1998 - 2018  BRAVO ET MERCI  LES BLEUS !
TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e



Croatie et Bosnie ont pansé leurs plaies et regardent vers l'avenir...

une page est tournée



Les traces laissées par les conflits qui ont embrasé cette région des Balkans voici vingt-cinq ans sont pratiquement toutes effacées. À Dubrovnik, à Sarajevo et à Mostar, seuls comptent le présent et l’avenir.


Rédigé par Bernard MOULIN le Mercredi 20 Juin 2018

L'Hôtel de ville bibliothèque de Sarajevo, remarquablement reconstruite. /crédit photo JDL
L'Hôtel de ville bibliothèque de Sarajevo, remarquablement reconstruite. /crédit photo JDL
La Croatie est un peu le navire amiral de la production de Travel Europe, avec 68 000 clients envoyés l’an dernier sur la côte Adriatique et principalement à Dubrovnik.

Née au VIIe siècle, celle qui fut autrefois République de Raguse et rivale de Venise est un véritable musée à ciel ouvert où se côtoient harmonieusement les styles roman et gothique, baroque et Renaissance.

Mais c’est surtout un musée vivant et coloré à la tombée de la nuit lorsque la lumière des réverbères se reflète sur les dalles de marbre de ses rues animées bordées de bars et de restaurants, de boutiques et de galeries d’art.

On peut même y admirer la plus vieille pharmacie d’Europe, qui n’a jamais cessé son activité depuis 1317 !

Dubrovnik a un peu souffert de la pluie d’obus qui a touché ses monuments et ses palais, sans pour autant la défigurer.

Il ne lui a pas fallu bien longtemps pour panser ses plaies avec l’aide de l’UNESCO (la ville est inscrite au patrimoine mondial).

Et aujourd’hui, contemplée du haut des remparts qui l’enserrent comme le ferait un écrin pour une pierre précieuse, elle apparaît plus admirable que jamais sous ses toits roses refaits à neuf avec des tuiles de la région toulousaine.

Prospérer à l’ombre des clochers et des minarets

Sarajevo, capitale olympique des JO d'hiver... c'était le bon temps... /crédit photo JDL
Sarajevo, capitale olympique des JO d'hiver... c'était le bon temps... /crédit photo JDL
Après les années de guerre, la Croatie est devenue une destination à la mode à l’instar de ce que fut, un peu avant elle, la République dominicaine par exemple.

Comme si c’était une soudaine révélation, tous les tour-opérateurs français l’ont, d’un même mouvement, mise à leurs brochures et la clientèle a afflué, tombant sous le charme d’un pays qui vaut effectivement le détour.

Au point que Dubrovnik, son joyau, frôle aujourd’hui l’engorgement, singulièrement les jours où plusieurs bateaux de croisière y déversent en même temps leurs milliers de passagers.

Un déferlement touristique que ne connaît évidemment pas la Bosnie-Herzégovine voisine, pays martyrisé lui aussi, qui a courageusement refait surface et présente également un visage avenant, mais qui n’a qu’un très modeste accès à la mer avec sa vingtaine de kilomètres de façade maritime.

Pour autant, le pays ne manque pas d’atouts touristiques, notamment avec Mostar, ville déjà célèbre grâce à son fameux pont, bien avant que les bombes la mettent sous les feux de l’actualité.

Renaître de ses cendres et panser ses cicatrices

Construit en 1565, ce robuste pont de pierre enjambant la Neretva avait résisté à deux guerres mondiales et à près d’un demi-millénaire d’histoire avant de s’écrouler sous les assauts croates en 1993. Mais, preuve que la page est tournée, il a été rebâti avec des fonds venus, entre autres, de Croatie !

Mostar est, comme Dubrovnik, un symbole fort de l’embrasement qui a consumé l’ex-Yougoslavie dans les années 1990. Sarajevo, la capitale bosniaque en est un autre.

Elle aussi a fini par renaître de ses cendres et par effacer ses cicatrices. L’un des rares signes toujours visibles de son épreuve est l’étroit tunnel qui lui a permis de se ravitailler tant bien que mal pendant les mille jours d’un siège dévastateur.

À Sarajevo, on visite aussi le musée consacré à un événement majeur de l’histoire du monde : l’assassinat en juin 1914 par un nationaliste serbe de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’Empire austro-hongrois, coup de feu fatal qui allait enclencher la Première Guerre mondiale.

Mais tout ceci appartient au passé, et la Bosnie, la Croatie comme les Républiques voisines ont aujourd’hui l’ambition, en partie grâce au tourisme, de prospérer à l’ombre de clochers et de minarets qui ne se regardent plus en chiens de faïence.

Lu 827 fois

Tags : bosnie, croatie
Notez


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Mai 2018 - 23:45 La Syrie... même plus en rêve !



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75

Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et TourMaGEVENTS, l'agenda des événements du tourisme.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle