TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Pourquoi le tourisme est-il le mal-aimé des pouvoirs publics ?

L’édito de Jean da Luz



Pourquoi le secteur qui paye le plus lourd tribut à la crise du coronavirus est-il, paradoxalement, le plus mal représenté auprès des pouvoirs publics ? Sommes-nous tellement insignifiants et inexistants que le Quai d’Orsay ne prend même pas la peine de nous consulter lorsqu'il prend des décisions qui impactent directement nos entreprises ? Ceci alors même que le tourisme représente plus de 7% du PIB et pèse en France près de 2 millions d’emplois, soit davantage que l’industrie de l’automobile. Cherchez l’erreur !


Rédigé par le Dimanche 8 Mars 2020

Nous sommes tellement transparents que sans concertation aucune, le Quai d’Orsay a exhorté les Français, à "différer les déplacements à l’étranger, dans toute la mesure du possible"... Dur à avaler, non ? - DR : DepositPhotos
Nous sommes tellement transparents que sans concertation aucune, le Quai d’Orsay a exhorté les Français, à "différer les déplacements à l’étranger, dans toute la mesure du possible"... Dur à avaler, non ? - DR : DepositPhotos
Hormis l'hôtellerie que Roland Heguy, forte tête et grande gueule, défend bec et ongles, on cherchait en vain un organisme représentatif de la profession lors de la dernière grand messe célébrée à Bercy, mardi dernier par Bruno Le Maire, Ministre de l’Économie et des Finances, et Agnès Pannier Runacher, Secrétaire d’État.

Bigre ! C’était pourtant du coronavirus dont il était question. Vous savez ce virus qui, malgré sa taille microscopique, vide vos agences et fait le ménage dans les compagnies aériennes.

Celui-là même qui fait s’effondrer la Bourse, met à genoux les organisateurs d’événements et nettoie mieux les plateaux d’affaires que de l’Ajax ammoniaqué.

Vous avez bien entendu. Ils étaient venus (l’agriculture, les assurances, le luxe, le patronat, les artisans et commerçants), ils étaient presque tous là... Tous ? Pas vraiment. Il y en avait un aux abonnés absents et pas n’importe lequel : le tourisme.

Oui, le tourisme, dont l'ineffable "Moi, Président…" voulait faire "une priorité nationale". Oui, mais ça c’était avant...

Mardi dernier on cherchait en vain les représentants du SETO, des EDV ou de l’APST. Pourtant, le Centre de Filière de Tourisme n’avait-il pas été installé officiellement le 17 janvier dernier ?

On a sorti la CAT de la naphtaline...

Nous sommes tellement transparents que sans concertation aucune, le Quai d’Orsay a exhorté les Français, à "différer les déplacements à l’étranger, dans toute la mesure du possible"... Dur à avaler, non ?

Après quelques moulinets oratoires, nos représentants ont, certes, prié les Pouvoirs publics de bien vouloir les recevoir pour les "alerter" sur la grave situation du secteur touristique.

Ensuite, pour faire bonne mesure, on a sorti vendredi dernier la Confédération des acteurs du tourisme (CAT) de la naphtaline où elle trempait depuis 2017, avec l’incontournable Roland Héguy à sa tête.

On a fait une jolie photo de famille et on a déclaré avec aplomb (quelle audace !) qu’on allait tous crever si l’Etat n’intervenait pas rapidement. Fermez le ban !

S'il y avait un doute concernant lareprésentativité du tourisme au niveau du Gouvernement, voilà qui est clair désormais comme de l’eau de roche.

C’est même tellement limpide que ce lundi 9 mars 2020 à 10h pour la nouvelle messe d'"obsèques" au ministre de l’Economie et des Finances,aucune de nos organisations "représentatives" ne figure encore dans la liste des invités.

Pourquoi tant de haine ?

Ah si, pardonnez-moi, en cherchant bien, j'y ai vu tous les hôteliers (3 syndicats, excusez du peu !) qui sont là.

On me rétorquera que le président de la CAT est invité… Certes, mais avec son étiquette UMIH.

Cherchez l'erreur !

Jean Da Luz Publié par Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 4531 fois

Notez



1.Posté par Idress le 09/03/2020 08:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Bonjour

On parle de quoi ? Outgoing ? Incoming ? Dans le cas du outgoing, c'est pas étonnant : les agences représentent des ambassades pour des états étrangers. Vous n'allez tout de même pas créer un poste ministériel pour que les Français aillent dépenser le blé au delà des frontières ?

Idress

2.Posté par Fusiller le 09/03/2020 09:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
La réponse est dans votre article. Les hôteliers sont invités car ils possèdent une Fédération UMIH.
Le monde du voyage a de multiples acteurs ...

3.Posté par Bart le 09/03/2020 09:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Chercher l'erreur...le salaire des employés qui sont en bas de l'échelle, les serveurs, les agents et les réceptionnistes..d'autres... le SMIC pour les pluparts, donc manque de motivations, mauvais services.. Et ça se voit sur leurs travaux fournis, par les employés vis à vis des clients. Ca se ressent chez le client, dit le public...leurs pouvoirs. En France, c'est chers, on est mal servis disent les clients. Pas de protestations de la part des salariés, à quoi bon, de toute façon, c'est partout pareil.

4.Posté par agvfan le 09/03/2020 09:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
- le fond du sujet, c'est le fameux "complexe du laquais" maintes fois évoqué qui veut qu'en France les métiers liés au service avec en premier lieu le tourisme soient dévalorisés ; la conséquence c'est que les élites" qui dirigent notre pays sont issues de formations et de parcours complètement à l'écart de ce secteur - le reve des parents , c'est que leurs enfants fassent l'X ou HEC , voire l'Ena, médecin, avocat , pas un BTS tourisme ou diriger un hôtel . résultat des courses le secteur n'est pas bien représenté auprès des instances gouvernantes car ceux qui tiennent les rennes du pouvoir sont issues des formations ci-dessus . SI Bruno Lemaire avait un de ses amis normalien ou enarque qui travaillait dans le tourisme, il aurait peut-etre pu le sensibliser et lui expliquer les subtilités de la responsabilité de plein droit avant qu'il ne signe nimporte quoi sans même sans rendre compte. et comme le lobbying semble être quasi absent du secteur, ça ne peut même pas compenser ,et le secteur est le parent pauvre ... ; à l'inverse, ceux "qui se bougent" , mouillent la chemise, innovent dans ce secteur (il y en même qui passent à la télé en ce moment, et sont présents sur les réseaux sociaux pour essayer d'aider toute la profession ) sont issus de secteurs/formations à la base hors tourisme... ;mais c'est juste mon avis...

5.Posté par idress le 09/03/2020 10:46 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@agvfanb


bonjour

ce que vous ne comprenez pas, c'est que que quand vous vendez un forfait croisiere sur le nil + hurgadah, vous valorisez le territoire , la main-d'oeuvre egyptienne et non Francaise, a fortiori quand le transport est effectué par une compagnie egyptienne. Alors pourquoi voulez vous que le gouvernement Francais vous aide à développer votre business ??

6.Posté par Saperlipopette le 09/03/2020 11:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ idress
Ce que vous ne comprenez pas sans doute vous non plus c'est qu'en France plus de 35 000 personnes sont employés en agence de voyage, tour operator et autres services de réservation et que les touristes en Outgoing comme vous dites font vivre une partie de ces 35 000 employés !
Mais tout le monde s'en fout

7.Posté par Frédéric le 09/03/2020 12:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ idress,
Agence réceptive depuis 27 ans, nous travaillons en Incomig et Outcoming, nous recevons les étrangers qui ne vont plus se déplacer et faisons voyager les français qui ne vont plus voyager dû à la psychose actuelle.
Le gouvernement prend des directives concernant les entreprises travaillant sur les marchés public, Bravo, et le Tourisme qui est une richesse directe et indirecte pour la France est laissée de côté sans aucune proposition. Et c'est simplement ce que souligne Jean Da Luz.
Nous devons nous en sortir seul. Et certain ne s'en sortiront pas.
C'est affligeant tant d'indifférence.

8.Posté par idress le 09/03/2020 12:59 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@frederic

bonjour

j'exprime un avis général, deconnecté de mon activité ( Je suis producteur-receptif en Thailande). C'est le message que vous aurait envoyé le General De Gaulle . Pardonnez moi mille fois, mais, le gouvernement Francais n'a pas à aider le tourisme Laotien, Thai, Egyptien !!!!!! et si vous ne comprenez pas cela, c'est que le sens du mot Souverainisme vous echappe


merci

9.Posté par Saperlipopette le 09/03/2020 18:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@ idress, c'est vous qui ne comprenez pas les propos de Fréderic ou de moi même !
il ne s'agit pas d'aider le tourisme laotien, Thai ou autre !!! mais de ne pas laisser tomber les salariés FRANCAIS qui travaillent en FRANCE et qui font voyager les FRANCAIS ! c'est plus clair la ?

10.Posté par Yves Brossard le 10/03/2020 01:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Jean da Luz : y a-t-il des pilotes sérieux dans l'avion ?
L'édito de Jean Da Luz est très juste. Les professionnels du tourisme ne sont pas reconnus à la mesure de leur poids dans l'économie. La question est pourquoi ? Je n'ai pas de réponse certaine, mais quelques bribes de réponse : la communication statistique déjà : 7% du PIB national ne veut rien dire ; car à Biarritz, Chamonix, Risoul, Porto Vecchio, Saint de Monts ou La Baule par exemple, c'est quoi le vrai chiffre du PIB généré par le tourisme : 70%, 80% du PIB ? Le bâtiment et la restauration des territoires touristiques ne devraient-ils pas être intégrés dans la statistique du PIB du tourisme ? Ensuite, battons notre coulpe : qu'a produit la CAT comme plan ou initiative de développement du tourisme ? Est-ce qu'on entend la CAT (Confédération des acteurs du tourisme) lors du vote des lois de finances ? Est-ce qu'elle soumet des propositions aux pouvoirs publics ? Le code du tourisme français est archaïque : la CAT propose-t-elle sa refonte ? La Confédération était-elle finalement une mauvaise idée ? Car réunir dans une confédération des acteurs dont les métiers sont tellement éloignés porte en soi les germes mêmes de l'inertie ? Ce ne sont que des questions. Ce qui compte, ce sont moins les institutions que la volonté d'acteurs professionnels dynamiques aspirant, non à maintenir des acquis, mais à produire les adaptations nécessaires, et des anticipations, pour favoriser la prospérité des filières et le développement de l'emploi dans ces filières, en France comme à l'international. Le tourisme français a été sacrifié sur l'autel de la décentralisation, sur l'autel des collectivités territoriales ; une faute politique ? Le pavillon français disparaît à petit feu dans toutes nos filières touristiques, discrètement mais sûrement. Quand un gouvernement français découvre candidement la part considérable des médicaments produits en Asie, et le danger de cette dépendance, que n'a-t-il d'yeux ou d'oreilles pour constater les mêmes évolutions, acquises ou à venir, dans les filières touristiques ? Jean da Luz : y a-t-il des pilotes sérieux dans l'avion, dans les ministères comme dans nos propres organisations professionnelles ? Yves Brossard - Primeahotels Guadeloupe

11.Posté par Mark Watkins le 10/03/2020 10:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Merci, Jean, pour cette bonne question. Sans être très perspicace, je répondrai à la question "Pourquoi le tourisme est-il si mal aimé (et si peu pris en compte) par les pouvoirs publics ?" par deux réponses : 1) - Parce que le tourisme est éclaté, atomisé, incapable de s'organiser et de parler d'une seule voix, sinon à présent juste sur le papier avec un improbable regroupement de représentants, mais qui ne fonctionne pas. Il faut dire également qu'il y a tellement de métiers différents dans le tourisme... C'est donc compliqué. 2) - Parce que ceux des dits représentants du tourisme qui se retrouvent en face des pouvoirs publics, hauts fonctionnaires comme politiques, ne sont simplement pas crédibles. Pour faire le poids et se faire entendre, être juste une grande gueule n'a pas d'effet, sinon de faire sourire l'auditoire. J'ai même connu un patron de syndicat qui se rendait dans les ministères pour négocier, en portant un panier rempli de saucisson, de vin et d'autres gourmandises paysannes. C'est sympathique, mais ça fait très amateur. Ou plutôt touriste. Il faut mettre face à tous ces Énarques, Science Po, HEC et Polytechniciens, des gens avec le même bagage, quitte à ce qu'ils soient juste des conseillers. On doit parler la même langue pour être entendu. Il faut également — pour être considéré — travailler sur ses dossiers, ce que peu de nos gars font sérieusement. Jouer seulement sur le paraître, lancer des incantations et faire des communiqués de presse sans travail derrière, c'est un peu léger. Bref, les représentants du tourisme sont faciles à rouler dans la farine et à manipuler, comme chaque gouvernement le fait depuis des décennies. Une petite décoration par ici, un gros avantage économique pour le syndicat par là...et le tour est joué.

12.Posté par agvfan le 10/03/2020 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
@marc watkins : c'est exactement ce que j'ai souligné plus haut pour le point 2 ; et le point 1 est lié à cela également : comme il n'y a que des pme-tpe etc ... on y trouve rarement ceux qui ont les formations énoncées (il y en a, ce sont d'ailleurs ceux qu'on entend dans la profession et qui se démènent) ; dans le transport ,secteur "connexe" , il y a des petits ,mais aussi des "gros" qui comptent en leur sein des X, Hec , etc ... à même de discuter avec leurs "pairs" qui sont aux manettes de l'état .
dans une entreprise digne de ce nom, dans la situation actuelle , on rentre dans un process de "gestion de crise" , mais ça s'anticipe, il faut y mettre les moyens adhoc , compliqué à mettre en oeuvre à l'échelle d'une profession atomisée sans vrai leader charismatique à même de fédérer et de la représenter.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.



Dernière heure














TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
AirMaG
CruiseMaG
CampingMaG
La Travel Tech
Partez en France
Voyages Responsables
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

AirMaG Brochures en ligne CampingMaG CruiseMaG DMCmag
La Travel Tech Partez en France TourMaG Voyages Responsables Welcome to the travel