TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e






Les GAFA assignés en justice par l'Etat français

Bruno Le Maire réclame une sanction de plusieurs millions d'euros



Google et Apple pourraient bien voir leur hégémonie remise en cause en 2018. En effet, les sanctions et les discours véhéments à l'encontre de ces deux entreprises, mais aussi plus largement contre les Gafa (Google Amazon Facebook et Apple). Dernière attaque en date, celle de Bruno Le Maire.



Est-ce la fin du jeu pour les géants d'internet ? L'année 2018 ressemble de plus en plus à une chasse aux géants du net, après la réforme RGPD adopté par l'Europe, l'Etat français reprend le flambeau par le biais de Bruno Le Maire.

Le ministre de l'Economie et des Finances a annoncé au micro de nos confrères de RTL (voir vidéo ci-dessous) que l’État allait assigner en justice les géants du numérique Apple et Google.

Obtenir la taxation des géants du numérique, telle est la volonté du membre du gouvernement qui souhaite que Google et Amazon payent leurs impôts, tout comme le font les PME du pays.

Les deux firmes vont bientôt se trouver dans le viseur de la justice française car "un développeur voulant vendre une application à Google ou Apple, se voit imposé des tarifs. Ce n'est pas tout car ces sociétés récupèrent les données, et peuvent modifier unilatéralement les contrats. b

[Et donc je vais assigner Google et Apple devant le Tribunal de commerce de Paris pour pratiques commerciales abusives]b."

Un vent de contestation monte contre les géants du net depuis quelques mois, reste à savoir quel sera le perdant dans l'histoire...




Lu 912 fois
Rédigé par La Rédaction le Mercredi 14 Mars 2018

Notez


1.Posté par PATRICK le 17/03/2018 17:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Il faut les taxer tout comme il faut taxer les plateformes hôtelières (Booking et consorts). Google favorise notamment le pillage de marque "bradjacking". Il faut comprendre que toute réservation « pillée » accentue un manque à gagner pour les caisses de l’état puisque ces plateformes font de l’évasion fiscale à grande échelle avec un Google rémunéré sur ces sommes qui échapperont au fisc, c’est-à-dire à nous contribuables français. Rendez caduque le « brandjacking » dans les contrats signés avec les plateformes hôtelières et Bercy récupérera l’intégralité des sommes puisque nous déclarons et payons nos impôts en France Qu’en pensez-vous ?

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >


PUBLICITÉ
Jean-Louis ROUX Jean-Louis ROUX
jeanlouisroux@tourmag.com
+33 6 24 73 85 79







Dernière heure











La Travel Tech

Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle