TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

logo DestiMaG  




Pérou : la reprise du tourisme sera-t-elle remise en cause ?

Promperú essaie de rassurer


Au moment où le Pérou se félicitait de la reprise de son tourisme et remerciait les opérateurs pour leur aide, les troubles consécutifs à la destitution du président crée une nouvelle incertitude pour l'avenir. Le ministère français de l'Europe et des affaires étrangères appelle ses ressortissants "à la plus grande prudence" et les invite "à reporter tout déplacement non essentiel dans ce pays en dehors de Lima", la capitale.


Rédigé par le Mardi 13 Décembre 2022

Ecartelé entre mer et hautes montagnes, espaces arides et luxuriance amazonienne, le Pérou combine plusieurs destinations en une seule. Ici, des fruits tropiceux sur un marché (@PB)
Ecartelé entre mer et hautes montagnes, espaces arides et luxuriance amazonienne, le Pérou combine plusieurs destinations en une seule. Ici, des fruits tropiceux sur un marché (@PB)
Cela tombe mal pour le Pérou dont le tourisme, après un arrêt total au pic de la pandémie, était en pleine reprise !

En effet, depuis une semaine, ce pays andin, traverse de nouveaux soubresauts politiques
: après qu'il a tenté de dissoudre le Parlement, le président de la République élu a été destitué et la vice-présidente, Dina Boluarte, investie à sa place à la tête du pays.

Ces événements ont aussitôt suscité des tensions et des blocages de route que la nouvelle présidente a tenté de désamorcer dimanche, en annonçant vouloir avancer à avril 2024 les élections générales prévues en avril 2026.

Manifestement, cela n'a pas suffi. Lundi 12 décembre, les manifestations se sont poursuivies - elles ont fait deux morts -, l'aéroport de la deuxième ville du pays, Arequipa (un million d’habitants), a été bloqué. Il est maintenant fermé.

Par ailleurs, de nouveaux barrages ont également bloqué des routes dans la région de La Libertad (au nord du pays) et autour des villes de Trujillo (au nord-ouest) et de Cuzco, ville du sud-est du pays qui est la porte d'entrée pour les voyageurs qui se rendent vers la célèbre cité inca du Machu Picchu. Enfin, l'Etat d’urgence a été déclaré dans plusieurs provinces (Apurimac, Arequipa et Ica).

Dans ce contexte, dès vendredi dernier, le ministère français des Affaires étrangères a appelé à la prudence dans les "conseils aux voyageurs" mis en ligne sur son site internet. Ces consignes sont toujours en vigueur aujourd'hui.

"Il est recommandé de se tenir à l’écart des rassemblements sur la voie publique et de se tenir informé de la situation. Pour tout déplacement, il convient de se renseigner préalablement auprès des compagnies aériennes et de bus, qui communiquent régulièrement sur la disponibilité de leurs transports selon les zones", écrit le ministère français des Affaires étrangères.

Le Quai d'Orsay ajoute : "il convient d’éviter ou de reporter tout déplacement non essentiel dans le pays en dehors de Lima, et de façon générale d’observer la plus grande prudence".


Promperú essaie de rassurer

Lima, la capitale du Pérou, est la seule ville où le ministère français des affaires étrangères n'invite pas à "la plus grande prudence" (@PB)
Lima, la capitale du Pérou, est la seule ville où le ministère français des affaires étrangères n'invite pas à "la plus grande prudence" (@PB)
Après un temps de silence, les responsables de Promperú, l'organisme de promotion du tourisme péruvien, ont fini par se manifester. " En ce qui concerne les blocages des voies publiques, signalés dans différentes localités du pays, nous tenons à souligner que les autorités nationales s'engagent à respecter les dispositions indiquées par la Présidente constitutionnelle de la République, Mme Dina Boluarte, faisant référence au rétablissement de l'Etat de droit, garantissant le libre transit et la circulation des visiteurs étrangers et nationaux.", écrivent-ils dans un communiqué.

Et d'ajouter : "Promperú, à travers les bureaux et les points d'information d'IPerú situés partout sur le territoire national, fournit une assistance aux voyageurs dans notre pays afin qu'ils puissent contacter les tour-opérateurs et les services de transport officiels dans divers endroits."

Promperú invite aussi ceux qui ont besoin de "recevoir des informations, des données téléphoniques et (de connaître) la localisation des entreprises officielles liées aux services touristiques, aidant les visiteurs à reprogrammer des voyages temporairement suspendus", à utiliser les moyens de communication électroniques mis en place par IPerú : soit en appelant via WhatsApp le +51 944492314 ; soit en envoyant un mail à iperu@promperu.gob.pe ; soit en téléphonant au (01) 574-8000.

Un avenir a priori prometteur

Apprécié pour les vestiges laissés par de nombreuses civilisations, le Pérou offre aussi de grands espaces aux amateurs de randonnées. Ici, dans les environs de la ville andine de Chachapoya (@PB)
Apprécié pour les vestiges laissés par de nombreuses civilisations, le Pérou offre aussi de grands espaces aux amateurs de randonnées. Ici, dans les environs de la ville andine de Chachapoya (@PB)
Ces événements tombent vraiment mal. Vendredi dernier, à Levallois Perret, dans la très proche banlieue de Paris, Rosario Pajuelo, directrice France de PromPeru avait convié à déjeuner à la Casa Nikkei, restaurant spécialisé dans les mélanges des saveurs japonaises et péruviennes très appréciés au Pérou, les nombreux opérateurs français du monde du tourisme qui avaient, selon elle, contribué à la reprise du tourisme, un activité essentielle pour son pays : en effet, avant la pandémie, 4 millions de touristes visitaient le Pérou chaque année et le tourisme progressait de 25 % par an, bien plus vite que dans n’importe quel pays d’Amérique latine… On imagine aisément la catastrophe qu’a représenté la fermeture des frontières et des sites touristiques, en premier lieu du plus célèbre d’entre eux, le Machu Picchu.

LIRE AUSSI : Le Pérou veut se défaire de sa dépendance au Machu Picchu

"Avec 108 873 touristes en 2019, le marché français était le deuxième pays européen pourvoyeur de touristes au Pérou", soulignait alors Rosario Pajuelo Escobar. Les chiffres 2022 n'étaient aussi bons, mais, mais après un an d'efforts pour mobiliser les compagnies aériennes, les voyagistes, les tours operators et la presse, la reprise était au rendez-vous : 45 862 Français se sont rendus au Pérou entre janvier et octobre 2022.

L'avenir s'annonçait d'autant plus prometteur que le 1er novembre dernier, les dernières restrictions sanitaires avaient été levées.

Bien mieux, les Français semblaient de nouveau portés à s'offrir des destinations long courrier comme le Pérou. En témoignait le succès du voyage proposé récemment à ses clients par le réseau des supermarchés Leclerc, en partenariat avec Tui. Il s'attendait à placer 350 voyages, il était sur le point d'en vendre 650 !

Outre les difficultés créées, dans l'immédiat, pour les voyageurs déjà au Pérou -et pour ceux sur le point de partir-, les soubresauts politiques en cours créent, fatalement, une nouvelle incertitude pour l'avenir du tourisme dans ce pays. Si le calme revient rapidement, cette reprise ne sera pas trop impactée. Dans le cas contraire... Une affaire à suivre de près, donc.

Lu 3104 fois

Tags : perou, tourisme
Notez

Nouveau commentaire :

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 12 Juillet 2024 - 14:52 Vacances au Portugal - FAQ pour Agents de Voyages

Vendredi 12 Juillet 2024 - 11:31 Croatie : le tourisme français bat des records












































TourMaG.com
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Bing Actus
  • Actus sur WhatsApp
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias