TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e



Emploi : conseiller de voyages, billettistes... comment répondre aux besoins des entreprises ?

Manque de formation aux outils



Conseillers de voyages, billettistes, forfaitistes, autant de postes qui font l’objet d’annonces régulières et peinent à trouver preneurs. L’emploi dans les agences de voyages et le tour-operating a fait l’objet d’une table-ronde animée par Valérie Dufour, responsable de TourMaGJOBS, jeudi 28 mars 2019, deuxième journée du Ditex.


Rédigé par le Dimanche 31 Mars 2019

Jeudi 28 mars 2019, une table-ronde sur les problématiques de l'emploi dans le tour-opérating et agences de voyages a été organisée sur le salon du Ditex. - CL
Jeudi 28 mars 2019, une table-ronde sur les problématiques de l'emploi dans le tour-opérating et agences de voyages a été organisée sur le salon du Ditex. - CL
Le constat est clair et connu depuis des années : les métiers de conseiller de voyages ou encore billettiste ne séduisent plus.

Expertise technique, travail le week-end, rémunération faible… Quelles sont les problématiques des recruteurs des agences de voyages et du tour-operating ? La thématique a fait l’objet d’une table ronde animée par Valérie Dufour, à la tête de TourMaGJOBS, jeudi 28 mars 2019, deuxième journée du Ditex.

Les échanges ont été vifs. Mais tous les participants l’affirment : le métier agent de voyage a été totalement dévalorisé.

« Il y a un vrai problème sur le secteur complet. La dernière étude Mercer, sur les enjeux de l’emploi en Europe sur les trois prochaines années, pointe la non-anticipation de l’évolution du marché », avance Yann Gougeon, fondateur du centre de formation 360 sharing.

Agent de voyage : plus de responsabilités, une rémunération faible

« Il faut arrêter de dire que les agents de voyages ne gagnent pas leur vie : le smic de la convention est plus élevé que le SMIC, auquel s’ajoute les heures supplémentaires liées aux 35 heures impossibles à respecter dans la profession. Et en plus on voyage ! Il faut tenir compte de l’avantage du métier », répète Christine Crispin, PDG et fondatrice du tour-opérateur spécialiste de l’Asie, Climat du Monde.

Lorraine Ménière, responsable des enseignements à l’Escaet et formatrice, vient la contredire : « 75 % de nos étudiants nous rejoignent après un BTS. Ils font un rejet de l’agence de voyages. Ils y ont fait des stages et viennent vers nous, nous disant je ne veux pas y retourner, parce que j’ai rencontré des gens sur le terrain que ne m’ont pas donné envie et surtout m’ont découragé à suivre cette voie. »

« Maintenant, c’est un poste à responsabilités envers les clients et les fournisseurs. Cette responsabilité fait peur », complète Denise Abassi, directrice réseau au sein du Groupe Marietton Developpement Ailleurs voyages.

Une formation inadaptée ?

Autour de la table ronde, les professionnels recruteurs regrettent que le diplôme ne soit pas en adéquation avec la réalité du marché de l’emploi. « Aujourd’hui, toutes les formations sont inadaptées aux besoins. Le programme n’a pas évolué dans les BTS Tourisme », constate Christine Crispin.

En tête des griefs des professionnels recruteurs : le manque de maîtrise des GDS. « Les professeurs devraient venir dans les agences voir ce que les élèves doivent apprendre et arrêter de leur enseigner des choses qui ne servent à rien dans la vie réelle. Il faut faire un enseignement avec un mois théorique et deux mois de pratique. Nous recueillons des gens qui arrivent avec des licences qui ne maîtrise pas la base », ajoute-t-elle.

« Je suis une professionnelle de terrain, je connais vos difficultés, s’est défendue une formatrice de l’AFPA. Aujourd’hui, il y a des demandeurs d’emploi qui recherchent le financement, il n’y a pas les fonds pour les former. Pour matcher, il est primordial que vous expliquiez votre demande à des organismes publics comme Pôle Emploi. Les grandes institutions peuvent vous aider à avoir des viviers, trouver des potentiels. Il y a des profils pas forcément de très haut niveau, mais qui ont envie de s’investir. »

« Notre métier est basé à 95% sur des déplacements de personnes dans l’aérien. Il me semble que dans la formation, ce qui est vital c’est l’aérien et les GDS. On pourrait recruter mieux et plus simplement si les gens savaient simplement utiliser Galileo ou Amadeus », regrette Christine Crispin, à la tête de Climat du monde.

Au sein de son entreprise, cette dernière assure former pendant 6 à 8 mois ses nouvelles recrues avant qu’elles ne soient autonomes, avant de lancer un appel : « Les écoles, aidez-nous parce qu’aujourd’hui, ce sont nous les professionnels qui formons et payons la formation. »

Le temps alloué à la formation est problématique. « Dans certains cas, j’ai besoin de recruter des personnes opérationnelles », note Denise Abassi, de Marietton.

Quelles solutions ?

Répondre aux besoins des entreprises, s’adapter aux attentes des entrants sur le marché… Une évolution semble nécessaire. « Aujourd’hui, on est face à des étudiants dont le premier critère n’est pas forcément la rémunération, mais les questions autour de l’intrapreneuriat, le bien-être au travail, les valeurs de l’entreprise… Il y a des ajustements à faire du côté des entreprises », remarque Lorraine Ménière de l’ESCAET.

« Le bac +4 d’aujourd’hui est l’équivalent du bac de ma génération, il faut en être conscient. Dans mon entreprise, on devient fou avec le recrutement, les jeunes quand ils sortent des écoles veulent tous être chef de produit ou IT ou responsable marketing. Tous ces métiers ne peuvent exister que s’il y a des agents de voyages qui vendent dans les agences », lance la PDG de Climat du monde.

Pour Yann Gougeon, fondateur de 360 sharing : « L’enjeu est aujourd’hui l’engagement des salariés. Pourquoi attire-t-on si peu ? Peut-être qu’on ne sait pas suffisamment accueillir les nouveaux salariés ? », s’interroge-t-il.

« Nous sommes face à un mur. De nombreux postes ne sont pas pourvus, il faut promouvoir les métiers en allant dès les collèges, adapter la formation et mettre l’accent sur la reconversion professionnelle », préconise Valérie Dufour.

La situation ne devrait pas évoluer sans remise en question des acteurs du secteur et une prise de conscience des enjeux des prochaines années.

Caroline Lelievre Publié par Caroline Lelievre Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Caroline Lelievre
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2177 fois

Notez


1.Posté par RAUX le 01/04/2019 18:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Quelle aberration de lire la déclaration de Mme Crispin, qui dit d'entrée de jeu que les agents de voyages sont bien payés...mais de qui se moque-t-elle ??
On voit pléthore d'annonces de chef d'agence à 1500€ brut...!!! et les emmerdes qui vont avec.
Une fois le loyer payé et toutes les charges attenantes, vous pensez encore voyager ?? mais avec quel argent ?
Cette personne est complètement déconnectée de la réalité !!!

2.Posté par ANNE POIROTTE le 05/04/2019 15:58 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chers professionnels, en dehors du BTS Tourisme il existe à Marseille des formations professionnelles pour adultes spécialisées sur les GDS, financées par le Conseil Régional pour les demandeurs d'emploi : 175 heures en centre et 105 heures en entreprise. Les professeurs ne sont pas déconnectés de la réalité car ce sont des ex professionnels du Tourisme mais qui forment aussi les pro en agence sur les nouveautés et évolutions. Les profils des stagiaires sont sélectionnés sur la base d'une expérience et/ou études dans le tourisme ou la vente. Il suffit de demander ... Axess Developpement Marseille

3.Posté par Cascade le 05/04/2019 22:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Tu parles d’une profession : payé au SMIC sans évolution possible et avec des dirigeants sans stratégie, hormis celle de faire le beau. Cf : APRIL qui a tout compris et qui se recentre sur du sérieux.

4.Posté par Sarah le 08/04/2019 10:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Les propos de Mme Crispin sont écœurants. Encore un groupe qui estime que ses employés se plaignent pour rien.
Mais tous ces groupes (les Marietton, Fram etc) où il y a un turn over important et où il n’y a plus d’avantages ( pas de tickets resto, de prise en charge du navigo etc) et où il ne fait pas bon travailler: attention à vous, l'exploitation ne dure qu’un temps. Regardez les gilets jaunes, encore dans la rue à cette heure.
Le bonheur de ces groupes c’est que ce sont principalement des femmes qui font ce métier. Habituées qu’elles sont à bosser dur pour pas grand chose. Mais les choses changent. Courage mesdames !

Petite piqûre de rappel avec l’article de Tourmag en lien ( les commentaires sont exquis).

5.Posté par Marcel le 11/04/2019 15:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Que Mme Crispin se verse 1500 brut et elle verra qu'elle ne peut plus voyager et qu elle aura du mal à finir les fins depuis.Ca doit être sympa de bosser chez Climat du Monde !
Bon sinon pourquoi l ESCAET ne propose pas des formations de billetistes sur différents GDS ou des conseillers voyages sur 6 mois ou 1 an ?

6.Posté par Yann Gougeon le 17/05/2019 13:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La réalité c’est que trois marchés n’arrivent plus à se parler dans le secteur du tourisme comme dans beaucoup d’autres secteurs, en effet les clients attendent de la qualité nous sommes majoritairement pas en mesure de leur fournir un service à la hauteur de leurs attentes. La France, première destination mondiale, mais que la 30e en terme de qualité de service, très loin donc de sa position de leader en terme de fréquentation. Les salariés ne se reconnaissent plus dans un secteur qui ne les valorise pas suffisamment. Les organismes de formation n’arrive pas à fournir des contenus qui correspondent réellement besoin du marché. C’est dans ce sens que 360 Sharing propose une offre qui permet aux trois marchés et de se comprendre.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PETITES ANNONCES
Valérie DUFOUR
valerie.annonces@tourmag.com
+33 6 99 07 16 66



CV DU MOIS
Faites parvenir votre CV texte ou vidéo
à valerie.annonces@tourmag.com.
Le CV le plus original sera mis en avant dans notre newsletter emploi du mois.













TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
Hotel&LodgePRO.biz
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hotel&LodgePRO, Le trait d'union entre hôtelier et fournisseurs.

TourMaG.com DMCmag.com Hotel&LodgePRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips