TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Low-cost long-courrier : "Si Air France disparaît, il faudra 3 mois pour la remplacer" d'après L. Magnin

un succès qui ne fait plus aucun doute



Pour Laurent Magnin et Marc Rochet, respectivement à la tête de XL Airways et de French Bee, l'avenir du transport aérien est plus que jamais au low-cost long-courrier. Lors du Paris Air Forum, qui se tenait jeudi 21 juin à Paris, les deux figures de l'aérien français ont expliqué pourquoi le secteur devait s'adapter à ce nouveau modèle qui va se généraliser.


Rédigé par le Jeudi 21 Juin 2018

Pour Laurent Magnin et Marc Rochet, les deux pointures de l'aérien français, le succès du low-cost long-courrier ne fait plus aucun doute © DR
Pour Laurent Magnin et Marc Rochet, les deux pointures de l'aérien français, le succès du low-cost long-courrier ne fait plus aucun doute © DR
Le low-cost long-courrier va-t-il se généraliser et devenir un modèle d’avenir ?

Laurent Magnin, président de XL Airways France et Marc Rochet, à la tête de French Bee, en sont convaincus. Alors que la troisième vague de compagnies low-cost long-courriers, emmenée par les Air Asia X et autres Norwegian, déferlent sur l’aérien mondial, la question faisait l’objet d’un débat, jeudi 21 juin 2018, lors du Paris Air Forum. La conversation entre les deux pointures de l’aérien français a vite viré au festival de formules et de réflexions sur l'avenir du transport aérien.

« C’est une vague de fond puissante », estime Laurent Magnin. « Quelque part, avec le low-cost long-courrier, le consommateur prend sa revanche. Pendant 40 ans, l’aérien a été porté par des gens qui ne payaient pas leurs billets d’avions. Maintenant, un milliard de consommateurs est en train de nous dire : votre aller-retour à 500 euros, c’est du vol ».

« Quand les prix baissent, les gens voyagent plus »

« La question de savoir si le modèle low-cost long-courrier va perdurer ou pas est une douce plaisanterie », ajoute Marc Rochet. « On a dit à l’époque la même chose sur le low-cost court et moyen courrier. On a le droit de se tromper, mais pas d’être dans le déni », lance-t-il aussi.

D’après les chiffres évoqués par le président de French Bee, la compagnie low-cost française qui vole vers La Réunion et Tahiti, le nombre de passagers mondiaux double tous les 15 ans, et 80% d’entre-eux sont des voyageurs loisirs. « Le potentiel est énorme pour cette clientèle, et, pour elle, la motivation numéro 1 est le prix, c’est indiscutable ». Car pour le patron de French Bee, quand les prix baissent, le grand public voyage plus. Et il en tient pour preuve les résultats de sa compagnie après un an de présence sur l’axe Paris-La Réunion ou les prix ont baissé de 15% quand le marché a augmenté de 19%.

« Je suis absolument convaincu que le modèle est promis a un grand avenir. Sinon, pourquoi les grands groupes mettrait autant de milliards sur la table pour acheter Norwegian ? », explique-t-il aussi, évoquant la bataille que se livrent actuellement IAG, Lufthansa et un « troisième opérateur majeur », pour la prise de contrôle de la low-cost norvégienne.

Et ce alors même que certaines voix doutent encore de la pérennité du modèle, évoquant les expériences ratées, le manque d’investissements en la matière chez les majors américaines ou encore les résultats financiers compliqués des compagnies comme Norwegian.

« Oui il y aura des échecs, mais ce n’est pas pour cela que la modèle ne perdurera pas. Les deux règles du succès en la matière : beaucoup de courage et de moyen financiers, et des avions très performants. On ne fait pas du low-cost long-courrier avec du vieux », tranche Marc Rochet.

« N’oublions pas les résultats d’easyJet et de Ryanair sur leurs premières années », rappelle Laurent Magnin. « Norwegian est dans le même cas aujourd’hui, mais le marché y croit et les investisseurs répondent présents ! ».

France : à quand le réveil ?

Pourquoi, dès lors, le modèle ne séduit pas plus les grandes compagnies aériennes françaises ? « On est assis sur un tas d’or, on est le premier pays touristique du monde, avec une puissance incoming colossale. Seulement, le transport aérien français détourne le regard. On se réveille quand ? », lance Laurent Magnin avec son sens de la formule habituel.

Pour les deux patrons de l’aérien français, c’est d’abord à Air France de prendre les devants pour innover et résister à la concurrence étrangère. Pour Laurent Magnin, « si Air France ne bouge pas, ce n’est certainement par French Bee ou XL qui résistera à la concurrence étrangère… ».

Avant de conclure : « Car si demain Air France disparaît, il faudra 3 mois pour la remplacer. Dans 10 ans, si notre compagnie nationale s’appelle Norwegian, j’aurais du mal à l’expliquer à mes enfants ».

Lu 8629 fois

Notez



1.Posté par Arnaud le 22/06/2018 08:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Air France à tous les atouts pour être encore debout dans le futur !

2.Posté par redbar le 22/06/2018 10:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelques précisions : Laurent Magnin et Marc Rochet étaient plus que dubitatifs il y a 20 ans lorsque la première compagnie Low Cost CityBird basée en Belgique a démarré ses vols transatlantiques se passant de la billetterie papier, une révolution à l’époque. Certes la situation a évolué et la technologie de distribution d’aujourd’hui permet de réduire les coûts, ce qu’ils ont bien compris. Car pour le long courrier ce n’est pas dans l’exploitation que se trouvent les grandes économies. Mais attention, les compagnies traditionnelles se montrent cette fois beaucoup plus réactives que lors de l’apparition des Low Costs courts courriers en introduisant leurs tarifs « light ». Quand aux convoitises de BA et LH sur Norwegian, c’est plus pour avoir su se positionner sur certaines plateformes stratégiques importantes comme LGW et les Antilles Françaises que pour le concept Low Cost, qu’elles ne se priveront pas de supprimer si elles parviennent à éliminer ce concurrent. Ce qui se présage est une bataille de titan, et les petites compagnies Françaises auront bien du mal à résister faute de capitaux.

3.Posté par Steven le 23/06/2018 10:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Pour Arnaud : Il ne faut pas croire que AF est très solide ! Pour un ex Swissair comme moi, on nous a rabâché à longueur d'années que Swissair serait la dernière à faire faillite car elle avait de bons bilans financiers ! Et quand on regarde en arrière on peut s'apercevoir que cela a été une des premières !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 15 Novembre 2018 - 15:17 easyJet ouvre les ventes pour l’automne 2019



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips