistrements des avions dans cette nouvelle entité du groupe semblent se faire à la chaîne.

Si le 20 juillet 2017, easyJet Europe annonçait vouloir enregistrer 99 appareils sur sa base de Vienne, selon le site airfleets.net, ils seraient 130 en début d'année 2019.

Ainsi, sur les 135 Airbus A319 détenus par la low cost, 40 seraient enregistrés en Autriche et les 90 restants sont des A320 (sur les 249 détenus par le Groupe). De quoi pouvoir maintenir quelques lignes en Europe.

Et l'attaché de presse d'easyJet de préciser : "nous attendons avec impatience que le gouvernement britannique publie des accords de réciprocité, car nous souhaiterions des éclaircissements sur ces accords dès que possible."

Cette phrase indique bien un doute quant à l'avenir du transport aérien, notamment en cas de "no deal" (pas d'accord).

Pour information, la Commission européenne a pris ses dispositions pour assurer une connectivité de base, signifiant par la même occasion un gel des capacités pour l'année 2019.

Ainsi, pour pouvoir maintenir son plan de vol pour l'année en cours, la compagnie britannique annonce qu'un "programme de relations avec les investisseurs est en cours en Europe afin d’accroître la participation au-delà des 50% pour l'EEE (non-britannique) et ce, avant la sortie du Royaume-Uni de l'UE."

Le problème de la propriété serait alors réglé.

Quid de Ryanair ?

Chez la voisine Ryanair, l'inquiétude est la même, puisque sa licence irlandaise ne suffira pas.

Et Michel de Blust, le secrétaire général de l'ECTAA, de préciser "que le capital de Ryanair est détenu à 40% par des actionnaires irlandais, 20% par des Britanniques et le reste par des fonds d'investissement américains".

La low cost ne remplirait plus les conditions pour être considérée comme une compagnie européenne.

Car sans accord, un transporteur aérien ne serait européen qu'à la condition "où le capital est à majorité européen," nous précisait Jean-Pierre Sauvage, le président du BAR France (board of airlines representatives).

Cette problématique n'est pas nouvelle dans la tête des décideurs irlandais. "Je me souviens avoir parlé à un directeur de Ryanair il y a deux ans et ils avaient conscience du problème", se remémore Michel De Blust.

Les dernières nouvelles en provenance du Royaume-Uni, et même si le scénario du pire est encore totalement hypothétique, ont dû obliger les compagnies à accélérer les démarches pour se prémunir du crash que pourrait être le No Deal.

Les conséquences seraient terribles pour Ryanair, avec 24% du chiffre d'affaires provenant du Royaume-Uni impacté.

Pour ne pas voir ses avions rester sur les tarmacs européens, Ryanair "pourrait déplacer temporairement ses aéronefs basés au Royaume-Uni (environ 22% de ses avions actuels) vers des bases européennes alternatives."

Ce n'est pas tout, car les actionnaires britanniques verraient "leurs actions perdre leurs droits de vote en vertu de l’Article 41 des statuts de Ryanair" selon un document édité pour les investisseurs.

"Dans le cas d'un Brexit dur, le conseil d'administration restreindra les droits de vote de tous les actionnaires non européens (et limitera la vente de ces actions uniquement à des ressortissants de l'UE) afin de garantir que Ryanair reste détenue et contrôlée majoritairement par les actionnaires de l'UE" explique un porte-parole de Ryanair.

Par ce tour de passe-passe, Ryanair deviendrait alors une compagnie européenne, sans l'émission de nouvelles actions.

No Deal ou non, les dispositions ont été prises, aux politiques de trouver maintenant une issue.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 8580 fois

Notez



1.Posté par Cricri le 21/01/2019 07:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour EasyJet qui respecte le droit du travail, ce serait effectivement un coup dur pour le transport aérien européen.

Par contre pour Ryanair, compagnie, ce serait une très bonne nouvelle qu'ils ne puissent plus effectuer de vols intra-communautaire car cette compagnie est un scandale et cela dure depuis trop longtemps.

Et rassurez-vous, le transport aérien est comme la nature, ça n'aime pas le vide. De nombreuses autres compagnies, vertueuses, prendront le relais....

Au lieu de pleurnicher, réjouissons nous si Ryanair se prend un coup de massue.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Hotel&LodgePRO.biz
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hotel&LodgePRO, Le trait d'union entre hôtelier et fournisseurs.

TourMaG.com DMCmag.com Hotel&LodgePRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips