TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Guides-conférenciers : "Il faut prendre en compte la diversité des statuts pour sauver la profession"

L'interview de Sophie Bigogne, secrétaire du SPGIC



Le Syndicat Professionnel des Guides Interprètes Conférenciers (SPGIC) a écrit à Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, afin de le sensibiliser sur le cas particulier des guides-conférenciers qui sont de plein fouet impactés par la crise liée à l'épidémie de coronavirus. Différents statuts cohabitent au sein de la profession, et certains ne rentrent pas dans les cases pour bénéficier des aides de l'Etat. Le point avec Sophie Bigogne, secrétaire du SPGIC.


Rédigé par le Jeudi 9 Avril 2020

S. Bigogne : "Les guides-conférenciers sont le principal vecteur de présentation et de diffusion des connaissances du patrimoine historique et culturel de la France, et par-là de sa préservation". ici, le Château de Versailles - DR : Depositphotos.com, bloodua
S. Bigogne : "Les guides-conférenciers sont le principal vecteur de présentation et de diffusion des connaissances du patrimoine historique et culturel de la France, et par-là de sa préservation". ici, le Château de Versailles - DR : Depositphotos.com, bloodua
TourMaG.com - Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'État auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, a fait des annonces concernant les guides-conférenciers indépendants. Pourquoi jugez-vous ces mesures insuffisantes ?

Sophie Bigogne :
Pour compenser les pertes des indépendants liées à la crise du coronavirus, le gouvernement a présenté une aide de 1 500 € qui va être financée par un fonds de solidarité (financé par l’État et les Régions, ndlr).

Les guides-conférenciers sont présentés par Jean-Baptiste Lemoyne uniquement comme des indépendants. Or, la réalité est bien plus complexe.

Nombreux sont ceux qui travaillent en contrats à la mission pour de multiples employeurs.

D'autres cumulent les deux statuts : salarié et auto-entrepreneur. Et ces derniers ne rentrent pas dans les cases pour bénéficier des aides de l'Etat.

C'est pourquoi, lorsque le Secrétaire d'Etat parle des indépendants, cela nous gêne.

"Nous demandons à récupérer notre statut d'intermittent"

L'incertitude est accentuée par la mise en place de la taxation des CDDU (CDD d'usage) : les employeurs devront payer 10€ par mission de guide. Un coût supplémentaire alors que le tourisme est à l'arrêt.

Alors oui, certains sont effectivement auto-entrepreneurs ou travaillent en micro-entreprise, parfois contraints de prendre ce statut par ceux qui les font travailler. Ils seront aidés, c'est positif, mais cela n'est pas suffisant. La réalité n'est pas linéaire pour l'ensemble des guides-conférenciers.

Différents statuts cohabitent qui ne correspondent pas aux aides présentées par le gouvernement.

TourMaG.com - Que demandez-vous ?

Sophie Bigogne :
Nous souhaitons que le gouvernement prenne conscience de la complexité de notre profession.

Nous demandons à récupérer notre statut d'intermittent, car c'est ce que nous sommes, des intermittents avec multi-employeurs.

Ce statut nous permet d'exister auprès de Pôle Emploi. Avec la nouvelle réforme, dont la première partie a été mise en place le 1er novembre 2019, nous sommes les dindons de la farce.

Toute la question est de savoir si l'Etat veut garder des guides-conférenciers formés ou juste des étudiants engagés par des entreprises non domiciliées en France et qui n'ont aucun salarié sur le sol français.

Certaines de ces sociétés sont basées en Irlande et même le directeur général en France est auto-entrepreneur...

"Nous sommes aussi en quelque sorte l'image de la France"

TourMaG.com - Vous êtes confrontés à une concurrence déloyale...

Sophie Bigogne :
Nous avons suivi certaines visites organisées par ces entreprises et je peux vous dire que nous avons été effarés des discours. Mais ce n'est pas le seul problème. Ces entreprises ne font visiter que la Tour Eiffel, le Louvre ou Versailles.

Dans un contexte de sur-tourisme, ce n'est pas comme cela que nous allons convaincre les visiteurs de découvrir d'autres lieux ou d'autres régions.

Il ne faut pas croire que les guides-conférenciers n'accompagnent que des groupes dans des musées. Personnellement, 70% de mon activité se déroule dans des villes ou en circuits et pas qu'à Paris.

Les guides-conférenciers peuvent aller du jour au lendemain en province, à Bordeaux, en Bretagne ou en Provence. Nous ne faisons pas juste le Louvre. Il est temps de revenir à un tourisme local et équitable.

La bonne préservation du patrimoine passe par une bonne présentation, comme le disent toutes les Chartes de I'UNESCO dont la France est signataire.

Nous savons placer nos groupes dans les rues pour qu'ils ne gênent pas les piétons ou les riverains. Nos groupes respectent le patrimoine car nous leur expliquons.

A Versailles par exemple, nous leurs parlons aussi de Vaux-le-Vicomte ou du château de Fontainebleau, autant de sites tout aussi intéressants à découvrir. Nous faisons en sorte qu'ils puissent découvrir d'autres lieux.

Les guides-conférenciers sont le principal vecteur de présentation et de diffusion des connaissances du patrimoine historique et culturel de la France et par-là de sa préservation.

Nous sommes aussi en quelque sorte l'image de la France. Est-ce que l'Etat souhaite réellement perdre tout cela ?

"Plus de 15 jours avant l'annonce du confinement, nous n'avions déjà plus de travail"

TourMaG.com - Vous sentez-vous oubliés par les pouvoirs publics ?

Sophie Bigogne :
Notre profession est souvent oubliée effectivement, car elle est dispersée et nous sommes peu nombreux.

Nous sommes impactés de plein fouet par cette crise comme bon nombre d'acteurs. Il faut savoir que nous avons été les premiers à être affectés.

Plus de 15 jours avant l'annonce du confinement, nous n'avions déjà plus de travail. Et nous serons les derniers à en sortir.

Il n'y aura pas de touristes en France cette année. Et je vois mal les Français qui voyageront en France cette année venir dans les grandes villes. Ils préféreront aller voir leurs proches ou aller à la mer.

Pour le tourisme, ce sera une année blanche. C'est très inquiétant. Nous comprenons qu'actuellement, il y a d'autres priorités, mais il faut que l'on survive jusqu'en avril 2021 !

Certains d'entre nous sont en train de renoncer et cherchent déjà un autre travail, car ils ne toucheront pas de salaire compte tenu de leur statut.

Céline Eymery Publié par Céline Eymery Rédactrice en Chef - TourMaG.com
Voir tous les articles de Céline Eymery
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 7214 fois

Notez



1.Posté par ODILE MILLIARD le 10/04/2020 09:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Agent de voyage, spécialisé dans le voyage culturel, je pensais justement vous faire part de l'inquiétude des guides conférenciers face à l'annulation totale des voyages qu'ils devaient accompagner ce printemps.
Si quelques-uns sont indépendants et peuvent demander l'aide de l'état, la plupart sont salariés vacataires auprès de différents prestataires et à ce titre la demande de chômage partiel et l’indemnisation qui va avec n'est pas adaptée à leur statut.
Je cherche depuis plusieurs semaines un interlocuteur qui soit capable de faire remonter l'information auprès des instances dirigeantes.
En tant qu'agent de voyage, je cherche à défendre cette profession qui emploie des personnes de qualité, hautement qualifiées (beaucoup on des masters ou doctorat en histoire, histoire de l'art, diplomés de l'école du Louvre....) et qui sont partie intégrante de notre offre de voyages de qualité.
Merci de faire remonter l'information.

2.Posté par Guides Provence le 10/04/2020 11:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci au SPGIC pour cet interview en faveur du métier !

#CetÉtéjevisitelaFrance

https://www.guides-provence.com/cetetejevisitelafrance-les-guides-conferenciers-sud-provence-soutiennent-le-collectif-patrimoine-2-0/

3.Posté par Guide Essonne le 10/04/2020 12:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un grand merci pour cet article !
Un grand merci à la SPGIC et à Sophie Bigogne pour avoir aussi bien résumé ce qu’est notre profession et la situation dans laquelle elle se trouve actuellement.
Espérons que le message soit entendu.

4.Posté par Cel le 10/04/2020 14:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Article clair, net et précis. Bravo !
Un grand merci à Tourmag, Sophie Bigogne et au SPGIC

5.Posté par Catherine Mog Guide-conférencière à Strasbourg / Alsace le 10/04/2020 14:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour ce résumé très clair. En espérant que quelques touristes reviennent d'ici Noël et que nous soyons entendus.

6.Posté par McAvoy le 10/04/2020 16:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci de mettre en lumière les acteurs/actrices que nous sommes à la fin d’une longue chaîne de personnes qui travaillent en amont. Si les guides ne sont pas bons les clients ne reviendront pas. Beaucoup repose sur les épaules des guides conférenciers.
Merci à Sophue Bigogne et toute l équipe de SPGIC!

7.Posté par Chloé Cazaux Grandpierre - Vice Présidente Association des Guides Nouvelle-Aquitaine (ex AGICA) le 10/04/2020 17:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,

Merci beaucoup au SPGIC et à Sophie Bigogne pour cet exposé très clair. Les 140 guides de l'Association des Guides de Nouvelle-Aquitaine applaudissent. Nous confirmons que nos tours ont commencé à s'annuler avant que le confinement soit mis en place et que nous regroupons des guides diplômés aux status divers et variés. Le Conseil d'Administration et notre bureau restent au plus près de nos membres pour leur apporter aide et soutient. Nous sommes en lien avec le Syndicat et la Fédération : les guides savent communiquer auprès du public et lorsqu'il s'agit de se regrouper et de communiquer ensemble, nous savons aussi le faire ! Bravo à tous !!

Nous remercions TourMag aussi de nous permettre d'exposer nos problèmes. Et nous espérons que les instances politiques vont entendre notre cri !

Chloé pour le CA et le Bureau de l'Association des Guides de Nouvelle-Aquitaine (ex AGICA)

8.Posté par Rocaboy Florence le 10/04/2020 17:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
L 'article de Sophie est d'une grande clarté. De nombreux conférenciers seront malheureusement contraints de trouver un autre travail dans les mois qui viennent. Ce sera très difficile pour nous car c'est maintenant que démarre la saison touristique et ce jusqu'en octobre. Comment tenir jusqu'au printemps 2021 ?

9.Posté par katherine beau le 11/04/2020 10:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour
Bravo pour les guides conféreciers mais il en est de même pour les accompagnateurs!!

10.Posté par AUGELON le 12/04/2020 00:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Un très bon article et un résumé véridique des difficultés croissantes de cette profession qui est pratiquée par passion permet déjà très difficilement de vire. Merci à Tourmag, au SPGIC pour son engagement et à Sophie Bignogne. Courage à tous

11.Posté par cid nogueira quadros le 12/04/2020 00:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
merci beaucoup à Tourmag, Sophie Bigogne et au SPGI.
personnellement, j'allais commencer ma 26è saison touristique en mars, que s'annonçais très prometteuse. j'ai pu faire 3 services et à partir du 14/03 (14 jours avant le début du confinement) tout a été annulé jusqu'à juillet (pour le moment), mais je ne crois pas que les missions prévus pour le 2ème semestre seront confirmés.
c'est beaucoup plus probable que le tourisme réceptif en france sera totalement anéantie cette année et on sera obligé à attendre le printemps 2021 pour recommencer à travailler, malheureusement.
comment vivre 1 an sans pouvoir travailler? sans avoir un salaire??

12.Posté par Guide Conférencier le 13/04/2020 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cet article.

Au delà de la crise actuelle, il serait tant que le gouvernement protège ses guides-conférenciers comme cela se fait dans d'autres pays d'Europe (Italie, Portugal...) en sanctionnant les indivus qui s'autoproclament "guides" et qui font du mal à l'image de la France, tant à l'échelle nationale qu'internationale.

Dans le sud nous sommes scandalisés par le laisser-faire qui s'infiltre même dans les monuments nationaux et les sites UNESCO qui laissent des "faux guides" réaliser des visites pour des groupes...

13.Posté par del pes le 21/04/2020 10:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci pour cet article! Mais n'oublions pas les accompagnateurs: guides-conférenciers et accompagnateurs ensemble sont les meilleurs ambassadeurs de la culture en France auprès des visiteurs du monde entier, incluant les Français.

14.Posté par B. Detolsan le 28/04/2020 22:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci à Tour Mag et au SPIG pour avoir relayé notre cas !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.




Dernière heure

















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CruiseMaG DMCmag La Travel Tech
Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel