TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


La case de l’Oncle Dom : Transat vendue… ou pas ? Par les roupettes du grand caribou !

L'édito de Dominique Gobert



Tabernacle ! On savait déjà que le groupe Transat A.T connaissait certains soucis. De là à envisager la vente du groupe dans sa totalité, il y avait une marge qui pourrait bien être franchie, si l’on en croit le dernier communiqué du groupe canadien.


Rédigé par le Jeudi 2 Mai 2019

Le groupe Transat reste prudent quant à sa vente. Généralement, c’est toujours ce que l’on déclare avant, de façon à ne pas trop déstabiliser le marché et surtout les salariés, qui sont quand même environ 5 000 dans le groupe ! - DR : Transat Inc.
Le groupe Transat reste prudent quant à sa vente. Généralement, c’est toujours ce que l’on déclare avant, de façon à ne pas trop déstabiliser le marché et surtout les salariés, qui sont quand même environ 5 000 dans le groupe ! - DR : Transat Inc.
C’était en 2016. Transat A.T., proprio de Look et Vacances Transat en France avait, à la surprise de bon nombre d’observateurs (et par forcément pour le plus grand bonheur de ses salariés français), vendu sa filiale française au groupe TUI.

Par les roupettes du Grand Caribou, je ne reviendrai pas sur cette vente et le peu de bénéfice qu’en aura tiré TUI France… Et ce n’est hélas, pas fini.

A l’époque, Jean-Marc Eustache, président du groupe canadien, avait justifié cette vente par son souci de "concentrer l’activité de Transat A.T. sur l’hôtellerie et l’hébergement," si j’ai bonne mémoire.

Accessoirement, ça permettait aussi de récupérer un peu de monnaie, histoire de renflouer des caisses pas trop bien remplies !

C’est d’ailleurs une pratique assez courante, il suffit de prendre en exemple notre Etat à nous qu’on a, qui brade à qui veut bien lui acheter les biens nationaux, genre Aéroports de Paris par exemple.

Mais je m’égare.

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Et pourtant. Transat A.T., en 2018, après avoir connu une année 2017 en pleine euphorie avec un bénef de 29 millions de dollars (canadiens, certes, mais quand même) a plongé dans le rouge carmin (ou vermillon, c’est vous qui choisissez) grâce (Sainte Marie pleine de…) une perte de près de 24,5 millions de dollars, toujours canadiens.

De quoi quand même faire tourner la soupe au pois et acidifier le sirop d’érable !

Il est vrai aussi qu'une part très importante de l’activité du fleuron du groupe, Air Transat, est basée sur les liaisons transatlantiques entre la France et le continent américain. Selon certains experts, Air Transat se situerait au deuxième rang des transporteurs entre la France et le Canada, juste derrière Air Canada et… devant Air France.

Mais, sans doute que l’arrivée de plus en plus concurrentielle des low cost sur les liaisons transatlantiques, le prix du pétrole et que sais-je encore, les comptes se sont dégradés. Et c’est bien dommage…

Dans le communiqué publié récemment, Transat A.T. reste quand même très prudent.

Si des discussions ont bien été "établies avec des repreneurs potentiels, aucune décision n'a été prise à l'égard d'une transaction potentielle. Il n'y a aucune garantie qu'une transaction sera conclue".

Généralement, c’est toujours ce que l’on déclare avant, de façon à ne pas trop déstabiliser le marché et surtout les salariés, qui sont quand même environ 5 000 dans le groupe !

Ce qui ne laisse pas le gouvernement canadien indifférent, bien au contraire.

Selon la presse canadienne, le Ministre de l’Economie Pierre Fitzgibbon suit l’affaire et confirme qu’un groupe canadien serait "éventuellement" intéressé à la reprise. Tout en ne repoussant pas l’idée d’une intervention si jamais le groupe canadien… abandonnait son siège au pays !

Ce qui, mais qui peut savoir, pourrait calmer une possible offre de la part de TUI A.G.

Quant à un rachat par Air Canada ou même West Jet, il y a fort à parier que la Commission de la Concurrence ne verrait pas ça d’un œil de castor bienveillant !

Mais tout est possible…

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 1503 fois

Notez



1.Posté par soupçonneux le 03/05/2019 09:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
J'aimerais qu'on m'explique comment une société qui fait 29 millions de bénéfices une année fait 24,5 millions de pertes l'année suivante qui plus est et comme par hasard après avoir été vendue ?.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Hotel&LodgePRO.biz
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hotel&LodgePRO, Le trait d'union entre hôtelier et fournisseurs.

TourMaG.com DMCmag.com Hotel&LodgePRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips