TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

IATA : les compagnies brûlent 13 milliards de dollars de cash par mois

IATA demande des mesures de soutien supplémentaires aux gouvernements



Selon IATA, l'industrie du transport aérien brûlera 77 milliards de dollars en cash au cours du second semestre 2020.


Rédigé par La Rédaction le Mardi 6 Octobre 2020

Alexandre de Juniac, Directeur général de IATA - DR IATA
Alexandre de Juniac, Directeur général de IATA - DR IATA
IATA tire une nouvelle fois la sonnette d'alarme.

L'association internationale du transport aérien estime que les compagnies aériennes "brûlent" près de 13 milliards de dollars de cash par mois, soit 77 milliards de dollars en cash au cours du second semestre 2020 (ou 300 000 dollars par minute).

"En raison de la lente reprise du transport aérien, l'industrie aérienne continuera à brûler des liquidités à un rythme moyen de 5 à 6 milliards de dollars par mois en 2021."

Ainsi IATA demande des aides supplémentaires aux gouvernements : "notamment une aide financière qui n'ajoute pas de dette supplémentaire au bilan déjà très endetté du secteur."

À ce jour, les gouvernements du monde entier ont fourni 160 milliards de dollars de soutien selon IATA sous diverses formes : aides directes, subventions salariales, allègements fiscaux...

Le soutien du gouvernement pour l'ensemble du secteur est nécessaire

"La crise est plus profonde et plus longue qu'aucun d'entre nous n'aurait pu l'imaginer. Et les premiers programmes de soutien s'épuisent. Aujourd'hui, nous devons à nouveau tirer la sonnette d'alarme. Si ces programmes de soutien ne sont pas remplacés ou prolongés, les conséquences pour une industrie déjà entravée seront désastreuses", a déclaré Alexandre de Juniac, directeur général et PDG de l'IATA.

"Historiquement, les liquidités générées pendant la haute saison d'été aident à soutenir les compagnies aériennes pendant les mois d'hiver, plus maigres. Malheureusement, le printemps et l'été désastreux de cette année n'ont pas permis d'amortir le choc. En fait, les compagnies aériennes ont brûlé les liquidités tout au long de la période. Et comme les gouvernements n'ont pas de calendrier pour la réouverture des frontières sans quarantaine qui tue les voyageurs, nous ne pouvons pas compter sur un rebond à la fin de l'année pour nous fournir un peu d'argent supplémentaire pour nous permettre de tenir jusqu'au printemps"
, a ajouté le directeur général IATA.

"Le soutien du gouvernement pour l'ensemble du secteur est nécessaire. L'impact s'est étendu à toute la chaîne de valeur des voyages, y compris à nos partenaires des aéroports et des infrastructures de navigation aérienne qui dépendent des niveaux de trafic d'avant la crise pour poursuivre leurs activités. Une augmentation des tarifs pour les utilisateurs du système afin de combler l'écart serait le début d'un cycle vicieux et impitoyable de nouvelles pressions sur les coûts et de réductions d'effectifs. Cela prolongera la crise pour les 10 % de l'activité économique mondiale qui sont liés aux voyages et au tourisme", a expliqué Alexandre de Juniac

Lu 1401 fois

Tags : cash, iata
Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

































  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance