TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Le baromètre du tourisme parisien fait ressortir les effets de la guerre

Dans un contexte globalement favorable, la guerre en Ukraine freine la reprise du tourisme parisien



Alors que le port du masque disparait progressivement, que les restrictions sanitaires s’estompent et que les flux du tourisme international repartaient bien à la hausse, le conflit ukrainien fait planer un sentiment de prudence et d’attentisme pour les mois à venir.


Rédigé par le Mardi 22 Mars 2022

La bonne nouvelle vient d’outre-Manche avec un retour massif et supérieur des touristes britanniques (+ 19,9 %) par rapport à 2019.  - DR
La bonne nouvelle vient d’outre-Manche avec un retour massif et supérieur des touristes britanniques (+ 19,9 %) par rapport à 2019. - DR
Les indicateurs des arrivées internationales étaient plutôt encourageants avec une projection de l’Observatoire du tourisme parisien sur les arrivées internationales pour les prochaines vacances de Pâques de :

+ 788,4 % à date vs 2021 même si elles sont encore de - 28,9 % vs 2019. Le rattrapage est en marche avec un volume attendu de clientèles européennes inférieurs – seulement – de 20,9 % par rapport à l’année record de 2019 et de - 15,1% en ce qui concerne les visiteurs nord-américains.

La bonne nouvelle vient d’outre-Manche avec un retour massif et supérieur des touristes britanniques (+ 19,9 %) par rapport à 2019.

La visibilité de Paris et sa région dans les médias et les réseaux sociaux est en forte hausse, ce qui ne peut qu’entretenir le mouvement de rattrapage : + 530 % de volume de communication presse au 15 mars 2022 par rapport à l’an passé et même + 131 % au 15 mars 2019.

Le nombre de pages vues sur paris.info est en hausse de + 220 % vs 1er-15 mars 2021 et en recul de 4,9 % vs 1er-15 mars 2019.

Quels impacts mesurables de la guerre en Ukraine ?

Selon les données récoltées par l’Observatoire (Sources : Mastercard/Mabrian, Google, Meltwater, Orange Flux Vision, ForwardKeys, OTCP), dans la deuxième quinzaine de février, les réservations aériennes et hôtelières étaient revenues à des niveaux comparables à ceux de 2019.

Mais depuis le début du mois de mars, le recul total des réservations aériennes est estimé à - 29,2 % par rapport à fin février. Ce recul impacte tous les marchés.

Il est surtout prononcé pour l’Europe (- 50 %), notamment pour l’Allemagne (- 73,5 %) et l’Italie (- 86,1 %). L’Amérique du Nord est pour le moment moins impactée (- 17,7 %).

La guerre en Ukraine a des conséquences prévisibles à court terme et en raison :
  • d’une envolée du prix des matières premières qui génère une inflation qui va peser
    sur la croissance des marchés européens.
  • d’une augmentation prévisible des tarifs aériens suite à la hausse sur les carburants,
  • d’une diminution du budget des ménages consacré aux loisirs, et d’une augmentation parallèle de l’épargne face aux incertitudes, aux risques économiques et sécuritaires.

Lire aussi :

- Tourisme international à Paris, la reprise se confirme

- La France conserve 59% de ses touristes en 2021

Lu 1206 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus












































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias