TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


FUTUROSCOPIE - MobilitĂ©s touristiques : le Shift Project confirme l'urgence d'agir 🔑

DĂ©cryptage de Josette Sicsic, Futuroscopie



Les chercheurs du Shift Project* viennent de prĂ©senter leur neuviĂšme rapport concernant l’avenir des mobilitĂ©s, notamment des voyages longue distance. Un petit Ă©vĂ©nement dans le monde des dĂ©placements, de l’énergie, du climat. Mais l’on ne peut pas dire que ce Rapport issu du travail de nombreux chercheurs sous la houlette du trĂšs mĂ©diatique JM. Jancovici qui depuis des annĂ©es tire la sonnette d’alarme sur le sujet, propose des solutions bien nouvelles. En revanche, il confirme la pertinence de toutes les propositions qui ont Ă©tĂ© envisagĂ©es et Ă©tudiĂ©es depuis pas mal de temps. Il confirme aussi que la rĂ©duction de l’aĂ©rien et de l’automobile est impĂ©rative et urgente. Ce qui n’est pas gagnĂ© ! Enfin, il invite les acteurs du tourisme Ă  se retrousser les manches et Ă  collaborer au plus vite.


Rédigé par le Jeudi 14 Avril 2022

Les chercheurs du Shift Projet ont prĂ©sentĂ© leur neuviĂšme rapport concernant l’avenir des mobilitĂ©s - Depositphotos.com Auteur carloscastilla
Les chercheurs du Shift Projet ont prĂ©sentĂ© leur neuviĂšme rapport concernant l’avenir des mobilitĂ©s - Depositphotos.com Auteur carloscastilla

 Il n’est guĂšre de jour sans que les problĂšmes liĂ©s au climat et la nĂ©cessitĂ© d’agir au plus vite en faveur de la dĂ©carbonation, ne s’invitent Ă  la table de l’actualitĂ©.

Il faut dire que les catastrophes de plus en plus spectaculaires qui secouent le monde comme les inondations en Afrique du Sud qui ont fait plus de 300 morts et celles aux Philippines ne peuvent nous faire oublier le point de non retour vers lequel nous nous acheminons faute d’actions efficaces et rapides. Et ce n’est pas le dernier rapport du Giec qui pourrait apporter un peu de baume au cƓur des jeunes gĂ©nĂ©rations.

Car, on ne peut plus « regarder ailleurs » et l’on ne peut plus rĂȘver non plus qu’une quelconque main invisible viendra nous secourir et mettre fin Ă  l’asphyxie qui nous guette. Le mal est fait. « Tard, il est trop tard » est mĂȘme le titre d’un numĂ©ro spĂ©cial que j’avais publiĂ© en 2002 ! Il y a 20 ans !

Pour confirmer l’urgence, le jour mĂȘme de la publication de ce Rapport, Air France annonçait son plan en faveur de la dĂ©carbonation de ses vols : l’« Air France ACT », qui repose sur 3 piliers : rĂ©duire en prioritĂ© les Ă©missions directes gĂ©nĂ©rĂ©es par les opĂ©rations d’Air France, rĂ©duire les Ă©missions indirectes, en amont et aval des activitĂ©s de la compagnie et contribuer en complĂ©ment Ă  des projets permettant de retirer du CO2 de l’atmosphĂšre.

Tandis que sur les écrans de TourMag, Gérard Feldzer indiquait la nécessité de réduire les vitesses des avions... Mais, que dit ce rapport que nous vous conseillons de lire attentivement sur le site : https://theshiftproject.org/


Train, avion, voiture : 7600 km par an

Tout d’abord, il mentionne un constat concernant les mobilitĂ©s. Quand il s’agit de mobilitĂ© longue distance, un rĂ©sident français parcourt en moyenne plus de 7 600 km cumulĂ©s par an. Les vacances, les loisirs, les visites Ă  des proches ou le travail composent l’essentiel des voyages qui se passent Ă  86% en France mĂ©tropolitaine.

En matiĂšre de modes de transport, la voiture, le train et l’avion assurent l’essentiel des dĂ©placements : 90%. En termes de distances parcourues, l’avion et la voiture dominent largement et constituent l’essentiel de l’empreinte carbone des Français, soit 9%. Le train pour sa part qui constitue 14% des dĂ©placements, Ă©met 40 fois moins de gaz Ă  effet de serre que la voiture.

DeuxiĂšme constat : dans les annĂ©es Ă  venir, les Ă©nergies gazeuses et liquides seront de moins en moins disponibles, la production Ă©lectrique ne sera pas illimitĂ©e, et des approvisionnements en certains matĂ©riaux risquent d’ĂȘtre compliquĂ©e, notamment celle en mĂ©taux rares comme le lithium, le cobalt, le nickel


En consĂ©quence, tout le monde aura compris qu’il faut agir et agir vite en faveur de la dĂ©carbonation, notamment celle de la mobilitĂ© de longue distance qui, pour contribuer comme tous les secteurs, Ă  l’objectif de neutralitĂ© carbone, doit baisser ses Ă©missions de gaz Ă  effet de serre sur un rythme annuel de 5% par an !

Rendre le voyage aérien résilient

Dans ce contexte Ă©nergĂ©tiquement contraint, le voyage de longue distance doit donc s’électrifier, et le trafic aĂ©rien progressivement dĂ©croĂźtre.

Mais, bien entendu, il s’agit de mener Ă  bien ce chantier tout en prĂ©servant au maximum les envies et la libertĂ© de voyager, de dĂ©couvrir, de prendre des vacances ou de rendre visite Ă  ses proches.


Pour les auteurs du Rapport, comme pour tant d’autres militants pour le climat, la premiĂšre cible est bel et bien l’avion long-courrier qui devrait au fur et Ă  mesure diminuer ses vols et ĂȘtre remplacĂ© par de nouvelles offres de voyages intercontinentaux.

Mais, en protĂ©geant toutefois les vols reliant la France aux dĂ©partements d’Outre-mer. Globalement, on estime que la part de l’aĂ©rien devrait ĂȘtre rĂ©duite de 35%.

Diminuer la part de la voiture

La voiture pour sa part qui assure 72% des dĂ©placements, devra baisser de 20% et prendre une place moins centrale qu’aujourd’hui dans nos voyages. Elle sera Ă©lectrique, petite, lĂ©gĂšre, peu puissante et Ă©conome.

ComplĂ©mentaire au voyage en train, la voiture fera partie du bouquet d’offres de mobilitĂ© pour les touristes sur leur lieu de villĂ©giature. Quant Ă  l’enseignement de l’écoconduite, il devrait ĂȘtre gĂ©nĂ©ralisĂ© et la vitesse sur autoroute devrait ĂȘtre limitĂ©e Ă  110 km/h voire moins.

Concernant les dĂ©placements professionnels, le Rapport y a pensĂ©. Il s’agira pour les entreprises de s’engager dans la rationalisation carbone des dĂ©placements de leurs salariĂ©s et dans la conversion de leur flotte de voitures de fonction vers des vĂ©hicules sobres et Ă©lectriques.

Ce qui évidemment implique que les bornes existent donc se multiplient au rythme prévu


La victoire annoncée du rail mais pour quand ?

A l’intĂ©rieur de l’Hexagone, c’est l’usage du rail qui devrait ĂȘtre privilĂ©giĂ© afin de limiter l’utilisation de la voiture, mais en dĂ©ployant des services complĂ©mentaires en intermodalitĂ© avec le train qui permettront de rĂ©aliser les derniers kilomĂštres de voyage et de se dĂ©placer une fois sur le lieu de villĂ©giature.

Qui s’en chargera ?

Les acteurs locaux du tourisme, suggÚre le Rapport, devront agir en faveur de ces déplacements de touristes venus sans voiture et proposer des offres touristiques nouvelles et attractives.

« Il s’agit en fait de conserver l’essence du voyage tout en le dĂ©carbonant et en s’accommodant de la contraction Ă©nergĂ©tique ». Mieux, « Nous proposons de dĂ©velopper des offres de tourisme en France et en Europe, articulant offres de transport, d’hĂ©bergement, et d’activitĂ©s. »

Et in fine, expliquent les chercheurs : « on permettra aux voyageurs de venir sans voitures ».

Bien, trĂšs bien mais c’est dĂ©jĂ  fait !

Or, c’est exactement ce que l’on fait dĂ©jĂ . Il n’y a qu’à lire l’entretien de la directrice du CRT Nouvelle-Aquitaine pour comprendre que le secteur touristique a bel et bien pris le taureau par les cornes et s’active dans de nombreux territoires.

Quant Ă  l’effort en matiĂšre de dessaisonalisation des activitĂ©s et des flux touristiques qui permettrait d’exploiter au mieux les services de transport et les hĂ©bergements sans avoir Ă  les surdimensionner, c’est Ă©galement une vieille lune pour les acteurs du tourisme.

Alors quoi de neuf ?

Un plan de gouvernance carbone du tourisme

En fait, la seule idĂ©e nouvelle vĂ©hiculĂ©e par le neuviĂšme volet du Rapport du Shift Project pour qu’advienne cette Ă©poque idĂ©ale ou le tourisme sera sobre en Ă©nergie et dĂ©carbonĂ©, concerne la mise en place d’une gouvernance carbone du tourisme, Ă  diffĂ©rents Ă©chelons territoriaux, en s’appuyant sur les comitĂ©s rĂ©gionaux et dĂ©partementaux du tourisme et sur les Offices du tourisme comme relais opĂ©rationnels vers les acteurs de terrain.

Et pour ce faire, il conviendra de former l’ensemble des acteurs du tourisme aux enjeux Ă©nergie-climat. Comment ? C’est Ă  voir et Ă  Ă©tudier de prĂšs. Mais, l’Ademe (Agence de l'environnement et de la maĂźtrise de l'Ă©nergie) nous semble dĂ©jĂ  avoir bien avancĂ© sur le sujet, non ?

En tout cas et pour finir, les auteurs du Shift Project indiquent que certaines de leurs mesures permettraient des rĂ©sultats dĂšs le prochain quinquennat quand d’autres doivent ĂȘtre enclenchĂ©es rapidement pour avoir des effets dĂ©multiplicateurs dans les quinquennats suivants.

Les structures de gouvernance et d’accompagnement/contrîle des acteurs doivent se mettre en place dùs le prochain quinquennat pour amorcer et maintenir l’effort.

Enfin, il convient de noter que les auteurs mettent en garde contre les solutions technologiques comme l’hydrogĂ©nĂ©ification de l’aĂ©rien et les biocarburants


En revanche, il faudra crĂ©er de nouveaux emplois car dans l’aĂ©rien, ceux-ci seront divisĂ©s par deux, alors que dans le ferroviaire, ils seront multipliĂ©s par deux !

*La mobilitĂ© de longue distance est dĂ©finie comme la mobilitĂ© qui Ă©loigne Ă  plus de 80 km Ă  vol d’oiseau du domicile, ou 100 km de distance routiĂšre.
Selon les enquĂȘtes nationales - et notamment l’EnquĂȘte sur la MobilitĂ© des Personnes rĂ©alisĂ©e en 2018/2019, juste avant la crise COVID - chaque rĂ©sident en France mĂ©tropolitaine rĂ©alise chaque annĂ©e 6,3 voyages de longue distance, chacun de ces voyages reprĂ©sentant en moyenne 1200 km parcourus (aller + retour).

Pour les motifs de vacances, les Français partent sensiblement plus loin que pour leurs autres motifs de voyage à longue distance. Ainsi, environ 50 % des distances parcourues par les Français pour leurs
voyages le sont pour un motif de vacances.

Josette Sicsic - DR
Josette Sicsic - DR
Journaliste, consultante, confĂ©renciĂšre, Josette Sicsic observe depuis plus de 25 ans, les mutations du monde afin d’en analyser les consĂ©quences sur le secteur du tourisme.

AprĂšs avoir dĂ©veloppĂ© pendant plus de 20 ans le journal Touriscopie, elle est toujours sur le pont de l’actualitĂ© oĂč elle dĂ©code le prĂ©sent pour prĂ©voir le futur. Sur le site www.tourmag.com, rubrique Futuroscopie, elle publie plusieurs fois par semaine les articles prospectifs et analytiques.

Contact : 06 14 47 99 04
Mail : touriscopie@gmail.com

Lu 2719 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitÎt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus







































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos MĂ©dias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias