TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Exposition : quand le voyage devient pluriel au Mucem (Marseille)

Voyage Voyages du 22 janvier 2020 au 4 mai 2020 au Mucem



Travailler dans le tourisme et avoir des images de cartes postales plein les yeux à longueur de journée, cela peut parfois faire oublier toute la magie de la profession et du secteur. Alors, si vous cherchez de la motivation pour cette nouvelle année, nous vous proposons de prendre le train (si possible), la voiture ou le vélo direction Marseille et sa nouvelle adresse iconique : le Mucem. Le musée propose une exposition intitulée Voyage, Voyages. Si l'événement est situé dans l'espace inouï de l'amour, sera-t-il plus fort que la nuit et le jour ? Eléments de réponse.


Rédigé par le Samedi 25 Janvier 2020

Voyage Voyages du 22 janvier 2020 au 4 mai 2020 au Mucem - Crédit photo : RP
Voyage Voyages du 22 janvier 2020 au 4 mai 2020 au Mucem - Crédit photo : RP
Il n'est pas d'autre lieu en France qui symbolise mieux le voyage que Marseille.

Ville intégralement ouverte sur la mer, dont les maisons aux inspirations provençales, italiennes et plus généralement méditerranéennes, ont déjà des saveurs de lointain.

Avec ses 2 600 ans d'histoire, son port sentant bon les épices et les marchandises venues des autres rives de celle que les romains de la "Mare Nostrum", la capitale provençale n'a cessé d'inspirer les artistes en tous genres, comme rarement d'autres.

Marseille est une invitation au voyage, et sans doute le meilleur écrin possible pour accueillir, une exposition autour de cette activité qui nous fait tant rêver.

C'est au cœur du Mucem, le musée de dentelle de béton situé face à la mer et à la sortie du Vieux-Port, que le le voyage prend place. L'exposition revient à l'aide d'oeuvres, parcourant les siècles, sur les différentes verticales du voyage.

Voyager étant l'action de se rendre ou d'être transporté en un autre lieu. Il ne signifie pas seulement "tourisme", ni "vagabonder".

Derrière ce verbe se cache aussi l'exil, la fuite et l'abandon.

Pour illustrer ce terme bien souvent galvaudé, les commissaire ont choisi de disposer des casques audio le long d'un mur diffusant le travail de Pascal Messsaoudi.

L'artiste a interrogé près de 120 Marseillais à la Gare Saint-Charles, point de départ ou d'arrivée des voyageurs surplombant la cité Phocéenne.

"Que signifie voyage..." s'interroge une jeune femme questionnée, un long blanc qui en dit long sur la définition d'un mot protéiforme.

Une autre répond "le plus excitant dans le voyage n'est pas d'aller quelque part mais bien le départ." A ce moment c'est l'inconnu, l'excitation et alors le champ des possibles s'ouvre à l'infini.

Et le champ des possibles n'a aucune limite dans l'art, notamment celui du XXe siècle, où les artistes jonglent de période de grandes euphories à d'autres plus sombres.

Avec Marcel Duchamp la valise se transforme en œuvre majeure, pendant que Chiharu Shiota en fait un orgue monumental et mouvant, comme si chaque bagage pouvait délivrer un son unique, celui d'une destination qu'il conserverait en son coeur.

En Afrique, Amérique Latine en Asie, le voyage confine à l'exil, la fuite d'une réalité difficile, insupportable ou inhumain - Crédit photo : RP
En Afrique, Amérique Latine en Asie, le voyage confine à l'exil, la fuite d'une réalité difficile, insupportable ou inhumain - Crédit photo : RP
Si le voyage forme la jeunesse, il forme ou déforme aussi l'artiste. Matisse revient de ses voyages imprégnés des traditions arabes, Albert Marquet gorge sa palette de nouvelles couleurs inspirées des lumières marocaines et Paul Klee laisse apparaître des silhouettes dans ses tableaux expressionnistes...

Voyager c'est s'ouvrir aux autres, ne pas rester figé sur ses idées pré-conçues, c'est la rencontre.

Alors que les pays occidentaux ont fait du voyage une économie et un besoin, le tourisme de masse est aussi une thématique abordée dans l'exposition. Il est pour d'autres continents un terme sombre, transformant la méditerranée en cimetière.

En Afrique, Amérique Latine et en Asie, le voyage confine à l'exil, la fuite d'une réalité difficile, insupportable ou inhumaine.

Pendant ce temps Camille Henrot, nous questionne sur les dérives de notre industrie et de notre vision occidentalisée.

Si le voyage était romantique au 19e siècle, deux cents plus tard, il est devenu froid et ordinaire, à l'image du plastique des perches à selfie, photographiées à Cuba ou Venise.

Au final, l'exposition nous rappelle la chance que nous avons de travailler dans une industrie synonyme de rêve, d'échappatoire, de découverte et d'ouverture à d'autres individus et de nouvelles cultures.

Mais elle nous fait aussi nous questionner, sur les dérives d'une activité devenue trop économique, sur le legs que nous voulons laisser et sur ceux que nous oublions ou feignons de ne pas voir et qui pourtant voyagent, eux aussi, mais pas forcément dans la même classe...

Lu 1457 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.




Dernière heure


FORMEZ-VOUS
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel