TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Voyages sous confinement : la Polynésie défierait-elle Jean Castex ?

"la relance économique par les activités d’investissement et touristique" motif impérieux ?



La Polynésie défierait-elle le gouvernement en place ? Dans un communiqué du 4 novembre le Haut-Commissariat de la République en Polynésie Française (sous l'autorité du 1er ministre) rappelle que l'arrêté du 20 octobre autorise bien les voyageurs en provenance de France à se rendre en Polynésie pour le motif de tourisme jusqu'au 16 novembre 2020. Le Haut-commissariat précise que l’attestation de déplacement et de voyage dérogatoire incluant pour 4ème motif impérieux « la relance économique par les activités d’investissement et touristique » sera mis à jour incessamment. Une décision qui sème le trouble chez les prestataires locaux, chez les voyageurs... et par ricochet chez les voyagistes... Bigre !


Rédigé par le Dimanche 8 Novembre 2020

Le communiqué polynésien sème le doute dans la tête des voyageurs jusqu'aux hôteliers et prestataires locaux - Photo Polynésie JDL
Le communiqué polynésien sème le doute dans la tête des voyageurs jusqu'aux hôteliers et prestataires locaux - Photo Polynésie JDL
Peut-on finalement voyager en Polynésie pour motif de tourisme ?

Le Haut-Commissariat de la République en Polynésie Française a en effet rappelé que malgré le confinement instauré depuis le 30 octobre 2020 en Métropole, les voyageurs en provenance de France sont autorisés pour le motif de tourisme à se rendre en Polynésie.

C'est en tout cas ce que stipule un arrêté du 20 octobre antérieur au confinement et dont les dispositions sont applicables jusqu'au 16 novembre 2020 inclus.

Toutefois dans une communication publiée le 4 novembre le Haut-Commissariat précise que l’attestation de déplacement et de voyage dérogatoire incluant pour 4ème motif impérieux « la relance économique par les activités d’investissement et touristique » sera mis à jour "incessamment".

Pour Jean-Pierre Mas Président des Entreprises du voyages, le Haut Commissaire de la République en Polynésie "a dû pratiquer le rugby". La décision d'ajouter le tourisme comme motif impérieux est "musclée".

Il précise : "Il vient d’effectuer un « cadrage débordement » d’école, au détriment du Premier Ministre."

Pas de passe-droit pour la Polynésie

Peut-on alors voyager en Polynésie malgré le confinement ?

L'article 10 alinéa 2 du Décret 1310 du 29 octobre 2020 ne mentionne-t-il pas que des motifs impérieux peuvent être ajoutés par le représentant de l'Etat sur les Territoires d'Outre-Mer ?

Voici ce qui est écrit : "Pour les vols au départ ou à destination de la Polynésie française et de la Nouvelle-Calédonie, en fonction des circonstances locales, le représentant de l'Etat (c'est à dire le Haut-Commissariat de la République en Polynésie Française ndlr) est habilité à compléter la liste des motifs de nature à justifier les déplacements mentionnés au I du présent article", à savoir les motifs impérieux d’ordre personnel ou familial, de santé urgente ou professionnels ne pouvant être différés.

Pourtant que ce soit du côté de Ministère de l'Europe et des Affaires Etrangères (MEAE), des Entreprises du Voyage ou SETO, il n'est clairement pas autorisé à se déplacer pour des voyages de loisir. Vous avez dit embrouillamini ?

Lire : Confinement : peut-on voyager pour les loisirs en Europe ou ailleurs ?.

Pour Hélion de Villeneuve, PDG d'Austral Lagon, la Polynésie s'inscrit exactement dans la même configuration que les destinations qui sont toujours ouvertes aux Français telles que le Costa Rica ou encore les Maldives, mais auxquelles les Français ne peuvent accéder pour cause de confinement.

Un arrêté en Polynésie qui sème le trouble chez les prestataires

Et selon nos informations, le SETO et les EDV ont fait une demande à propos du décret polynésien et la réponse du MEAE reste inlassablement la même : il est interdit de quitter son domicile sauf exceptions limitées à 8 rubriques (Article 4 alinéa 2).

Reste que le communiqué polynésien sème le doute dans la tête des voyageurs et jusqu'aux hôteliers et prestataires locaux.

"Ce communiqué du Haut-Commissariat crée un réel trouble notamment chez nos prestataires sur place" précise Hélion de Villeneuve. "C'est totalement incohérent. Les hôteliers ne comprennent pas pourquoi nous annulons les voyages. Et puis, il faut souligner aussi que nous avons un problème de responsabilité vis à vis des clients."

Contacté par nos soins vendredi, l'Office de tourisme de Tahiti et ses îles, attendait des précisions...

Du côté des prestataires aériens, le flou artistique est aussi de rigueur.

Mais finalement, peut-être que cette ambivalence arrange certains ?

Céline Eymery Publié par Céline Eymery Rédactrice en Chef - TourMaG.com
Voir tous les articles de Céline Eymery
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 20695 fois

Tags : polynésie
Notez

Commentaires

1.Posté par Martino180 le 09/11/2020 08:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"Mais finalement, peut-être que cette ambivalence arrange certains ?" ca signifie quoi ? pouvez-vous développer ????

2.Posté par Michel Monvoisin le 09/11/2020 21:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour de Tahiti. Je ne comprends pas toutes ces tergiversations. Dans son décret n°2020-1262 du 16 octobre 2020, article 10 paragraphe II, le Premier Ministre précise "Pour les vols au départ ou à destination de la Polynésie française et de la Nouvelle-Calédonie, en fonction des circonstances locales, le représentant de l'Etat est habilité à compléter la liste des motifs de nature à justifier les déplacements mentionnés au I du présent article". Le Haut-Commissaire de la République, qui a rang de préfet, est le représentant de l'Etat en Polynésie française.
Dans son ARRÊTE n° HC 3099 CAB du 20 octobre Chap 4 art 11, le HC précise:
"Conformément à l'habilitation prévue au II de l'article 10 du décret précité, et au regard
des circonstances locales, sont également de nature à justifier un déplacement au départ et à
destination de la Polynésie française les activités en lien avec l'impératif de reprise économique du
territoire, dont notamment l'investissement, le tourisme ou les manifestations culturelles et sportives"
C'est donc limpide: Le tourisme est un motif valable de déplacement et la compagnie Air Tahiti Nui accueille avec plaisir tous les métropolitains souhaitant se rendre en Polynésie française où le soleil est au rendez-vous avec une température extérieure de 27°.
Michel Monvoisin - PDG d'Air Tahiti Nui

3.Posté par Pierre LESAGE le 09/11/2020 23:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
"cette ambivalence arrange certains ?" conclusion pirouette et aussi claire que la confusion de cette communication.....

4.Posté par Emmanuel Dubreucq le 10/11/2020 09:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Web
Quel beau titre accrocheur... mais tellement éloigné de la réalité. Peu importe, du moment que ça fait cliquer les internautes ?
La Polynésie défie une crise économique sans précédent, des emplois détruits, des familles sans ressource... Pas de caisse de chômage au soleil, les milliers de contrats non renouvelés, les hôtels fermés laissent les Polynésiens sur la paille.
Mais évidemment, c'est plus facile de parler de défi envers la métropole que d'un système économique focalisé sur le tourisme, qui est en train de s'effondrer, et dont le président a le courage de chercher des moyens de limiter la casse.

5.Posté par Robert le 11/11/2020 01:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En effectuant des vols à des taux de remplissage dérisoires (ou même à vide!) je ne vois pas comment ATN peut encore gagner de l'argent... Ou alors il faudra que l'on m'explique comment d'habitude on nous affirme que certains vols ne sont pas rentables car pas assez remplis??? Je pense qu'un mauvais calcul a été fait car la C.P.S. (équivalent de la Sécurité Sociale en Métropole) doit être dans le rouge vif, l'hôpital est au bord de l'asphyxie, il y a une recrudescence dans les îles (même éloignées).... Je persiste et signe il ne fallait pas réouvrir les
aéroports (sauf mesures de précautions drastiques promises d'ailleurs par ce haussaire mais jamais appliquées!!!). Pour mémoire la Nouvelle Calédonie est COVID-FREE ( nous l'étions aussi avant ces décisions irresponsables prises par ces incompétents et tout aussi irresponsables !!!) et sans masque... Cherchez l'erreur, pour ma part je !'ai déjà trouvée 🤔😭😷😫😇

6.Posté par Éric le 13/11/2020 06:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
En effet lorsque l'on compare la situation en nouvelle Calédonie et chez nous , c'est tout simplement dramatique...
Nos responsables politiques ont voulu sauver l'économie. Mais quelle économie ? celle du tourisme de Luxe et des grands hôtels .....
Le prix payé à ce jour est tout simplement affreux ...pour finalement aujourd'hui faire machine arrière et interdire les touristes dans un revirement incompréhensible....
Pauvres Polynésiens sacrifiés sur l'hôtel de l'argent.....

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus








































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias