TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Reconversion, découragement… La pénurie de main-d’œuvre s’accélère dans les hôtels et les restaurants

chômage partiel : « La crise sanitaire a exacerbé les faiblesses du secteur »



140 000 salariés de l’hôtellerie-restauration ont changé de métier depuis le début de la crise de la Covid-19 selon les chiffres de l’UMIH. Des cuisiniers, serveurs ou réceptionnistes pourraient manquer à la reprise.


Rédigé par le Jeudi 22 Avril 2021

En plus du flou de la date de reprise, les entreprises sont dans l’inconnu du retour de leurs salariés en chômage partiel. - DR : Depositphotos
En plus du flou de la date de reprise, les entreprises sont dans l’inconnu du retour de leurs salariés en chômage partiel. - DR : Depositphotos
A l’arrêt total ou partiel depuis plus d’un an, le secteur de l’hôtellerie-restauration a vu certains de ses salariés, en chômage partiel depuis de longs mois, partir vers d’autres horizons.

« Il va manquer entre 140 000 et 150 000 salariés dans le secteur à la reprise », estime Laurent Barthélémy, président de l’UMIH Nouvelle Aquitaine et vice-président du Fonds national d'Assurance Formation de l'Industrie Hôtelière (Fafih).

Et pour cause, selon les chiffres de l’UMIH , le secteur a connu une fuite de de 110 000 postes en 2020. Un chiffre auquel il faut ajouter 31000 postes rien qu’au premier trimestre 2021.

Dans un article du Monde, Olivier Caillait, à la tête de plusieurs établissements dans les Alpes, explique constater une « certaine lassitude » de la part de ses directeurs d’hôtels ou de restaurants qui ne touchent plus que 84 % de leur salaire : « Ils ont des emprunts immobiliers à rembourser, la scolarité des enfants à payer… La période commence à leur sembler longue. »

emploi hôtellerie : une fuite vers d’autres secteurs

La pénurie n’est pas nouvelle. L’hôtellerie restauration manquait déjà de personnel avant même la crise sanitaire.

« Elle a exacerbé les faiblesses du secteur, à savoir les coupures et le travail le week-end. Le contexte a poussé les saisonniers qui n’ont pas travaillé depuis un an à s’installer à l’étranger dans des pays qui ont retrouvé une activité », note le président de l’UMIH Nouvelle Aquitaine.

« D’autres ont intégré de nouvelles filières telles que la banque et les assurances. Les métiers d’accueil sont transverses, les profils bilingues ou trilingues sont recherchés. Ces branches ont su capter nos personnels qualifiés », poursuit Laurent Barthélémy.

Des propos confirmés par Adrien Moreira, CEO de Bruce, agence de recrutement 100% digital, spécialisée dans le travail temporaire. Avant la crise, l’hôtellerie-restauration représentait 1/3 de l’activité de l’agence. « Nous avons vu de la transversalité. Quand on est chef de rang, on peut facilement évoluer vers d’autres métiers de la relation client. La logistique a connu de gros besoins, booster par l'e-commerce. »

Reste que « après avoir découvert d’autres métiers, bien souvent moins difficiles que l’hôtellerie-restauration, certains collaborateurs ne souhaitent pas y retourner. »

L’embauche des saisonniers sécurisée par l’Etat

En plus du flou de la date de reprise, les entreprises sont dans l’inconnu du retour de leurs salariés en chômage partiel.

« Il y a une vraie inquiétude, reconnaît le président de l’UMIH Nouvelle Aquitaine. Maintenir une activité partielle, est une première réponse. Les hôtels qui sont restés ouverts ont pu faire tourner les équipes. Idem pour la vente à emporter, remarque Laurent Barthélémy de l’UMIH.

Nous avons accueilli d’un bon œil la clarification du gouvernement concernant
l’embauche des saisonniers d'été . »

Pour rappel, Élisabeth Borne, Ministre du Travail, de l'Emploi et de l'Insertion, appelle les employeurs à « embaucher les saisonniers auxquels ils font appel tous les ans, et de les placer en activité partielle le temps que la saison démarre ».

« Notre demande a été entendue par la Ministre, et nous prenons cela comme un nouveau signal positif envers notre secteur fermé ou en sous-activité depuis six mois. Nos professionnels et leurs salariés vont pouvoir se projeter un peu plus vers la saison à venir », signale Thierry Grégoire, Président de la Branche UMIH Saisonniers.

Former les salariés plutôt que les licencier

La formation apparaît comme une solution à la fuite des talents.

« Nous avons incité fortement l’ensemble de nos entreprises à former leurs équipes pour les conserver et les motiver. L’OPCO Akto propose un accompagnement de l’aide à la formation du Fonds national de l’emploi (FNE-Formation) prôné par l’Etat, avec un slogan très simple : « Former plutôt que licencier ou former plutôt que perdre ses salariés ! »» affirme Laurent Barthélémy.

C’est que la motivation est un autre des enjeux à relever dans ce contexte de crise sanitaire.


Caroline Lelievre Publié par Caroline Lelievre Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Caroline Lelievre
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 7123 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Olivier le 23/04/2021 11:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Peut être enfin l'occasion de revoir la convention collective de l'hôtellerie-restauration et proposer des salaires plus adaptés principalement pour les métiers de l'hébergement qui sont sous payés pour les plages horaires et les compétences de plus en plus techniques et polyvalentes qui sont demandées.
Cela reste quand même scandaleux que seuls ces métiers ne profitent pas du code général du travail et que les salaires ne tiennent pas compte des horaires, des weekends et des jours fériés ...

2.Posté par marc le 23/04/2021 12:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
tout d'abord que les patrons déclarent toutes les heures prestées il y a beaucoup de travail partiellement au noir d'autre part pour les restaurant une augmentation des prix de 5% permettrait une hausse des salaires de 10%

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus

Dans la même rubrique :
< >










































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • TourMaG Travel Media Group
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • MontagneMaG
  • TravelManagerMaG
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance