TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone

Covid-19 : A quoi sert la Commission Européenne en matière de transport aérien ?

la chronique de Jean-Louis Baroux



Jean-Louis Baroux, expert aérien et ancien président d'APG revient sur le rôle joué par la Commission Européenne en matière de transport aérien pendant la crise liée à l'épidémie de covid-19.


Rédigé par Jean-Louis Baroux le Mardi 5 Janvier 2021

Ce qui est le plus frappant est la faillite du droit que tous les européens ont à se déplacer - Depsoitphotos.com dell640
Ce qui est le plus frappant est la faillite du droit que tous les européens ont à se déplacer - Depsoitphotos.com dell640
Le constat est alarmant. Depuis le début de la pandémie, l’Europe semble étrangement absente. Quand je parle de l’Europe, je pense bien entendu aux autorités de Bruxelles.

Hormis l’achat largement claironné de 200 millions de vaccins dont on a peine à en voir les stocks en France, et sans doute quelques importants subsides accordés aux différents pays, force est de constater qu’on n’a pas eu l’occasion de percevoir son action.

Ce qui est le plus frappant est la faillite du droit que tous les européens ont à se déplacer. Les différents traités constitutifs de l’Europe ont tous eu pour but d’assurer la libre circulation des hommes et des marchandises à l’intérieur de l’espace européen.

Eh bien, il s’est passé tout juste le contraire. Les autorités européennes ont été dans l’incapacité de conserver ce privilège élémentaire et même d’assurer une coordination minimale entre les pays. Alors chacun y a été de sa propre stratégie sanitaire en pensant qu’elle serait meilleure que celle du voisin.

Le manque de coordination européenne

Et les résultats ne se sont pas faits attendre au moins dans le transport aérien. Il faut savoir qu’une grande compagnie européenne fait au bas mot 65 % de son chiffre d’affaires à l’intérieur du continent.

Il n’est donc pas besoin d’aller chercher des responsabilités dans des continents lointains pour expliquer le désastre dans lequel le manque de coordination européenne a plongé les transporteurs de cette zone.

Il est frappant de voir que les dirigeants des pays ont pris à leur compte la communication envers leur population sur les sujets de gestion de la Covid au lieu de passer l’essentiel de leur temps, de leur énergie et de leur savoir-faire à conserver ce qui est essentiel en Europe, le droit de circuler à loisir au moins à l’intérieur de la Communauté.

Certes cela était sans doute très difficile, raison de plus pour que les uns et les autres et d’abord les autorités européennes y consacrent l’essentiel de leur temps. Pour autant que nous en ayons été informés, cela n’a pas été le cas.

Il serait malvenu que des aides étatiques servent à biaiser les règles

Mais voilà que maintenant on voit le bout du tunnel à la condition que l’on arrive à vacciner suffisamment de monde et que les « passeports sanitaires » soient validés dans la plupart des pays. Alors les autorités européennes commencent à s’intéresser à ce qu’elles peuvent gérer.

Pour ce qui concerne le transport aérien, il s’agit de conserver les règles de concurrence liées aux aides que les Etats ont bien été obligés d’octroyer aux compagnies aériennes que leurs décisions ont mises à genoux. C’est ainsi que Corsair par exemple s’est vue accepter par Bruxelles la validité des aides qui lui ont été consenties par le Gouvernement Français, mais en échange il est interdit à la compagnie d’ouvrir de nouvelles dessertes, le Paris-New-York en l’occurrence.

Certes il est de la responsabilité de la Commission Européenne de sauvegarder des règles de concurrence raisonnables et dans ce cas il serait malvenu que des aides étatiques servent à les biaiser. Mais alors cela signifie que toutes les compagnies européennes doivent désormais s’interdire toute nouvelle expansion de leur réseau.

Car tous les grands groupes allemands, franco/hollandais, anglo/espagnols et en général tous les transporteurs nationaux ont reçu de leurs gouvernements respectifs de considérables aides financières simplement pour rester en vie, ce qui est d’ailleurs le cas de Corsair.

Les « petits » transporteurs doivent être traités comme les plus gros

Alors je me demande à quoi doit servir la Commission Européenne en matière de transport aérien.

Est-elle là uniquement pour pointer du doigt les petits transporteurs auxquels on fera sentir rudement que les règles de la compétition doivent être respectées, ou pour soutenir le Continent lorsqu’il faudra bien recouvrer la position qu’il détenait avant la désastreuse année 2020. Dans ce cas les « petits » transporteurs doivent être traités comme les plus gros.

Au fond si le transport aérien est dans la situation dramatique actuelle, il le doit en grande partie aux absences de la Commission Européenne.

Alors que celle-ci prenne enfin ses responsabilités et qu’elle n’aille pas utiliser de façon tatillonne des règles édictées à un moment ou le transport aérien était en pleine croissance.

Nous sommes tous d’accord pour que les règles qui permettent la liberté du commerce soient préservées. Encore faudrait-il qu’elles soient interprétées de façon positive et non pas punitive.

Jean-Louis Baroux est l'ancien président d'APG (Air Promotion Group) et le créateur du CAF (Cannes Airlines Forum) devenu le World Air Forum.

Grand spécialiste de l'aérien, il a signé aux éditions L'Archipel ''Compagnies Aériennes : la faillite du modèle'', un ouvrage que tous les professionnels du tourisme devraient avoir lu.

Les droits d'auteur de l'ouvrage seront reversés à une association caritative. On peut l'acquérir à cette adresse : www.editionsarchipel.com.

Lu 2471 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par FRANCOISE BUKHARI le 06/01/2021 10:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Propos très justes mais la seule chose que nous souhaitons conserver, c'est la LIBERTE de circuler sans passeport sanitaire et sans vaccin obligatoire mais avec un passeport virtuel du civisme et de la responsabilité. De plus, il faut que l'Europe (comme la Chine) s'équipe de caméras thermiques dans tous les lieux publics (aéroports, gares, métros, etc ...) et que les prises de température soient systématiques à l'entrée de tous les lieux accueillant du public (hôtels, restaurants, salles de sport et de spectacle, etc ...) et tout va rentrer dans l'ordre car les cas potentiels pourront être facilement repérés, isolés et traités.
Ce n'est tout de même pas compliqué !
Merci pour votre attention et bonne journée.

2.Posté par Sebastien Le Caro le 06/01/2021 12:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour,
Tout d'abord, en réponse à Mr Bukhari, je ne suis pas sûr que les caméras thermiques puissent être une réponse à termes. Dans la mesure où la plupart (70/80%) des personnes contaminées sont asymptomatiques, elles n'ont pas de fièvre et demeurent pourtant contagieuses. Mais je peux me tromper.
Ensuite, Mr Baroux, le manque de coordination européenne est un serpent de mer dont on voit pointer le museau à chaque crise que traverse l'Europe. Et c'est le terrain où se retrouvent de concert les eurosceptiques et les pro-europe, mais pour des raisons différentes.
L'Europe n'est pas un état fédéral, ou alors juste au stade embryonnaire. Ne reprochons pas à un nourrisson d'être incapable d'effectuer un triple axel inversé... car c'est quand même ce que la gravité et la rapidité de cette crise sanitaire demande à l'Europe !
Donc oui, chaque gouvernement a géré à sa manière, sans concertation et dans l'urgence car il est responsable devant ses électeurs nationaux et non devant l'ensemble des électeurs européens.
Enfin, je pense que le "privilège élémentaire" des européens à se déplacer librement peut souffrir quelques entorses afin d'éviter une saturation des systèmes de santé. La population humaine - du moins la plus fortunée, la plus privilégiée - est ultra mobile sur la planète, pour le plus grand bonheur des virus, quels qu'ils soient. Et en dehors des vaccins, on n'a encore rien trouvé de mieux, pour enrailler une épidémie, que de limiter sa propagation et donc les déplacements des populations. Donc, quand bien même l'Europe serait coordonnée, je ne vois pas en quoi elle pourrait légitimement protéger le droit des populations à se déplacer.

3.Posté par PAT44 le 06/01/2021 14:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
le passeport et les visas sont déjà obligatoires pour entrer dans de nombreux pays, alors un passeport santé et/ou un vaccin de plus ....cela ne change pas grand chose ... autant le faire

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • TourMaG Travel Media Group
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance