TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



La case de l’Oncle Dom : taxer le kérosène des aéroplanes ? En voilà une (fausse) bonne idée !

L’édito de Dominique Gobert



Allez, à l’aube de ce week-end qui s’annonce chargé en contestation, un sujet de méditation pour lequel le tourisme est particulièrement concerné. Faut-il, oui ou non, taxer le kérosène, le carburant des aéroplanes ?


Rédigé par le Jeudi 29 Novembre 2018

Pour Dom' pas question de taxer le kérosène si seulement la France le fait - Crédit photo : Depositphotos @alphaspirit
Pour Dom' pas question de taxer le kérosène si seulement la France le fait - Crédit photo : Depositphotos @alphaspirit
Parce que, pour ceux qui ne le savent pas : le carburant des aéroplanes volant sur l’ensemble de la planète, le kérosène, n’est pas taxé.

Ce qui, particulièrement en France et dans le contexte actuel, fait plutôt désordre, n’est-il pas ?

A lire : Réchauffement climatique : faut-il enfin taxer le kérosène des avions ?

Et pourtant… Tiens, c’est comme le diesel pour les automobiles, dont l’emploi a été fortement préconisé par nos bonnes et larges têtes pensantes ces dernières années, avant de faire marche arrière toute !

Le kérosène est détaxé, dans le monde entier depuis la Convention Internationale de Chicago en 1944 ! Comme le temps passe, mais à l’époque, il fallait donner un coup de pouce au trafic aérien mondial.

Changer ce principe obligerait les états membres (ils sont pas loin de 200) de l’ Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), à accepter, à l’unanimité, un changement insupportable.

D’autant et pour rester totalement objectif, que le transport aérien est loin d’être un champion du polluage ! Comparé à la pollution automobile ou même aux navires de croisières, c’est quasi de la roupie de sansonnet.

Et encore, l’OACI a déjà pris des mesures concrètes, le dispositif « Corsia » qui oblige les compagnies à acquitter une sorte de « péage » leur permettant d’acheter des « crédits carbone », ce qui devrait, en théorie, limiter les émissions carbone des vols internationaux.

Dominique Gobert - DR
Dominique Gobert - DR
Vaste fumisterie, je vous l’accorde, d’autant que l’on ne sait pas trop où va l’argent correspondant…

Mais bon. En France, notre bon ministre de Rugy, du temps où il était député de je ne sais plus quelle formation politique (ça va, ça vient), voulait taxer le kérosène, au nom de l’équité.

Curieusement, depuis qu’il a remplacé presque au pied levé Nicolas Hulot, c’est plutôt mutisme et langue de bois de ce côté-là. Pas grave !

En même temps (voilà que j’en arrive à employer le langage de Président Macron), pourquoi taxer tout et n’importe quoi en France, depuis le petit retraité jusqu’à nos chaudières, en « oubliant le bon carburant des aéroplanes ? »

Mon bon camarade Rial, l’homme qui dégaine plus vite que Lucky Luke (le dernier est un peu décevant à mon goût), a immédiatement réagi dans un tweet que je cite ici: « Il faut évidemment taxer le #kérosène des #avions et le #fuel lourd des #cargos Et #paquebots en urgence, et casser les accords internationaux qui l’interdisent. Hulot #GiletsJaunes. Je le juge nécessaire et indispensable en tant qu’entrepreneur du voyage ».

Ben non !

D’abord, parce que les compagnies aériennes, je parle de notre pavillon français, sont en proie à des difficultés croissantes, que le prix du kérosène les plombe chaque mois et qu’elles sont, elles aussi, largement taxées.

N’oublions pas aussiu qu'en France, les compagnies sont sujettes à la taxe Chirac, la taxe « sécurité », la taxe sur les infrastructures aéroportuaires, j’en oublie sûrement et qu’elles en ont aussi ras la casquette !

Je ne suis pas sûr que leurs compétiteurs, genre compagnies du Golfe ou de l’Asie, acquittent le carburant au même tarif… Vous me direz que, toujours en même temps, le passager, qui voit son pouvoir d’achat diminuer à la vitesse de la bêtise grandissante de Trompette, n’aura qu’une solution : payer un peu plus cher son ticket d’aéroplane et accessoirement l’ensemble de ses voyages !

Quant aux distributeurs, la surcharge carburant ne rentre pas dans le calcul de la commission…

Alors, pourquoi se gêner ?

Mais tant qu’on ne taxera pas la connerie…

Dominique Gobert Publié par Dominique Gobert Editorialiste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Dominique Gobert
  • picto email

Lu 923 fois

Notez



1.Posté par Wiedling Romain le 30/11/2018 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
C'est vrai que ce bon Roi DAGOBERT est un expert du GIEC, toujours aussi pertinent dans ses chroniques, toujours très étayées de chiffres précis. Allez au travail Mr GOBERT, le journalisme en sortira grandi.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips