TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Conflit Ukraine - Russie : les voyagistes retiennent leur souffle...🔑

Avec l'entrée des troupes russes en Ukraine (Donbass), l'escalade est repartie de plus belle



Depuis quelques mois, l'Ukraine est devenue l'épicentre des tensions internationales, avec les menaces toujours plus exacerbées d'un nouveau conflit armé sur le sol européen. Ce mardi 22 février 2022, l'escalade a pris un nouveau chemin, avec l'entrée de l'armée russe "dans la région séparatiste du Donbass". Si pour les voyagistes français les conséquences sont minimes, l'actualité n'est pas propice aux commerces. En Ukraine, une agence réceptive s'inquiÚte de sanctions et menaces annoncées maintes et maintes fois, mais qui ne tombent jamais sur l'ingérant voisin russe. Demain, les Français vont-ils se détourner de l'Est de l'Europe ?


Rédigé par le Mardi 22 Février 2022

Avec l'entrée des troupes russes dasn le Donbass, l'escalade est repartie de plus belle dans le conflit Ukraine-Russie - Depositphotos @NARegnum
Avec l'entrée des troupes russes dasn le Donbass, l'escalade est repartie de plus belle dans le conflit Ukraine-Russie - Depositphotos @NARegnum
Et dire que depuis quelques semaines, la dynamique était positive sur le front de l'épidémie...

Une fois le vent de panique omicron balayé, une certaine euphorie parcourait le monde, puis Vladimir Poutine a mis fin à la récré.

"La situation est grave, voire mĂȘme trĂšs grave," a lĂąchĂ© Jean-Yves Le Drian, aprĂšs une rĂ©union avec les autres ministres europĂ©ens.

Il faut bien dire que les tensions entre l'Ukraine et la Russie (ou inversement) ne datent pas d'aujourd'hui, alors mĂȘme que les Occidentaux essayent de trouver une solution diplomatique depuis de nombreuses semaines, mais personne n'imaginait l'explosion d'un conflit armĂ© aux portes de l'Europe.

Ce n'est pas encore le cas et la résolution politique est, espérons-le, toujours possible, sauf que les troupes russes sont entrées en Ukraine, dans la région séparatiste du Donbass selon France Info.

Une décision qui intervient aprÚs un discours guerrier du président à l'intention de ses concitoyens, une allocution jugée "paranoïaque" et proférée par une personne "aigrie, tournée vers le passé" d'aprÚs l'analyse d'Emmanuel Macron.

"Il est encore trop tÎt pour se prononcer sur les conséquences de ces derniÚres nouvelles.

Cela affecte principalement ceux qui programment la Russie, mais cela n'impacte pas le tourisme d'une façon générale. Les clients manifestent une trÚs grande envie de voyager,
" explique René Marc Chikli.

Menaces de guerre en Ukraine : la Russie engrange toujours des réservations

Le tourisme, ce n'est pas aux lecteurs de TourMaG.com que je vais l'apprendre, n'aime pas les crispations.

"Le conflit ne touche pas des zones touristiques, mais il est extrĂȘmement mĂ©diatisĂ© et ce n'est jamais bon pour le tourisme, c'est Ă©vident," poursuit le prĂ©sident du SETO.

Avec des incidents encore localisés à l'est de l'Ukraine, les intentions de départ ne semblent pas encore affectées par les lourds et inquiétants des messages émanant de Moscou.

MalgrĂ© tout, l'impact pourrait aussi ne pas ĂȘtre perceptible.

"Les rĂ©servations d'une façon gĂ©nĂ©rale sont vraiment bien reparties, mais peut-ĂȘtre que ce serait mieux sans les tensions Ă  l'est de l'Europe," analyse JĂ©rĂŽme Faucheur de Battisti, le PDG d'IntermĂšdes.

Pour ceux qui jugeraient assez mal les conséquences d'une intervention armée de la Russie en Ukraine sur le tourisme, les premiers signaux sont pourtant déjà perceptibles.

Comme nous vous l'annoncions en début de semaine, Air France a préféré jouer la sécurité en annulant l'ensemble de ses vols prévus le mardi 22 février 2022.

La compagnie française s'ajoute à la longue liste des transporteurs européens suspendant leurs liaisons par crainte de voir la guerre éclater à seulement 2 000 km de Paris.

Pour les tour-opĂ©rateurs spĂ©cialistes de la Russie, l'Ukraine Ă©tant plutĂŽt anonyme sur le marchĂ© du voyage en France, les voyageurs n'ont pas totalement arrĂȘtĂ© de rĂ©server ou presque.

"Historiquement pour nous, la Russie est une grosse destination pour IntermÚdes. Actuellement, il n'y a pas aucune activité, mais nous sommes sur des petits volumes.

Malgré tout, nous avons encore des personnes qui réservent,
aprÚs en prise d'inscription ça peut s'effondrer demain,
" explique le PDG du tour-opérateur.

Pour le réceptif KMP Group, l'une des plus anciennes agences privées du pays, le constat est similaire, avec des voyageurs français qui manifestent toujours une envie de visiter le pays des tsars.

Russie : "la contre-publicité est vraiment une inquiétude"

"Un Ă©vĂšnement gĂ©opolitique n'est jamais bon pour le tourisme. Les ventes sur l'Ukraine se sont arrĂȘtĂ©es, il y a dĂ©jĂ  un certain temps.

Par contre, pour l'instant nous ne constatons aucun impact sur les ventes
du marché français en direction de la Russie,
" nous confie Christian Loth, le directeur commercial, du réceptif.

Une dynamique permise par la réouverture des frontiÚres aprÚs la vague omicron et un placement en orange par le gouvernement français du pays, permettant aux touristes de se rendre en Russie sans trop de contraintes.

Alors que les mesures sanitaires sont plutÎt incitatives et les réservations nombreuses, le client final ne serait pas vraiment sensible aux incidents, croit savoir le responsable de KMP Group.

"La situation gĂ©opolitique n’est pas confortable, c'est une certitude. Le marchĂ© rĂ©agit avec optimisme et positivitĂ© ! Je ne vous cache pas que c'est quand mĂȘme assez Ă©puisant."

Une incidence donc plutĂŽt marginale, induite aussi par des Ă©vĂšnements se situant Ă  l'Ă©cart des principales attractions touristiques que sont Moscou et Saint-PĂ©tersbourg.

"La Russie fait partie du bloc opposé à l'Occident, et ce depuis quasiment toujours, ce n'est pas vraiment nouveau. Les clients et les agences de voyages savent que nous faisons face à une opposition de pensée entre deux blocs.

AprĂšs j'espĂšre de tout cƓur que la situation se calme et qu'une rĂ©solution diplomatique soit trouvĂ©e,
" tient à préciser Christian Loth, le directeur commercial.

Au moment, oĂč nous Ă©crivons ces lignes, l'Europe et la France n'empĂȘchent pas Ă  leurs ressortissants de passer les frontiĂšres avec la Russie. MalgrĂ© tout, la perspective d'un conflit armĂ© ne va pas jouer en faveur de la destination, bien au contraire.

"La contre-publicité est vraiment une inquiétude.

MĂȘme sans la fermeture du pays, les Occidentaux n'auront pas envie de se rendre dans le pays des tsars. Il est assez difficile pour le moment de se projeter sur les consĂ©quences dans la rĂ©gion,
" rapporte JĂ©rĂŽme Faucheur de Battisti.

Ukraine : "Emmanuel Macron discute beaucoup avec Monsieur Poutine, est-ce un ami Ă  lui ?"

Alors qu'en Russie et en France l'inquiĂ©tude n'est pas vraiment palpable, Ă  Kiev, elle transpire mĂȘme par tĂ©lĂ©phone interposĂ©.

Avec 200 000 soldats encerclant l'Ukraine, la population vit avec la peur constante d'une attaque d'envergure, poussant déjà à l'exode une partie du pays.

"Les gens qui ont de l'argent ont quitté le pays, les autres sont restés faute de moyens. La menace se trouve tout autour de nous.

A Kiev, le calme rĂšgne, mĂȘme si cela s'aggrave chaque jour
Ă  cause d'un agresseur qui veut nous empĂȘcher de nous dĂ©velopper,
" lĂąche avec la voix chevrotante, Anna Safronova la directrice adjointe d'Intercity Travel.

Il n'est mĂȘme plus question de sauver les entreprises d'une industrie ravagĂ©e par deux annĂ©es de crise sanitaire, dĂ©peuplĂ©e de ses salariĂ©s "prĂ©fĂ©rant chercher du travail ailleurs," mais de trouver des raisons d'espĂ©rer en des jours meilleurs.

Sauf qu'à la télévision ukrainienne, les journalistes peinent à trouver des motifs d'espoir.

"Nous regardons les nouvelles, nous ne voulons pas la guerre, mais d'une résolution diplomatique. Cette nuit Volodymyr Zelensky a pris la parole pour appeler au calme, mais j'ai l'impression qu'il ne sait plus quoi faire."

Et c'est mĂȘme un sentiment d'abandon qui semble maintenant animer les Ukrainiens. Les sanctions financiĂšres, si elles ne font pas peur aux Russes, sont un chiffon rouge que l'Europe ne parait mĂȘme pas vouloir agiter rĂ©ellement, tant le taureau est de l'autre cotĂ© de la barriĂšre impressionnant.

"Emmanuel Macron discute beaucoup avec Monsieur Poutine, est-ce un ami à lui ? Il n'y a eu aucune résolution, ni avancée positive aprÚs ces échanges," questionne et répond un brin désabusée la jeune femme.

Ukraine : "ce n'est pas un conflit local. Nous sommes en guerre avec la Russie"

Il faut bien reconnaitre que la France comme les autres pays donnent l'impression de ne plus savoir comment se comporter face Ă  Vladimir Poutine, devenu totalement hors de contrĂŽle.

"Nous sommes tous bilingues ici, un héritage du passé soviétique.

Alors quand Poutine dit que tous ceux qui parlent russe font partie de la Russie, cela me fait craindre le pire pour la suite des événements. AprÚs le Donbass, ce sera Odessa puis Kiev,
" craint Anna Safronova la directrice adjointe d'Intercity Travel.

Sauf que pour la responsable de l'agence rĂ©ceptive, l'Ukraine pourrait n'ĂȘtre qu'une Ă©tape, d'un dirigeant mĂ©galomane dĂ©cidĂ© Ă  redonner sa grandeur passĂ©e au peuple russe.

"L'Europe doit comprendre la motivation finale de Vladimir Poutine, ce n'est pas un conflit local. Nous sommes en guerre avec la Russie. AprĂšs l'Ukraine, ce sera aux pays baltes," estime Anna Safronova.

La lassitude gagne la population ukrainienne affaiblie psychologiquement par un conflit sans fin, s'étirant sur prÚs de huit ans. Elle attend maintenant que l'épée de DamoclÚs la frappe réellement.

Et avec elle ce pourrait bien ĂȘtre une partie de la reprise de l'activitĂ© touristique en Europe et mĂȘme la paix de notre continent.

"Les gens ont plutĂŽt la tĂȘte Ă  partir en voyage que d'analyser qu'il y a un conflit, aprĂšs tout dĂ©pendra de l'ampleur que prendra ce dernier," conclut RenĂ© Marc Chikli.

Et Ă  ce petit jeu, mĂȘme les plus fins analystes politiques ne souhaitent prendre aucun pari...

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email


Lu 8330 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitÎt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos MĂ©dias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias