TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Paris-Tahiti : j'ai testé pour vous le « low cost très long courrier » de French Bee

De Paris à Tahiti en low-cost



Après son arrivée fracassante sur l’axe Paris-La Réunion en 2017, French Bee, petite sœur low-cost d’Air Caraïbes, vient de poser son A350-900 à Tahiti. Nous étions à bord des premiers vols. Au menu : un avion flambant neuf, des services à bord complets mais additionnels, et une escale agitée.


Rédigé par Pierre Georges, à Papeete, le Lundi 21 Mai 2018

Photo : Jacques REGNIER pour Groupe ADP
Photo : Jacques REGNIER pour Groupe ADP
Le départ est donné en fin d’après-midi depuis le terminal sud de Paris-Orly, où French Bee base ses deux A350-900.

C’est dans l’un d'eux que la petite sœur low-cost d’Air Caraïbes nous invite à entrer direction les antipodes : la Polynésie française, à quelque 16 000 kilomètres de la métropole.

Avec, en tête, plusieurs questions.

Est-ce que le modèle du low-cost, dont le succès s’est toujours basé sur les courtes distances et le point à point, peut s’adapter à l’une des routes les plus longues du monde, qui plus est avec une escale ?

Quel sera le niveau de service à bord ? Surtout : comment affronter 20h de vol low-cost ?

A bord

Pièce maitresse du projet Pacifique de la jeune compagnie française : son A350 flambant neuf. Dès le décollage les niveaux de pressurisation et sonore font déjà la différence. « C’est l’avion parfait pour réduire les coûts », explique Marc Rochet, à la tête de French Bee, qui évoque les économies de carburants réalisées.

Côté confort, la cabine est équipée de siège ZIM, le même fournisseur que Lufthansa, et est configurée en bi-classe : une premium avec 7 sièges de front (disposés en 2-3-2 et pouvant s’incliner à 16 degrés) et une éco à 10 sièges de front disposés en 3-4-3. Certains sièges, séparés du reste de la cabine éco par un espace de galley, portent le nom d’ « eco-cosy ». C’est dans ce dernier espace que nous voyagerons.

Si un A350 pourrait théoriquement contenir 500 passagers, l’appareil de French Bee n’en n’accueille que 411. L’espace entre les sièges en éco est ainsi de 81 cm, dans les standards des classes éco des transporteurs aériens mondiaux sur un vol long-courrier. Chaque siège est équipé d’un écran tactile de 25 cm.

Sur ces derniers, les passagers trouveront de quoi tuer la dizaine d’heure du premier tronçon qui nous emmène d’Orly à San-Francisco, bien que le choix de films et de séries soit plutôt réduit. French Bee a aussi disposé trois caméras sur son avion, visionnable sur les écrans. Un service de wi-fi à bord, malheureusement hors service lors de notre vol, est même proposé au prix de 25 euros de l'heure.

C’est donc sur les prestations à bord que la donne change vraiment par rapport à la concurrence et que la patte low-cost se fait ressentir. Fidèle à sa stratégie de « smart cost », d’après les mots de Marc Rochet, tous les services, une vingtaine au total, sont en option, du repas au bagage en passant par les coupe-files.

« Nous avons découpé l’ensemble de ce qui fait le transport aérien », justifie le patron de French Bee. « Nous proposons au client de constituer un voyage qui lui ressemble ». Et pour cause, il faudra compter 40 euros pour ajouter un repas à bord, 70 euros pour un bagage en soute ou encore 30 euros pour accéder au salon lounge d’Orly.

Pour ce premier tronçon, un repas sera servi en début de vol, ainsi qu’un snack avant l’atterrissage en Californie. A noter que plusieurs objets, comme les couverts ou le trolley, sont encore estampillés « French Blue », l’ancien nom de French Bee, que la compagnie a dû modifier pour pouvoir desservir les Etats-Unis.

Le point noir : l’escale californienne

Il est 20h20 heure locale, lorsque l’avion touche le sol de l’aéroport international de San-Francisco. Tous les passagers sont invités à descendre, et c’est à ce moment que le voyage se complique. Première étape : le contrôle des passeports qui prendra une petite heure, deux autres long-courriers venant également de se poser.

Puis, à la demande des autorités américaines, les bagages sont sortis de la soute. Ils doivent être récupérés, puis ré-enregistrés. Chez Air France et Air Tahiti Nui, qui transitent par Los Angeles, une telle opération n’est pas nécessaire puisque les bagages restent dans l’avion.

Pour les passagers à bord, c’est un bémol. Interrogé par la télévision tahitienne, Marc Rochet assure que la situation est « provisoire ». « Les autorités américaines sont compliquées. Elle nous ont aidé mais elles ont aussi leurs règles (…) je suis convaincu que dans les semaines qui viendront le système de transit à San Francisco s’améliorera pour les passagers qui vont au bout de la ligne ».

Lire aussi : Paris-Tahiti : j’ai testé pour vous la classe affaires d'Air Tahiti Nui

En attendant, passées ces deux épreuves, les passagers doivent encore prendre la direction du hall des départs du terminal international. Le parcours est balisé par des agents de French Bee, dont la plupart sont francophones. Puis une nouvelle file d’attente nous attend pour passer à nouveau le contrôle de sûreté.

Malgré les 3 heures de transit en Californie, nous arrivons juste à temps pour remonter dans l’avion, qui décolle aux alentours de 23h30.

Second tronçon : SFO-PPT

Les équipages changent et l’A350 se lance maintenant à l’assaut du Pacifique. Durant la grande majorité des 8 nouvelles heures de vols que nous affrontons, les lumières resteront éteintes.

A bord, sont présents plusieurs Polynésiens très habitués des liaisons Paris-Papeete, aux mains d’Air Tahiti Nui et d’Air France (parfois en partage de code) depuis des décennies. L’un d’entres-eux explique : « hormis l’escale houleuse, tout est très correct, sans plus, sans moins. Par rapport à Air Tahiti Nui ou Air France, il n’y a pas d’énormes différences. L’avantage c’est le prix, même si maintenant les deux autres compagnies ont aligné leurs tarifs sur ceux de French Bee ».

Pour rappel, la compagnie low-cost propose un premier tarif Basic (juste le siège) au prix d'appel de 460 euros l'aller simple, Smart (cabine, soute 23 kg, un repas) à 550 euros, et 1028 euros en premium.

A 5h du matin, nous atterrissons enfin sur la première île de Polynésie française, près de 22h après avoir décollé. La majorité des passagers passeront la journée et la nuit sur Tahiti pour se remettre d'un tel vol.

Les plus courageux prendront directement leurs correspondances pour leurs îles de vacances, desservies par Air Tahiti.

Avec cette dernière, Marc Rochet espère s’allier pour s’implanter durablement dans le Pacifique. « J’appelle de mes vœux toute alliance commerciale sur les réseaux domestiques », lancera-t-il quelques jours après son vol inaugural, lors d’une conférence de presse...

Lu 28067 fois

Notez



1.Posté par Van Egroo le 22/05/2018 22:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tout service à une valeur
Le TGV est trop cher
L'avion ne peut pas être sans arrêt moins cher mais certains vols intérieurs SO t trop chers pour compenser la bataille sur long courrier..

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips