TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo Voyages Responsables  



Mollow : remplacer le réflexe "avion" par le réflexe "train"

Trouver un itinéraire pour voyager en train


Toute nouvelle, toute fraîche, Mollow est une plateforme collaborative qui veut rendre le train sexy, au-delà des écolos convaincus, en montrant une autre manière d’entreprendre.


Rédigé par le Jeudi 4 Mai 2023

Mollow propose à chacun de partager son itinéraire alternatif à l'avion - DR : Mollow
Mollow propose à chacun de partager son itinéraire alternatif à l'avion - DR : Mollow
Elle vient à peine de sortir de l’œuf, et déjà, tout le monde parle d’elle.

Mollow a su se faire une place rapidement sur les réseaux et pourtant, elle n’existe officiellement que depuis mi-mars 2023.

La plateforme propose des trajets pour se déplacer en train depuis la France et vers l’Europe essentiellement, avec deux destinations à l’international, vers le Maroc et la Turquie.

Lire aussi : Hourrail ! : lancement d’un media à fond de train

Pour commencer, Mollow propose des départs de Paris, Marseille, Lyon et Bordeaux mais elle devrait aller vers de plus petites villes. Du côté des destinations, l’internaute choisit son trajet parmi une cinquantaine d'itinéraires, et il est redirigé vers la compagnie qui propose le trajet - les compagnies pour les changements.

Mollow a commencé avec 25 destinations, et passe à une cinquantaine ce printemps. « C'est une sorte de partenariat avec Greenpeace : on poste les destinations de leur guide "41 idées de voyages écologiques à travers l'Europe" s'enthousiasme Léo Malet, cofondateur de Mollow. Une grande partie sont déjà disponibles sur Mollow, mais on veut y mettre plus de lumière ! »


Mollow : un lieu hybride, entre l’outil et l’inspirationnel

Pour l’instant, la plateforme ne propose pas d’acheter ledit trajet clé en main, par manque de moyens (financiers, humains) mais aussi un parti pris, celui d’un lieu hybride, qui serait à la fois un outil et une source d’inspiration.

 « Aujourd'hui, dans le tourisme, on sépare les deux, affirme Léo Malet. On connaît tous des plateformes qui proposent d’acheter ses billets, mais ce sont des outils très tech qui réduisent l’aspect plus inspirationnel. On va plutôt retrouver dans les blogs, mais qui vont chacun donner leur conseil perso, cela complique les recherches. 

Notre volonté, c'est vraiment d’avoir une plateforme hybride : donner à la fois envie de prendre le train et de donner les informations qui le permettent »


Lire aussi : "Pour nous tous", vraiment ? Pas facile de préférer le train

L’autre point, c’est que Mollow ne signe pas de partenariats avec les compagnies, et se donnent la liberté de proposer n’importe quel trajet de n’importe quelle compagnie. 

« On est conscient que les partenariats nous permettraient de gagner de l’argent, on rencontre la SNCF, des acteurs du tourisme durable, mais faire de l’argent, ce n’est pas notre but ultime » explique le jeune homme.

Entreprendre autrement

Un discours assez rare dans l’entrepreneuriat et dans le tourisme, mais complètement assumé par les cofondateurrices de Mollow. 

Mollow n’est d’ailleurs pas juridiquement une entreprise, mais une association. Une autre manière de réfléchir l’entreprise. 

Car Mollow ressemble à une entreprise : elle a un pôle développement produit, un pôle commercial, une communication forte, des projets dans chaque pôle, mais se vit comme une nouvelle génération d’entrepreneurs, qui ne voit pas l’entreprise et les bénéfices comme seuls horizons.

« On nous vend ça parce que c’est la norme, mais finalement, on est obligé de faire levée de fonds sur levée de fonds pour avancer. Nous, on s’appuie sur des bénévoles, qui ne travaillent parfois qu’une heure ici ou là avec nous, mais qui font vivre le projet ».

Et ils ne sont pas les seuls : de nouvelles visions émergent, venues de personnes qui ne se reconnaissent plus dans l'entrepreneuriat tel qu'il est a été pensé : tourné vers le profit et la croissance, il ne correspond plus à ceux qui cherchent un modèle différent.

Alors chacun teste. Certains vont vers le statut d'entreprise à mission. D’autres font le choix de commencer en association, et d’inscrire dans leur statut la possibilité de se transformer en coopérative le cas échéant.

De leur côté, les responsables de l'association vont rencontrer Pierre-Alix Lloret-Bavai, cofondateur de l’atelier de formation 2tonnes qui lui aussi a opté pour un statut hybride, avec une entreprise adossée à une association. 

« On arrive dans un univers en pleine transformation, juge Léo Malet. On veut grandir en gardant nos valeurs et l’associatif, c’est le statut qui matérialise le mieux notre engagement anticapitaliste, anti-spéculation, qui n’autorise pas la revente et permet de développer une communauté ».

Un outil au service de ceux qui ne sont pas écolos

L’équipe de Mollow, aujourd’hui, ce sont 3 cofondateurrices : Chiara Pellas, présidente et responsable produits, à l’origine du projet, rejointe par Alisée Pierrot, vice-présidente et responsable communication et Léo Malet, trésorier et responsable financement.
 
À leurs côtés, 45 bénévoles participent au fonctionnement de l’association, chacun à son rythme et selon son besoin. 

Et ils ne sont pas tous des écolos chevronnés ! Parmi les bénévoles, certains prennent l’avion plusieurs fois par an, et l’avouent parfois un peu honteusement... « Mais nous, on veut transformer cette honte de prendre l’avion en envie de prendre le train ! s’enthousiasme Léo Malet. 

On ne veut surtout pas les cacher, on va au contraire leur proposer d’essayer et de vloguer le trajet, pour montrer que ça n’est pas qu’un truc d’écolo »

C’est en partant de la même démarche que l’équipe de Mollow ne s’intéresse pas à un public très ciblé, mais s’ouvre au contraire.

Aux écologistes qui ne prennent plus l’avion, s’ajoutent, en gros les trentenaires CSP+ qui trient leurs déchets mais ne sont pas prêts à renoncer au confort d’un avion. Et enfin, ceux qui prennent l’avion régulièrement, qui sont le vrai challenge de l’association.

 « On ne veut surtout pas s’adresser qu’à une cible écologiste qui fait déjà des choses. On a envie que ceux qui ont le plus d'impact changent leurs habitudes, même juste un peu. Ne pas le faire, ce serait manquer d’ambition. On veut qu’ils troquent au moins un trajet avion contre un trajet train, qu’ils aient cette curiosité ».

S’appuyer sur la communauté pour nourrir le site

Pour lancer la plateforme, c’est toute l’équipe de Mollow qui a créé des itinéraires, basés notamment sur leurs expériences personnelles et les destinations les plus recherchées en Europe. 

Mais l’association compte surtout développer une communauté, capable d’enrichir le contenu du site.

D’abord en proposant des itinéraires à ajouter, ensuite en participant à des challenges ou des animations sur les réseaux, pour que la communauté choisisse la prochaine destination, le prochain départ... « En ce moment, par exemple, on nous demande beaucoup Londres, Bruxelles ou Berlin, on va donc se pencher dessus », illustre Léo Malet. 

Enrichir le site, c’est aussi passer par de nouvelles catégories, de nouveaux filtres que la jeune association n’avait pas imaginés.

« Par exemple, des itinéraires à faire en famille, on est en train de créer une task force pour réfléchir à ça. On n’aurait pas pensé non plus à des destinations lune de miel, mais des demandes vont dans ce sens, pourquoi ne pas réfléchir à un filtre ». 

L’idée principale, c’est surtout que la communauté se saisisse de la plateforme et y partage ses expériences et ses itinéraires. Après validation de l’équipe, l’itinéraire sera mis en ligne, puis partagé sur les réseaux sociaux, en valorisant l’humain, comme l’explique Léo : « On ne va pas dire : " telle ville est accessible depuis telle autre", mais "telle personne a fait tel trajet et en parle", c’est un récit pas un trajet ». 

Un récit, c’est très exactement la manière qu’ont les cofondateurs de regarder un trajet. Prendre divers trains en Europe et voir les différences, voir de nouvelles couleurs, s’asseoir sur de nouveaux sièges, sentir les différences entre les pays, ça commence aussi par là. 

À l’image de Mollow, de plus en plus de jeunes entreprises changent peu à peu la physionomie du tourisme, en élargissant ses frontières pour faire du trajet une aventure.


Juliette Pic Publié par Juliette Pic Journaliste - rubrique Voyages Responsables - TourMaG.com
Voir tous les articles de Juliette Pic
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 7093 fois

Notez

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Juin 2024 - 10:58 Europe : le Greenwashing n'est plus permis !





































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias