TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

Travel in France





Destination France : investir dans le tourisme international ou mourir ?

Interview de Christian Mantei, DG d'Atout France



Boudée par les Français mais adulée par les étrangers, notamment Américains et Chinois, la destination France se porte bien ! C'est en tout cas ce que martèle Christian Mantei, directeur général d'Atout France dans nos colonnes.


Rédigé par le Dimanche 26 Août 2018

Les Hauts-de-France font partis des régions qui attirent - La Baie de Somme au Hourdel et Le Crotoy - photo : creative commons / isamiga76
Les Hauts-de-France font partis des régions qui attirent - La Baie de Somme au Hourdel et Le Crotoy - photo : creative commons / isamiga76
TourMaG.com - Il semble que la saison touristique n'ait pas été à la hauteur des attentes ?

Christian Mantei :
Quand j'entends parler de saison touristique je suis passablement énervé. On devrait parler de la "saison été", et encore parler de saisonnalité est dépassé.

Beaucoup de territoires fonctionnent sur l'année. Il y a une surmédiatisation de la période estivale, on enferme le tourisme sur quelques mois c'est un peu court. L'été est une période qui compte beaucoup mais elle ne fait pas tout.

TourMaG.com - Certains se plaignent du recul de la clientèle française cet été, ça ne vous semble pas problématique ?

Christian Mantei :
Il ne faut pas se tromper, le marché français est très dynamique, simplement il privilégie le tourisme international.

Le printemps et le mois de juillet ont été perturbés par les grèves, le climat, le calendrier scolaire, la coupe du monde... Mais encore une fois : le marché français se porte bien et se tourne vers l'international.

Et c'est très bien, il y aura cette année une hausse à 2 chiffres, je ne peux que me réjouir du fait que les Français ont les moyens de partir, c'est bénéfique pour tout le monde.

TourMaG.com - Donc vous n'allez pas essayer de rattraper les Français ?

Christian Mantei :
Jamais je ne tenterai de rattraper un touriste français qui part à l'étranger. S'il est content de partir et découvrir des territoires, il aura envie de faire de même en France.

Plus les gens sont mobiles, plus ils le seront en France.

Investir dans le tourisme international

TourMaG.com - Le tourisme international suffira-t-il à compenser ce déficit ?

Christian Mantei :
La fréquentation internationale est en hausse. Non seulement elle compense la baisse du tourisme français mais en plus on sera en hausse de l'ordre de 3%, les résultats sont très positifs.

On le voit, les clients internationaux sont contents, ils reviennent d'une année sur l'autre, notamment les Américains et les Chinois.

Des efforts ont été faits et l'image s'est globalement améliorée, surtout sur Paris où elle était dégradée. Il y a une meilleure perception de l'accueil (services publics, prestations...) et de l'hospitalité.

TourMaG.com - Si tout va si bien pourquoi y a t-il autant de disparités entre territoires ?

Christian Mantei :
On se trompe d'analyse, ce qui explique l'écart entre les destinations française c'est simplement l'investissement et l'internationalisation. Ceux qui ont fait le travail, ont de très bons résultats.

On parle de Paris - Ile de France mais il y a aussi la Côte d'Azur, l'Alsace, les Hauts de France, les grandes villes... Tout ça décolle dès lors que l'offre est tournée vers l'international : l'hôtellerie, l'événementiel, les activités culturelles, l'accessibilité...

TourMaG.com - Et ceux dont les chiffres sont en baisse ?

Christian Mantei :
C'est simplement qu'ils n'ont pas investi dans l'internationalisation !

Les territoires, les régions, les collectivités, les entreprises aussi, c'est un effort collectif des différents acteurs du tourisme. En Nouvelle Aquitaine par exemple, il y a une grande disparité, les villes et vignobles marchent très fort, mais le littoral est délaissé parce que l'offre n'est pas calibrée pour l'international.

Un effort collectif

Atout France - Christian Mantei - @O.GOMBERT
Atout France - Christian Mantei - @O.GOMBERT
TourMaG.com - Il est donc urgent de faire de l'international une priorité ?

Christian Mantei :
Chacun doit se mobiliser et aller dans le même sens. Il faut déclencher l'investissement c'est la base dans une économie de l'offre qui est celle du tourisme. C'est le niveau de l'investissement qui va donner le panier moyen à venir.

Il n'y a aucun doute : les recettes du tourisme en France augmenteront de manière très forte si les efforts sont faits. La marge de progrès est là, il faut que les acteurs locaux s'en donnent les moyens par l'investissement.

TourMaG.com - Investir, c'est valable aussi pour l’État ou juste pour les collectivités et le secteur privé ?

Christian Mantei :
Ne soyez pas jacobins, le tourisme est un secteur décentralisé, ce sont les acteurs locaux qui ont la compétence.

L’État s'engage déjà, via les conseils interministériels ou pour l'accompagnement, notamment sur l’ingénierie. Mais on ne peut pas se contenter d'une moyenne globale, il faut faire un zoom et concentrer ses efforts sur des zones, des micro-territoires sous-exploités.

Nuitées étrangères dans les hébergements collectifs marchands selon le département de destination - source : www.entreprises.gouv.fr
Nuitées étrangères dans les hébergements collectifs marchands selon le département de destination - source : www.entreprises.gouv.fr
Pour la promotion, Atout France a triplé son budget grâce à l’État et aux partenaires privés, mais il faut que le produit soit à la hauteur et ce sont les investissements et une vraie feuille de route complète qui compte et ça, c'est aux acteurs locaux de le faire.

TourMaG.com - Et ceux qui ne peuvent pas investir faute de moyens ?

Christian Mantei :
Non, c'est un faux problème. Personne ne demande à des zones sous-exploitées d'accueillir le même nombre de touristes que Paris, les régions PACA ou Rhône-Alpes !
C'est une question d'équilibre, il faut simplement faire en sorte que la part de l'international augmente par rapport à la part du marché français.

Les différents territoires en France ne peuvent pas se contenter d'être dépendants du marché français. Comme par exemple sur la façade atlantique où seulement 10 à 20% de la clientèle est internationale.

On ne peut pas s'en satisfaire, ça révèle les limites de l'offre et les met en situation de risque comme on le voit très clairement aujourd'hui.

Désertification vs surtourisme

TourMaG.com - Certains territoires n'attirent pas le public étranger, les territoires ruraux par exemple ?

Christian Mantei :
Utilisons les mots des touristes. Ils ne parlent pas de territoires ruraux, qui évoquent l'ennui le jour et la peur la nuit, mais de campagne.

Et là, il y a une envie. Ce que les gens ont en tête est plus vendeur et la campagne française est très attrayante : la Sologne, Arras, la Normandie, le Centre Val de Loire, l'Occitanie...

Il y a un patrimoine fort, des petits villages, des activités culturelles ou sportives, le tout porté par le locatif, les petites auberges et Airbnb. Il faut remettre dans les bonnes perspectives : investir là où il y a un début de développement pour améliorer l'offre.

TourMaG.com - En face de ces campagnes plutôt calmes, il y a un sur-tourisme de plus en plus important dans d'autres zones ?

Christian Mantei :
La question va se poser en France comme partout à l'étranger. Il y a des pics de sur-fréquentation comme sur le Mont Saint Michel, ou à Gordes, dont on a beaucoup parlé.

On doit anticiper, évaluer des jauges et un seuil d'acceptabilité. Si on ne fait rien, avec la croissance mécanique, dans 5 ans il y aura urgence. Il faut investir dans des travaux de réaménagement, continuer à suivre les sites et analyser.

Chaque cas est différent et a sa solution, mais la régulation c'est aussi un moyen de désaisonnaliser et créer des flux pour réguler à l'année.

C'est une priorité parce que cela a un impact négatif sur le patrimoine naturel et le développement durable, mais aussi sur le patrimoine culturel car des œuvres peuvent être dégradés dans les musées. Et à terme, l'impact est aussi économique : les clients ne reviendront pas s'ils sont fatigués par le sur-tourisme.

Lire aussi

Le regard de Didier Arino (Protourisme) sur le tourisme en France
Didier Arino : "2018 sera une bonne année pour les TO et les agences"

Notre interview de Christian Mantei en septembre 2017
Christian Mantei (Atout France) : le tourisme, une affaire d’État !

Juliette Pic Publié par Juliette Pic Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Juliette Pic
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 5379 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 7 Décembre 2018 - 13:53 Winter is coming à Bayeux



PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75








Dernière heure







TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
Groupes / CE
La Travel Tech
Travel in France
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et Hôtel&Lodge PRO, Le Hub des pros de l'hébergement.

TourMaG.com DMCmag.com Hôtel&Lodge PRO La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips