TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e


La reconnaissance faciale, c'est comme les antibiotiques... c'est pas automatique !

Une réussite équivalente à 7%, ça vous étonne ?



La reconnaissance faciale est arrivée par les téléphones, notamment la marque à la pomme, s'est répandue avec les aéroports, avant de se propager partout. Si le gouvernement américain a décidé de déployer la technologie dans l'ensemble de ses aéroports d'ici 2023, ses usages et surtout sa fiabilité posent énormément de questions à travers le monde. Seriez-vous prêts à laisser un logiciel, avec un taux de réussite oscillant entre 0 et 65%, contrôler les frontières ?


Rédigé par le Lundi 29 Avril 2019

La reconnaissance faciale, c'est comme les antibiotiques... pas toujours automatique - Crédit photo : Depositphotos @peshkov
La reconnaissance faciale, c'est comme les antibiotiques... pas toujours automatique - Crédit photo : Depositphotos @peshkov
Nous avons tous l'exemple d'une borne Parafe qui ne fonctionne pas ou mal, et d'un voyageur coincé entre deux portes en verre.

Dernièrement, en rentrant d'un voyage de presse, une consœur me contait l'histoire d'un de ses collègues ayant passé plus de 2h30 au contrôle aux frontières, en raison d'un Parafe récalcitrant.

Cette histoire n'est pas pour plaindre le pauvre journaliste qui revient d'un séjour tout frais payé, mais plutôt pour montrer les limites de la technologie tant vantée et espérée par les entreprises, pour se délester de l'expertise humaine bien trop coûteuse.

En effet, Parafe et les autres dérivés technologiques sont apparus tout simplement pour supprimer des guérites dans les aéroports, mais surtout des employés et réduire les frictions humaines.

Sauf que cette solution, qui sera déployée dans l'ensemble des aéroports américains d'ici quatre ans, n'est pas vraiment... aboutie.

De nombreuses études et expériences montrent les limites d'une reconnaissance faciale utilisée en Chine pour confondre des voleurs ou des "criminels économiques".

Devons-nous confier notre sécurité à des ordinateurs et caméras, aussi intelligentes soient-elles ? Alors que tout nous démontre que la technologie n'est pas encore mature, je vous laisse juger.

Des téléphones déverrouillés avec une simple photographie

Tout d'abord, en début d'année, le magazine de défense des consommateurs, "Que Choisir" révélait une étude faite au sein de la rédaction.

Ainsi, près de la moitié des smartphones testés ont été dupés par une simple photo imprimée sur une feuille A4 ou par un cliché affiché sur un autre appareil.

En somme, nul besoin de bénéficier de compétences poussées en hacking, quand un simple smartphone suffit pour pirater la vie d'une autre personne.

Lorsqu'un téléphone se déverrouille, ce sont aussi les applications de la banque, Facebook, Paypal, la boîte mail, etc... qui deviennent potentiellement accessibles.

Cette démonstration démontre bien les limites de la technologie, mais les terminaux numériques tenant dans la poche ne sont pas les seuls à ne pas être au point.

Certes, Parafe et les autres outils utilisés dans les aéroports sont plus pointus que ceux de nos smartphones, mais le Massachusetts Institute of Technology (MIT) a publié un article pointant les manquements de l'IA.

A la fin du mois de janvier, la célèbre école dévoilait que "des recherches ont montré à maintes reprises que ces systèmes traitent certains groupes démographiques de manière beaucoup plus inexacte que d’autres."

La recherche menée par Joy Buolamwini, chercheuse pour le MIT Media Lab, a révélé que les systèmes de classification par sexe vendus par IBM "présentaient un taux d'erreur plus élevé de 34,4 points de pourcentage pour les femmes à la peau plus sombre que les femmes plus claires."

Imaginez un peu que des caméras de sécurité identifiant seulement, dans 65% des cas, certaines catégories de voyageurs, soient déployées dans l'ensemble de notre société...

Une entreprise française incapable de reconnaître un seul visage

Plus récemment, une entreprise a effectué un test à New York, au-dessus du pont Robert F. Kennedy.

Son objectif était de scruter les visages des conducteurs passant sur l'infrastructure et de les identifier, pour les recouper avec les bases de données du gouvernement, afin de trouver des contrevenants à la loi.

Sur les 900 000 véhicules empruntant quotidiennement le pont reliant Manhattan, le Queens et le Bronx, le logiciel n'a reconnu aucun visage durant toute sa période de test.

Malgré l'absence de résultats, le tollé des chercheurs et de l'opinion publique contre les usages de cette technologie, les tests ont repris de plus belle.

Le numérique, l'IA et la blockchain ont des atouts indéniables pour les acteurs du tourisme, mais aussi dans notre vie de tous les jours, mais encore faut-il mettre des limites à leurs usages et s'assurer de leur fiabilité.

Aucun pays n'est épargné par des dysfonctionnements. Au Royaume-Uni, lors de la finale de Ligue des Champions en 2017, un logiciel avait identifié 2 470 potentiels suspects sur 50 000 spectateurs, sauf que 2 297 d’entre eux se sont révélés être des erreurs.

Avec une réussite équivalente à 7%, n'importe quel douanier aurait dû s'inscrire à Pôle Emploi.

La technologie c'est bien, mais quand elle fonctionne à 100%, c'est mieux.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 1057 fois

Notez


Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Juin 2019 - 23:45 Amsterdam : le mariage, remède au surtourisme ?



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure
















TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Hotel&LodgePRO.biz
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hotel&LodgePRO, Le trait d'union entre hôtelier et fournisseurs.

TourMaG.com DMCmag.com Hotel&LodgePRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips