TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Reprise ou résilience ? Une réflexion "covidienne" sur l’avenir

Décryptage de Josette Sicsic, Futuroscopie



Depuis plus d’un an maintenant, le monde entier s’intéresse à son avenir. La prospective s’est banalisée et l’imagination, stimulée par une crise inédite, continue de tourner à plein tube. Pour autant, l’avenir est flou. L’incertitude domine. La complexité reste au pouvoir. Mais, dans ce brouillard, certaines réflexions sont plus pertinentes que d’autres. Cité par le quotidien « China Daily », un chercheur australien* émet des réflexions paradoxales sur l’avenir et convoque un nouvel espoir : celui d’un monde où l’humain seul est à même de résoudre la crise actuelle. Édifiante, cette réflexion est d’autant plus intéressante qu’elle a été publiée en Chine. Ce qui n’a rien d’un hasard. En voici un résumé.


Rédigé par Josette Sicsic (Futuroscopie) le Dimanche 14 Février 2021

Le secteur du tourisme aura-t-il les capacités d’être résilient ou se contentera-t-il de reprendre comme avant ? - DR : DepositPhotos.com, billiondigital
Le secteur du tourisme aura-t-il les capacités d’être résilient ou se contentera-t-il de reprendre comme avant ? - DR : DepositPhotos.com, billiondigital
« - Le Covid donne un exemple du type de coup dont les sociétés modernes doivent pouvoir se remettre. Mais le Covid est le coup de poing le plus aimable que nous puissions recevoir.

- Pourquoi ? Car, malgré toute sa gravité, le virus est une entité sans âme, liée en fin de compte par les lois de la physique et de la biologie. Il n'a aucune ruse, et il ne nous punit qu'accessoirement. Il peut donc y avoir pire.

- Pour y faire face, la plupart des pays ont utilisé les infrastructures de santé publique disponibles avec seulement quelques adaptations.

Les gouvernements ont également réagi de manière prévisible aux retombées économiques de la pandémie, en suivant le même modèle que celui établi lors d'épisodes similaires dans le passé, notamment lors de la crise financière de 2008.



- Mais, le problème est que les discussions en coulisses d'aujourd'hui ne portent pas vraiment sur la résilience. Elles portent sur la reprise : les dirigeants nationaux et mondiaux veulent désespérément revenir au statu quo d'avant la pandémie.

La clé de la résilience future consiste à devenir intrinsèquement agile

- Cela ne suffit pas, devant les nouveaux drames qui vont surgir : les conflits armés s'étendront à de nouvelles régions. Ou alors, on pourrait avoir affaire avec une cyberguerre, du genre de celles qui peuvent détruire des infrastructures essentielles en un click.

Ajoutez à cela la cacophonie désorientante que provoque les réseaux sociaux. Et nous voilà plus proches que nous le pensons d'un monde méconnaissable.

- Le danger réside en effet dans le fait que les retombées d'une catastrophe se combinent avec d'autres, produisant des effets de rétroaction négatifs sans précédent, peut-être accélérés par des acteurs humains malveillants.

- Pour se préparer à de telles éventualités, les pays devront donc aller au-delà de la simple restauration des infrastructures épuisées et de la mise en place de nouvelles institutions éphémères après la pandémie. La clé de la résilience future consiste à devenir intrinsèquement agile.

- L'agilité intrinsèque exige que des populations entières adoptent la mentalité d'un conteur, où chaque surprise provoque une nouvelle lecture de la situation, et une nouvelle vision de l'avenir.

La science et l'ingénierie ne peuvent pas nous sauver à elles seules

- Grâce aux datas, les forces du marché peuvent le faire. Mais, attention : quand il s'agit de prévoir les activités humaines ou les points de basculement politiques, nos systèmes de modélisation sont perdants, car nous ne pouvons pas supposer que les futures crises d'origine humaine seront semblables à celles du passé.

- Le fait que nos scientifiques et nos dirigeants politiques les plus intelligents envisagent un retour à la "normale" reflète pour sa part un échec collectif de l'imagination. En tant que société, nous devons commencer à réfléchir de manière plus créative à la manière dont les ressources et les formes de relations sociales et économiques existantes peuvent être recombinées pour faire face à de nouveaux problèmes.

- Dans les jeux populaires, la coopération sociale est récompensée par un sentiment d'identité partagée et l’attribution de récompenses. Dans le même temps, des valeurs telles que le bien-être communautaire et environnemental devront être intégrées dans les mesures et les modèles en vigueur, afin qu'elles restent une priorité, indépendamment de ce qui se passe ailleurs.

- La science et l'ingénierie ne peuvent pas nous sauver à elles seules, car leurs résultats devront soutenir la refonte des pactes sociaux. Les arts et les sciences humaines regorgent des outils nécessaires à la réinvention, mais il leur manque l'agencement technique. Il faut tous s’y mettre. »

Alors, le secteur du tourisme aura-t-il les capacités d’être résilient ou se contentera-t-il de reprendre comme avant ? Là sont les challenges de demain et après-demain.

* Sources China Daily. 25 janvier 2021. H.T. Goranson, un ancien directeur de l’Institut for Integrated Intelligent Systems au Griffith University en Australie.

Josette Sicsic - DR
Josette Sicsic - DR
Propos recueillis par Josette Sicsic. Futuroscopie

Journaliste, consultante, conférencière, spécialisée dans l’étude des comportements touristiques et la prospective du tourisme.

Lu 2015 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias