TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Eté 2022 : l'incertitude gagne les réservations estivales 🔑

l'édito de Jean da Luz



Depuis plusieurs mois nous vivons une situation étrange. La pression de la crise sanitaire a diminué mais n’a pas disparu, la guerre en Ukraine fait toujours rage mais nous faisons semblant de ne pas la voir, l’extrême droite est à nos portes mais nous espérons que le repoussoir Marine le Pen évitera le pire, dimanche prochain. L’Occident a-t-il définitivement adopté la politique de l’autruche ? Autant d'incertitudes qui pèsent sur les résa d'été.


Rédigé par le Lundi 18 Avril 2022

La clientèle française prend des airs de vols d’étourneaux et l’attentisme actuel pour les réservations d’été montre, si besoin était, l’indécision des clients... /crédit DepositPhoto
La clientèle française prend des airs de vols d’étourneaux et l’attentisme actuel pour les réservations d’été montre, si besoin était, l’indécision des clients... /crédit DepositPhoto
Les bruits de bottes aux frontières de l’Europe résonnent toujours plus fort.

En communiquant surdoué, le président Zelenski se bat comme un beau diable pour sauver son pays. Il a fait des nouvelles technologies son plus solide allié.

Jamais dans l’histoire de la géo-politique un dirigeant au pouvoir n’avait bénéficié d’une telle médiatisation.

Mais depuis quelque temps, on a l’impression qu’il gesticule et qu’après la dramatisation des débuts, la scène internationale boude les gradins.

Pourtant, la situation n’a jamais été aussi urgente. Marioupol pourrait tomber ce week end pascal entre les mains de l’envahisseur avant que l’étau ne se resserre autour de Kiev...

Le président ukrainien connaît, depuis les débuts du conflit, les limites de la situation.

Il a compris que l’OTAN ne le suivrait pas dans une fuite en avant qui entraînerait le monde dans un 3e conflit mondial. Pour autant, il n’a pas perdu la partie.



Les visiteurs vont faire défaut au bloc de l’Est

En effet, plus ses troupes résistent et plus il poussera Vladimir Poutine dans ses retranchements et dans un éventuel recours à des armes nucléaires tactiques.

Certes, vu la proximité des territoires, cela pourrait revenir à jouer à l’arroseur arrosé, mais le dictateur russe est-il encore réceptif à ce type d’arguments ? N’a-t-il pas basculé définitivement dans une lutte d’égo démesuré avec Volodymyr Zelensky ?

L’avenir nous le dira, mais la situation est délicate et peut basculer à tout moment.

Plus près de nous et toute égales par ailleurs, l’industrie touristique et ses visiteurs vont cruellement faire défaut au bloc de l’Est, où les pays (Pologne, Etats Baltes, Monténégro, Hongrie, …) avaient massivement investi pour ériger le secteur au rang d’apporteur de devises.

Pire : les destinations phare telle la Croatie, la Pologne ou la République Tchèque, solidement installées dans les charts des agences, risquent de jouer les abonnés absents cette année.

La clientèle française prend des airs de vols d’étourneaux et l’attentisme actuel pour les réservations d’été montre, si besoin était, l’indécision des clients.

L’Asie peine à retrouver des couleurs

Malgré 24 mois de crise sanitaire, l’Asie peine à retrouver des couleurs. Ses locomotives que sont la Chine, le Japon ou la Thaïlande, semblent bien souffreteuses, face à la pandémie.

Certes, la dernière lâche peu à peu les vannes, mais l’épisode chinois actuel à Shanghai inspire la méfiance des candidats au voyage.

Personne n’a envie de se retrouver coincé avec armes, bagages et famille, si une crise survient. Or, les épisodes récents nous ont, hélas, démontré qu’une telle hypothèse n’est pas du tout fantaisiste.
Les semaines passent très vite et la crise ukrainienne qui n’en finit pas, fait douter et inquiète les consommateurs.

Elle suscite aussi la crainte des professionnels. La nature ayant horreur du vide, il y a fort à parier que la France sera, cette année encore, l’un des best-sellers des Français.

C’est une bonne chose pour les devises et l’incoming tricolore. Mais si la situation d’incertitude actuelle persiste, c’est une nouvelle crise qui se profile pour les voyagistes et les distributeurs, dont le stock se réduit comme peau de chagrin et les dettes s’allongent comme un jour sans pain...

Jean Da Luz L'éditorial de Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2143 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias