TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


Face à l'afflux de visiteurs, les parcs d'attractions recrutent massivement

42 000 salariés travaillent dans les parcs de loisirs français



Alors que la saison 2019 s'annonce intéressante pour les parcs de loisirs, ces derniers poursuivent les recrutements pour accueillir au mieux les visiteurs cet été. L'engouement pour les parcs d'attractions augmente les besoins en main-d'oeuvre et les difficultés à recruter croissent, elles aussi. Pour certains professionnels, former en interne ses collaborateurs apparaît être la meilleure option pour recruter et professionnaliser les recrues.


Rédigé par le Jeudi 9 Mai 2019

« Le Premier Royaume » est la création originale 2019 du Puy du Fou. Les visiteurs suivront le destin de Clovis, Roi des Francs - DR : Puy du Fou
« Le Premier Royaume » est la création originale 2019 du Puy du Fou. Les visiteurs suivront le destin de Clovis, Roi des Francs - DR : Puy du Fou
Les vacances de Pâques ont lancé la saison pour les parcs d’attractions.

Et cette nouvelle année s’annonce sous les meilleurs auspices. « Nous avons fait un bon démarrage, indique Laurent Albert, directeur général du Puy du Fou. Nous enregistrons une bonne progression car la première zone géographique en vacances était la nôtre ».

Le parc vendéen a accueilli 2,3 millions de visiteurs en 2018 et espère en faire autant en 2019.

Une saison « plutôt encourageante », selon François Fassier, directeur opérationnel de la Compagnie des Alpes (Parc Astérix, Futuroscope, Walibi, France Miniature et Musée Grévin).

« Nous sommes conformes à nos prévisions et en légère croissance. Les données que nous avons aujourd’hui sont assez peu révélatrices de ce que sera la saison, car 60% de notre activité est réalisée entre juillet et fin septembre. »

Un début de saison très prometteur

Avec 600 sites, accueillant 70 millions de visiteurs français et internationaux par an, pour un chiffre d’affaires de 2,3 milliards d’euros, la France s’est, en 40 ans, imposée comme première destination européenne en matière de sites de loisirs, selon une étude réalisée par Atout France et le Syndicat national des espaces de loisirs, d'attractions et culturels (Snelac), dévoilée en avril 2018.

La progression de 40% du chiffre d’affaires de l’activité loisirs de la Compagnie des Alpes sur les quatre dernières années vient corroborer les résultats de l’étude.

« Nous attendons une nouvelle croissance cette année, portée par les nouveautés de nos parcs et l’amélioration de notre stratégie commerciale », souligne François Fassier.

Chez de plus petits opérateurs, tels que Vulcania et Nigloland, ce début de saison est très prometteur. « Sur nos différents marchés, que ce soit les groupes, les CE ou les scolaires, les réservations sont en hausse. Idem pour les réservations sur Internet, elles sont en progression de 20% », affirme Frédéric Goullet, directeur commercial de Vulcania.

Sur le premier mois d'ouverture, le site dédié aux volcans d'Auvergne affiche une progression de 20% du nombre de visiteurs.

Le démarrage est également "très très bon" chez Nigloland, qui a accueilli 10% de visiteurs supplémentaires par rapport à avril 2018. "Notre hôtel était complet tous les jours et s'est rempli des semaines à l'avance", note Rodolphe Gelis, directeur d'exploitation.

La clé du succès : des nouveautés et des hôtels

Chaque année apporte son lot de nouveautés.

Le Puy du Fou inaugurera son attraction le Premier Royaume le 23 mai prochain.

« Nous proposons au moins une nouveauté par an et remettons à niveau l’ensemble de nos spectacles, de nos restaurants, de nos hôtels, etc. », énumère Laurent Albert.

Idem chez tous les opérateurs interrogés. Car l’enjeu est là, faire revenir les visiteurs et ne pas décevoir les repeaters !

L’appétit des visiteurs pour les parcs de loisirs est tel que les structures misent également sur des séjours plus longs.

« Pendant les vacances de Pâques, nous avons rempli l’intégralité de nos cinq hôtels et des hébergements extérieurs. Nous revendons 36 hôtels et campings dans la région.

Nos visiteurs viennent plus nombreux, mais aussi plus longtemps et de plus loin. C’est une tendance qui s’accélère encore cette année »
, note Laurent Albert, pour le Puy du Fou.

« Nous développons l’hébergement pour pouvoir aller chercher une clientèle plus éloignée. Cette année, nous inaugurons un hôtel de 300 chambres et 450 l’an prochain. Cela nous permet de pénétrer des marchés sur lesquels nous avons de vrais potentiels de croissance, explique François Fassier.

Proposer un hébergement permet également d’attirer une clientèle familiale, au pouvoir d’achat plus élevé que les jeunes adultes. »

Les parcs de loisirs français génèrent environ 42 000 emplois

« Les habitudes des Français changent, ils privilégient les courts séjours. Ils préfèrent partir moins souvent mais plus souvent, tant mieux pour les parcs. Dans la région, ils peuvent coupler leur séjour avec une visite des caves de Champagne ou la ville de Troyes.

Et puis, c'est notre 33e saison, tous les ans nous proposons une nouvelle attraction, améliorons le parc, la restauration, ajoutons des spectacles. L'offre globale fait que nous remplissons Nigloland aussi rapidement »
, explique Rodolphe Gélis.

Toujours selon les résultats de l’étude menée par Atout France et le Snelac, les parcs de loisirs français emploient environ 42 000 salariés.

Dans le parc du Puy du Fou, une trentaine de postes restent à pourvoir en hôtellerie, restauration, pour la sécurité, ainsi que sur des postes de télévendeurs ou encore à la blanchisserie.

« C’est la rançon du succès, nous avons un problème de recrutement, car nous sommes installés dans la deuxième zone où il y a moins de chômage en France », affirme Laurent Albert.

Des recrutements en cours pour la saison haute

Nigloland a lancé "L'Eden Palais", en 2019. Une attraction qui met à l'honneur un carrousel en bois appartenant à la famille fondatrice du lieu depuis des générations et opère une remontée dans le temps - DR : Nigloland
Nigloland a lancé "L'Eden Palais", en 2019. Une attraction qui met à l'honneur un carrousel en bois appartenant à la famille fondatrice du lieu depuis des générations et opère une remontée dans le temps - DR : Nigloland
Même problématique pour Nigloland, implanté dans l'Aube. 200 saisonniers ont déjà été recrutés.

Une centaine de postes est encore à pourvoir : opérateur d'attractions, accueil, hôtellerie, restauration. Des CDI sont également proposés.

"C'est très compliqué. Nos besoins sont de plus en plus importants, alors que le bassin de population ici est très faible. Parfois nos salariés font une heure de trajet pour venir travailler. A l'avenir, nous serons certainement obligés de proposer une solution d'hébergement", explique le directeur d'exploitation du site.

Sur les 2 145 employés du parc, 255 sont des contrats en CDI. 60% des saisonniers reviennent d’une saison à l’autre.

2 000 saisonniers sont recrutés cette année pour les parcs de loisirs français de la Compagnie des Alpes.

Un chiffre en hausse de 6 à 7%, du fait de la croissance de la fréquentation et de l’ouverture prolongée des sites. « 80% des recrutements sont effectués. Nous avons besoin de renfort pour la saison été, principalement en attraction, restauration et spectacle », précise François Fassier.

300 CDD sont également à prendre au sein de Disneyland Paris , essentiellement en restauration (commis de cuisine, serveurs, barman).

Des centres de formation en interne

Pour remédier aux difficultés de recrutement, le Puy du Fou a lancé son école de formation, l’Academy Junior, qui compte aujourd’hui 30 écoles techniques et artistiques.

Autre difficulté, héberger les saisonniers. Le parc propose une quarantaine de chambres supplémentaires cette année.

La Compagnie des Alpes planche également sur des outils de formation permettant de recruter, former et professionnaliser les recrues. « Les métiers autour de la restauration, secteur en tension, sont difficiles à pourvoir.

Il faut que l’on prenne des initiatives pour pallier ces problèmes, si on ne veut pas être dans l’impossibilité de pouvoir offrir à nos clientèles des produits de qualité »,
constate François Fassier.

« Dans nos métiers où 80% des collaborateurs sont payés au SMIC, il faut vraiment que l’on se préoccupe de la manière dont ils sont managés au quotidien de façon à ce qu’ils puissent trouver un intérêt à venir travailler chez nous. Ça passe par la formation et l’employabilité », conclut le directeur des opérations parcs de loisirs de la Compagnie des Alpes.

Le géant américain, Disney, mise sur l'alternance pour assurer ses quotas de recrutement. L'objectif est d'augmenter de 8% le taux d'alternants.

Caroline Lelievre Publié par Caroline Lelievre Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Caroline Lelievre
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 3521 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PETITES ANNONCES
Valérie DUFOUR
valerie.annonces@tourmag.com
+33 6 99 07 16 66



CV DU MOIS
Faites parvenir votre CV texte ou vidéo
à valerie.annonces@tourmag.com.
Le CV le plus original sera mis en avant dans notre newsletter emploi du mois.













TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips