TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone



Voyage : "Il est encore possible de faire mieux que 2019"

Le traditionnel baromètre du SETO a révélé ses destinations gagnantes de la reprise



Juste avant que le 12e forum du SETO ne se referme, le traditionnel baromètre du SETO a été dévoilé. Après la belle reprise du début d'année, les ventes ont quelque peu stagné sous l'effet de la guerre en Ukraine. Par chance la dynamique semble être de nouveau positive. Les dernières statistiques révèlent, non seulement une recette unitaire en forte hausse, mais aussi un chiffre d'affaires qui s'accroit. Quelles sont les destinations gagnantes de la reprise ?


Rédigé par le Vendredi 1 Avril 2022

Le traditionnel baromètre du SETO a révélé ses destinations gagnantes de la reprise - RP
Le traditionnel baromètre du SETO a révélé ses destinations gagnantes de la reprise - RP
Avant de rentrer dans le vif du sujet et publier, les courbes des destinations, mais aussi des ventes, le patron d'Orchestra a voulu présenter succinctement le nouveau projet qui remplacera rapidement Data +.

"Il doit nous permettre de reprendre l'ensemble des données des tour-opérateurs. Le périmètre doit augmenter progressivement. C'est un réceptacle où chacun met ses données, l'objectif est d'avoir une cohérence entre les différents tour-opérateurs," introduit Christian Sabbagh Président fondateur d'Orchestra.

Une fois le dossier techno rapidement abordé, il est temps d'attaquer le baromètre du SETO, pour l'exercice 2021/2022 (allant du 1/11/2021 au 31/10/2022). Pour information, les statistiques ont été remontées, jusqu'à la fin février 2022.

Alors que l’activité a repris de façon dynamique portée par un désir fort de voyager de la part des clients, la guerre en Ukraine est venue quelque peu freiner les ambitions des adhérents du syndicat.

"Le conflit a entrainé un certain attentisme. Nous notons malgré tout, depuis quelques jours, une reprise de l'activité," reprend de volée, René-Marc Chikli, Président du SETO.

La recette unitaire jusque fin février et pour l'exercice est en hausse de +15%, permettant d’afficher une hausse du chiffre d’affaires de 2% alors que dans le même temps, le trafic de la période est en recul (-12%).

"La France a été beaucoup vendue, avec un impact sur la recette unitaire"

Bien évidemment, c'est la France qui a tiré son épingle du jeu de cette crise.

La destination a vu son chiffre d’affaires augmenter de +52%,
par rapport à l'exercice 2019-2020, pour une recette unitaire de +6%. A noter que le long Courrier reprend enfin des couleurs et affiche une belle croissance + 11% en chiffre d’affaires avec une recette unitaire à +12%.

Le moyen-courrier en revanche malgré une hausse de sa recette unitaire +13% est en recul (-11%) par rapport au niveau pré-pandémique. Malgré tout, le SETO ne baisse pas les bras et s'attend à un bel exercice.

Globalement les prestations sèches sont en retrait de seulement 8% par rapport à 2019, quand les voyages à forfait se contractent de 12%;

"Sans la guerre en Ukraine, nous serions en train de vous présenter un équilibre par rapport à 2019. La France a été beaucoup vendue, avec un impact sur la recette unitaire," prédit René-Marc Chikli.

A lire : Environnement : et si l'Etat obligeait les pros à compenser les émissions ?

Notons les excellentes les performances de l’Espagne portée par Les Canaries et les Baléares et de la Grèce et ses îles (Crète, Rhodes notamment).

Signalons aussi la performance notable des Emirats arabes avec un résultat très supérieur à 2019 (+53%). Quant à la Tunisie et au Maroc, ils se positionnent à nouveau parmi les 5 premières destinations moyen-courriers, malgré un retard qui ne se résorbe pas encore.

Pour mémoire, en volume de trafic la France se place en deuxième position derrière l’Espagne.

Long-courrier : la République dominicaine écrase la concurrence

Concernant les voyages à forfait, l'Espagne observe simplement une baisse de 4% par rapport à la période pré-pandémie et la Grèce -6%.

Sur l'exercice 2021-2022, avec une très forte demande et une attractivité retrouvée, l'Île Maurice (2e) a du faire face à un manque de disponibilité, les Antilles françaises (3e) ne sont pas en reste, en faisait le yo-yo au gré des décisions préfectorales.

Sauf que le leader incontesté reste... la République dominicaine (+90% par rapport à 2019. Le Mexique et les Etats-Unis complètent les premières places.

"C'est la destination qui a été vendue durant toute la pandémie, dès qu'il y a eu une difficulté, le pays a trouvé une solution, pour ne pas paralyser l'activité touristique.

La République dominicaine est un modèle dans le genre
," tient à féliciter le président [réélu du SETO. ]urlbalnk:https://www.tourmag.com/SETO-Rene-Marc-Chikli-reelu-a-la-presidence_a113252.html

L'Ile Maurice aurait pu elle aussi performer, si elle n'avait pas été handicapée par les décisions gouvernementales.

"Nous sentons quand même un redémarrage de la prise de réservation. Les ventes se font en grande partie sur la Tunisie, Maroc, Egypte et Canaries.

L'été n'est pas encore bien positionné dans les réservations
."

"L'été sera long, avec sans doute des réservations jusque mi juillet"

Pour la saison estivale à venir, alors que les Français peinent encore à se projeter et que les volumes sont relativement faibles, le pays voisin de Haïti caracole toujours en tête devant les USA, Maurice et le Canada trustent les meilleures places.

Pour le SETO, il est encore temps de sauver l'été et même de battre des records.

"Nous avons des perspectives qui pourraient nous permettre de dépasser les chiffres de 2019, si le ralentissement ne perdure pas. Il est possible de dépasser cela," affirme René-Marc Chikli.

L'été sera très long selon Patrice Caradec, patron de Bravo Club les commandes risquent de s'étaler dans le temps, jusque fin juillet minimum peut être même avec des réservations en août.

"Il y a un attentisme de la part du client pour savoir comment ça se passer l'élection présidentielle et la guerre. Nous remplirons nos avions au dernier moment.

Nous avons passé le plus dur, la plus grosse inquiétude reste de garder les troupes,
" précise le patron d'Alpitour.

D'ailleurs une année présidentielle n'est jamais bonne pour le business, une affirmation que reprend Raouf Benslimane, PDG de ÔVoyages. Les jeux ne sont pas totalement faits pour l'été, ni pour l'élection... au tourisme de s'engager.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 1748 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 25 Mai 2022 - 15:08 En juin, Solea reprend son opération phare







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias