TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Economie : "Nous sommes sur une bulle", selon Marc Touati 🔑

Interview de Marc Touati, Ă©conomiste et auteur d'ouvrages sur l'Ă©conomie



Après son analyse de la flambée du baril de pétrole, l'économiste star de la télévision et des réseaux sociaux est revenu plus longuement sur l'économie en général. Alors que la France se gargarise d'une croissance digne de l'après-guerre, l'inflation pointe le bout de son nez et cela fait craindre le pire à Marc Touati. Ce n'est pas tout, car nous pourrions faire face à un krach boursier, car "nous nous retrouvons exactement dans les mêmes cas que les bulles d'Internet et des subprimes". Retrouvez l'interview de Marc Touati, économiste et auteur de plusieurs best-sellers dont Reset.


Rédigé par le Mercredi 1 Décembre 2021

"Nous nous retrouvons exactement dans les mêmes cas que la bulle Internet ou des subprimes, lors desquelles nous avons oublié que les arbres ne montent pas au ciel" selon Marc Touati - Depositphotos @wittaya2499
"Nous nous retrouvons exactement dans les mêmes cas que la bulle Internet ou des subprimes, lors desquelles nous avons oublié que les arbres ne montent pas au ciel" selon Marc Touati - Depositphotos @wittaya2499
TourMaG.com - Pour résumer, les déboires que nous connaissons en ce moment, sur le pétrole et l'inflation en règle générale, proviennent du trop grand succès de la surintervention étatique...

Marc Touati :
Et monétaire, c'est une nouveauté.

Nous avions connu ça durant un an en 2008 et c'était limité. Et comme les banques centrales finançaient les dettes publiques, cela donne l'impression que les dettes du covid ne coûtent rien.

Nous avons l'impression d'une relance qui n'a rien coûté.



Une fois que les banques centrales vont arrêter la planche à billets, donc qui achètent la dette publique et donc financent les Etats, les taux d'intérêt des crédits étatiques vont augmenter, mais aussi des crédits.

Avec une telle dynamique, nous allons assister une réduction des bulles boursières et immobilières. Dès que nous allons retrouver un monde normal, le secteur du tourisme est celui qui souffrira le moins et c'est une bonne nouvelle.

"Le retour au monde normal va ĂŞtre violent"

TourMaG.com - Si je comprends bien, selon vous, il est temps de mettre fin à la planche à billets ? Et donc que la Banque Centrale Européenne laisse l'économie reprendre sa marche normale.

Marc Touati :
C'est tout le problème.

Malgré l'inflation, la BCE ne veut pas arrêter la planche à billets, donc elle rachète les dettes étatiques. Il y a un mois, un phénomène rare est passé presque inaperçu : le président de la Bundesbank (Banque fédérale d'Allemagne, ndlr) a démissionné.

Les Allemands veulent arrêter avec cette planche à billets, mais Christine Lagarde qui est actuellement à la tête de la BCE, ne souhaite pas cela. Nous faisons face à de l'instabilité dans la zone euro et c'est dangereux.

La BCE exagère dans une politique que je trouve beaucoup trop laxiste.

TourMaG.com - En Allemagne, l'inflation (en Europe, ndlr) a dépassé les 4,5%. Est-ce inquiétant ?

Marc Touati :
Dans le sens, oĂą les Allemands n'aiment pas cela, oui.

Puis la France n'est pas épargnée, avec un taux de 3,2%, c'est beaucoup. Et malheureusement l'inflation va poursuivre sa hausse.

TourMaG.com - Quand Emmanuel Macron se gargarise que la France affiche l'une des meilleurs croissances de la zone euro, il se trompe dans son analyse ?

Marc Touati :
Quand nous disons que nous faisons mieux que l'Allemagne, nous nous trompons.

Le gouvernement outre-Rhin a arrêté rapidement la perfusion et les dépenses publiques, alors que nous continuons. Certes la croissance en Allemagne redevient presque normale, mais à la fin il faudra payer la facture.

"Certains préfèrent que nous restions dans une économie parallèle sous perfusion"

TourMaG.com - Nous faisons face Ă  une reprise Ă©conomique artificielle ?

Marc Touati :
Complètement.

Il y a deux effets pour l'expliquer, dont celui que j'appelle le syndrome du fond de la piscine. Une fois que vous avez touché le fond, vous remontez. Le PIB a chuté de -8% en 2020, nous allons enregistré une croissance 6,5% en 2021, c'est un peu logique.

Je dirais même qu'avec les aides que l'Etat a distribuées, la croissance ne représente pas grand-chose. La dette a augmenté de 450 milliards d'euros, mais nous n'avons toujours pas retrouvé le PIB de 2019. C'est cher payé le dixième de point de croissance.

Nous nous gargarisons d'afficher la plus forte croissance depuis 1969, c'est de la poudre aux yeux. Dès 2023, nous allons retrouver des niveaux de croissance habituels, de l'ordre de 1%.

Quand nous allons retrouver un monde normal, nous allons aussi retrouver une croissance normale. Aujourd'hui, j'ai l'impression que beaucoup de personnes ont intérêt que la pandémie dure.

Je ne suis pas dans la théorie du complot, mais certains préfèrent que nous restions dans une économie parallèle sous perfusion. Il faut que ça s'arrête, mais le retour au monde normal va être violent.

Malgré une récession historique, nous n'avons jamais eu aussi peu de faillites, en France.

Quand je me suis entretenu avec Bruno Le Maire, je lui ai dit que le gouvernement avait fait une erreur, en donnant de l'argent n'importe comment.

Il est indispensable de cibler les aides, en fonction des activités.

Dette covid : "Nous sommes assis sur un baril de poudre"

"Nous jouons un jeu très dangereux, car le jour, où il faudra payer la facture, ce sera compliqué" selon Marc Touati
"Nous jouons un jeu très dangereux, car le jour, où il faudra payer la facture, ce sera compliqué" selon Marc Touati
TourMaG.com - Actuellement l'Etat français affiche une dette colossale qui a dépassé en janvier les 120% du PIB français et pourrait franchir le cap des 2 600 milliards. Honnêtement, la France ne remboursera jamais cette somme ?

Marc Touati :
Elle n'aura pas d'autre choix que de rembourser, du moins les intérêts de la dette.

C'est tout le problème. Aujourd'hui nous ne voyons pas le coût de la dette, car la BCE achète tout, avec des taux d'intérêt autour des 0%. Dès que les taux d'intérêt vont commencer à augmenter, alors cela va nous coûter cher.

Nous allons voir le vrai prix du "quoi qu'il en coûte", à ce moment là. Nous sommes actuellement dans une fuite en avant que personne ne souhaite arrêter.

Nous jouons un jeu très dangereux, car le jour, où il faudra payer la facture, ce sera compliqué. La BCE va maintenir le statu quo en 2022, pour que les élections présidentielles se déroulent normalement.

Avec la montée du populisme en France, la BCE fera tout pour éviter une crise sociale et économique avant les élections. Nous sommes assis sur un baril de poudre, avec cette dette.

Nous ne devons plus compter sur les aides de l'Etat et très vite rembourser les PGE et se débrouiller par soi-même. Puis à trop compter sur les aides, nous ne sommes plus compétitifs.

Pour les entreprises je leur conseille de développer 4 pistes stratégiques : développer des produits et services de niches, faire savoir le savoir-faire, innover et avoir un rayonnement international.

Avec cela, les sociétés seront armées pour la prochaine crise. Il y aura une crise dans les prochaines années. En 2020, nous devions avoir une petite crise, mais avec la pandémie nous ne l'avons pas eue.

Nous n'avons pas terminé la crise de 2008, nous accumulons les crises et nous risquons de nous réveiller avec la gueule de bois.

TourMaG.com - Dans le même temps, avec la planche à billets des banques centrales, il n'a jamais été aussi facile d'investir, puisque les taux d'intérêt sont très faibles...

Marc Touati :
Bravo !

Vous avez raison, nous devons profiter des taux d'intérêt qui sont à des niveaux très bas, car ça ne va pas durer éternellement. Si vous avez des investissements à faire, c'est maintenant qu'il faut les faire !

"Nous nous sommes dans les mĂŞme cas que les bulles Internet ou des subprimes"

TourMaG.com - Vous dites qu'avec la dette, nous sommes assis sur un baril de poudre, mais la bourse fait craindre le pire. Quand Elon Musk gagne 36,2 milliards de dollars grâce aux actions Tesla, sur le simple fait que le constructeur a vendu pour 4,4 milliards de voitures... il y a un problème. La bourse n'est plus connectée à la réalité économique. Est-ce inquiétant ?

Marc Touati :
Bien sûr, nous sommes sur une bulle.

En économie cela signifie que la réalité financière va trop loin par rapport à la réalité économique. Normalement les marchés boursiers reflètent la réalité économique.

Avec la morphine des banques centrales, de l'argent gratuit, nous avons perdu l'Ă©chelle des valeurs. Tout flambe.

Nous nous retrouvons exactement dans les mĂŞme cas que la
bulle Internet ou des subprimes, lors desquelles nous avons oublié que les arbres ne montent pas au ciel.

Les excès se payent.

D'un point de vue sociétal, c'est aussi très dangereux. Les plus riches deviennent plus riches, avec une moindre redistribution, cela accroit les inégalités. Dans le même temps, avec les cryptomonnaies les jeunes pensent qu'il est possible de gagner de l'argent devant son ordinateur, c'est dangereux.

TourMaG.com - Un krach boursier est-il possible dans les prochains mois ?

Marc Touati :
Bien sûr.

Le mot de krach est peut-être un peu fort, mais nous allons assister à une correction. Une fois que les banques centrales vont arrêter la planche à billets, alors les cours de bourse vont se réguler.

La BCE devrait arrêter après les élections françaises ou avant, si les Allemands tapent du poing sur la table.

TourMaG.com - Avec les cryptomonnaies, c'est la première fois qu'un adolescent peut créer seul dans son coin un moyen de paiement en dehors des circuits monétaires...

Marc Touati :
C'est incroyable.

Il y a un abus de langage, ce n'est pas une monnaie, c'est juste un moyen d'échange. Par contre c'est déjà arrivé dans l'histoire. Les autorités n'ont pas légiféré à temps et donc ce genre de chose s'appuie sur une faille.

Nous ne sommes plus dans la rationalité, donc nul ne sait ce qu'il adviendra des cours des cryptomonnaies. Nous sommes dans un monde virtuel et plus dans le réel.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 10526 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos MĂ©dias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias