TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Surcharge carburant : de l'eau dans le gaz entre ASHA et fournisseurs...🔑

Le GIE a envoyé 2 courriers à ses fournisseurs



Alors que l'euro a baissé face au dollar et que le prix du baril ne cesse de grimper, voilà que les tour-opérateurs doivent faire face aux hausses carburant des compagnies aériennes. Si ces réajustements ne sont pas du goût des fournisseurs, ils ne sont pas non plus du goût du GIE ASHA. Ambiance...


Rédigé par le Mardi 8 Mars 2022

Le GIE ASHA a envoyé deux courriers à ses fournisseurs. Ces courriers sur la hausse carburant a eu un peu de mal à passer du cÎté des tour-opérateurs Depositphotos.com Auteur prescott10
Le GIE ASHA a envoyé deux courriers à ses fournisseurs. Ces courriers sur la hausse carburant a eu un peu de mal à passer du cÎté des tour-opérateurs Depositphotos.com Auteur prescott10
Le GIE ASHA (Selectour Havas Voyages) aurait-il décidé de mettre un "petit coup de pression" à ses fournisseurs ?

C'est en tout cas comme ça que plusieurs tour-opérateurs l'ont vécu aprÚs avoir reçu un premier courrier du GIE ASHA que nous avons pu consulter et qui demande de ne plus émettre de factures de hausses carburant sur les dossiers réservés avant le 8 mars 2022.

Le GIE ASHA précise que ces factures de hausses ne seront tout bonnement pas réglées par les agences. Quelles sont les raisons avancées par Jean-Marie Seveno, président du GIE ASHA ?

"Nous ne pouvons pas avoir des dossiers qui tous les mois changent de tarifs, explique-t-il. Au niveau clients, c’est hyper anti commercial. Nous ne voulons pas de rĂ©troactivitĂ©. Pour tout dossier rĂ©servĂ©, il lui faut un tarif."

"Il y a des TO qui ont pris des dollars trÚs bas et qui appliquent des hausses énormes
 Revenons dans la norme car nous n'allons pas pouvoir gérer un nombre considérable de modifications en fonction des tour-opérateurs. Il faut mettre une rÚgle", ajoute-t-il.

Mais cette lettre a du mal à passer cÎté voyagistes. Alors que le secteur du voyage sort d'une crise sans précédent liée à la pandémie de covid et qu'il fait face aux répercussions de la guerre en Ukraine, "nous n'avions pas besoin d'une nouvelle polémique", lance dépité un patron de TO que nous avons contacté.

"DÚs qu'il y a des problématiques de surcharge, les tour-opérateurs sont au milieu, entre agences et compagnies aériennes. Actuellement entre les variations des taux de change et la hausse du pétrole, c'est compliqué. Et là il nous faut émettre de maniÚre anticipée et sortir de la trésorerie pour bloquer les tarifs ?", s'interroge un autre dirigeant.

"Si nous devons émettre pour garantir les prix alors le GIE ASHA pourrait nous régler tout de suite", avance un autre fournisseur.

L'agence va s'engager sur l'émission anticipée

Jean-Marie Seveno explique que l'agence devra s'engager sur l'Ă©mission anticipĂ©e sur les dossiers long-courriers non Flex : "Si le tour-opĂ©rateur Ă©met un billet aujourd’hui Ă  un tarif, l’agence devra s'engager et approuver l'Ă©mission. Dans le cas contraire elle sera soumise Ă  l’augmentation ou aux augmentations que le TO lui appliquera."

Face sans doute Ă  la levĂ©e de bouclier des fournisseurs, une seconde lettre est venue en effet prĂ©ciser les conditions : "Dans ce cas, l’agence s’engagera par Ă©crit et assumera la totalitĂ© du montant des frais en cas d’annulation du fait du client."

Pour autant certains voyagistes restent dans l'expectative. "Ce que je ne comprends pas c'est cette date du 8 mars indiquée dans la premiÚre lettre. Une personne qui a réservé aujourd'hui ou il y a une semaine pourrait alors se voir appliquer ou non, la surcharge ? Je ne comprends pas cette histoire de date à partir d'aujourd'hui", se questionne un autre voyagiste.

LĂ  aussi le deuxiĂšme courrier ajoute des prĂ©cisions concernant les dossiers groupes et les dossiers long-courriers : l’application des hausses carburant sera effective pour les dĂ©parts Ă  plus de 30 jours.

"Il faudra voir par rapport au départ, nous pourrions considérer une non-rétroactivité. Entre un dossier qui part dans un mois ou dans 6 mois, nous pourrions faire un différentiel", nous indiquait Jean-Marie Seveno.

Mais peut-on véritablement imposer la non-rétroactivité de la hausse carburant ?

Me Yves Removille, Avocat à la Cour nous précise qu' "en cas de hausse carburant, les tour-opérateurs peuvent la répercuter si elle est prévue dans le contrat établi entre le tour-opérateur et le GIE Asha, ce qui est conforme avec le code du tourisme.

Il n'y a aucune raison que le GIE dise aux fournisseurs de supporter cette hausse. En principe les contrats prĂ©vus entre les TO et les agences stipulent ce type de hausse, tout comme ceux Ă©tablis entre les agences et les clients finaux qui prĂ©voient Ă©galement que les tarifs puissent ĂȘtre revus Ă  la hausse ou Ă  la baisse.
"

Attention toutefois, si la hausse carburant dépasse le seuil de 8% du prix total du voyage à forfait, le client peut résoudre le contrat sans frais.

Baisse de l'Euro et hausse du pétrole : un vrai problÚme dans les semaines à venir

La hausse du prix du carburant et la baisse de l'Euro face au dollar vont ĂȘtre un vrai problĂšme Ă  gĂ©rer dans quelques semaines pour les opĂ©rateurs de voyages et de sĂ©jours. C'est mĂȘme dĂ©jĂ  le cas.

"La meilleure sĂ©curitĂ© c'est d'Ă©mettre les billets mĂȘme si cela entraĂźne une moindre flexibilitĂ© sur l'annulation." ajoute Yves Removille, Avocat Ă  la Cour.

"C'est effectivement la seule façon de se garantir" confirme un voyagiste que nous avons contacté "mais dans ce cas cela demande un effort sur la trésorerie car il faut payer le billet."

Le GIE ASHA prĂ©cise Ă©galement que les billets rĂ©servĂ©s dans le cadre du Flex ne peut ĂȘtre assujettis Ă  cette hausse puisqu'Ă©mis immĂ©diatement.

Ce que nous confirme Yves Removille : "il est impossible d'appliquer une hausse sur un billet Ă©mis. Il est Ă©galement impossible d'appliquer une hausse rĂ©troactive si la compagnie ne fait pas elle mĂȘme de hausse rĂ©troactive".

Reste que comme le souligne plusieurs fournisseurs, les compagnies se couvrent sur les hausses carburants. Et certains ne seraient pas surpris de voir les compagnies faire de beaux bénéfices sur le dos de la surcharge...

CĂ©line Eymery Publié par CĂ©line Eymery Rédactrice en Chef - TourMaG.com
Voir tous les articles de Céline Eymery
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 2875 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitÎt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos MĂ©dias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias