TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e





Croisières à Venise : les anti-paquebots restent sur le pont !

Venise interdit des paquebots dans le canal de Giudecca


Rédigé par Caroline Lelievre le Dimanche 12 Novembre 2017

À compter de 2019, les paquebots de croisière de plus de 100 000 tonnes ne pourront plus emprunter le canal de Giudecca, qui longe la place Saint-Marc, à Venise. Ces navires géants seront détournés vers le port industriel de Marghera, situé plus au sud. Ils devront emprunter la voie où circulent les portes-conteneurs et les pétroliers.



Pour trouver un équilibre, satisfaire les riverains, et les associations environnementales mais aussi pour profiter du lucratif marché du tourisme, le gouvernement italien a adopté un plan de développement de la lagune.

A l'étude depuis 18 mois, celui-ci a été adopté, mardi 7 novembre 2017. Parmi les mesures phares, l'interdiction de circuler pour les navires de plus de 100 000 tonnes aux abords de la place Saint-Marc.

« Les grands paquebots ne passeront plus par la place Saint-Marc, ils accosteront à Marghera - de l'autre côté de la lagune. Le grand comité a donné son feu vert à la proposition du gouvernement », a twitté le ministre des Infrastructures et des Transports, Graziano Delrio.



Un accès par le sud de la lagune

Les navires de croisières accèderont à la lagune plus au sud, et accosteront au port industriel de Marghera, actuellement emprunté par les portes-conteneurs et les pétroliers. Des travaux seront entrepris pour aménager la nouvelle route, qui sera accessible d'ici quatre ans, par le canal de Malaccomo.

Une alternative reste néanmoins ouverte, celle d’un accès direct à l’actuel terminal via le canal Vittorio Emmanuele, qui contourne Venise mais n’est aujourd’hui pas praticable par de gros bateaux, selon l'Association Internationale des Compagnies de Croisières (CLIA).

"Cette alternative a fait l’objet de simulations fin août par trois grandes compagnies (Royal Caribbean Carnival-Costa et MSC) aux centres d’essais et de simulations de CSMASRT Center à Almere (Pays-Bas) et du Force Technology Institute de Copenhague. Pour que cette route alternative soit possible, des travaux importants de dragage devront être menés. Des études vont donc se poursuivre afin de déterminer les options possibles et leurs coûts", nous explique-t-on.

L'Association Internationale des Compagnies de Croisières (CLIA) prend acte de cette nouvelle législation et affirme agir dans le même sens : "Les compagnies de croisières ont depuis 2013 volontairement réduit le nombre d’escales de leurs navires, entraînant une chute du nombre de croisiéristes passant de 1,8 million en 2013 à 1,4 million en 2017."

Une manne financière importante

Après le naufrage du Costa Concordia en 2012, le gouvernement italien avait déjà limité la circulation des grands paquebots. En 2014, les paquebots de plus de 96 000 tonnes, étaient interdits du canal de la Giudecca. La loi avait ensuite été invalidée en 2015.

La CLIA précise que les compagnies ont "Signé, à leur initiative, le Blue Flag Agreement par lequel elles s’engageaient à ne pas faire escale de navires dont la jauge est supérieure à 96.000 tonneaux. Les navires supérieurs à ce tonnage ne font donc plus escales à Venise depuis plus de 4 ans !" précise t-elle.

Selon les chiffres de CLIA, l’industrie de la croisière emploie près de 4.300 personnes et fournit du travail à 200 sociétés à Venise et ses environs.

Les navires arrivant à Venise génèrent un total de 436,6 millions d’euros par an à un niveau national, en termes de dépenses directes des passagers, compagnies et membres d’équipage. De ce total, 283,6 millions d’euros sont dépensés à Venise et son territoire et 153 millions d’euros à travers l‘Italie.

Les navires arrivant à Venise engendrent aussi jusqu’à 170 millions d’euros pour les secteurs connexes soit 3,26% du PIB de la municipalité.

Un collectif actif pour défendre la lagune

Le rassemblement organisé le 10 novembre 2017 - Photo Facebook   Comitato Nograndinavi
Le rassemblement organisé le 10 novembre 2017 - Photo Facebook Comitato Nograndinavi
Le collectif No Grandi Navi a été créé en 2001 pour protester contre le passage des navires de croisière géants dans la lagune.

Sur son site, ce dernier explique : « Le trafic de croisière (…) à Venise a connu une croissance exponentielle, tout comme la taille des navires utilisés. Ceux-ci, à quai à Marittima entrant et sortant de la bouche du port du Lido passe deux fois dans le San Marco et le bassin du canal de la Giudecca, le centre historique de Venise à 150 mètres du Palais Ducal. 

Avec leurs 300 mètres et plus de longueur, 50 de largeur, 60 de hauteur, ils débarquent des milliers de tonnes - et la tendance est de produire de plus gros navires parce qu'ils sont plus économiquement rentables - ils sont évidemment hors de l'échelle de la ville, mais L'idiosyncrasie «esthétique» est en fait le dernier des problèmes de Venise et de son lagon. »


Depuis 2011, les actions de sensibilisation, souvent sur le mode du happening, rencontrent un succès croissant, portées par les habitants de la lagune et de la terre ferme.

Dans un communiqué de presse diffusé, mardi 7 novembre, sur sa page Facebook, le collectif No Grandi Navi n'est pas satisfait des annonces : «Ces décisions et solutions, si elles sont réalisées, seront dénoncés », alerte-t-il.

Le collectif pointe notamment les effets dévastateurs de l'équilibre lagunaire, (...) la vocation industrielle et manufacturière du port de Marghera avec de graves répercussions négatives sur le monde du travail.

No Grandi Navi appelle à poursuivre les actions de lutte à tous les niveaux. Un nouveau rassemblement a été organisé le 10 novembre 2017.

Le tourisme constitue un atout économique majeur, mais les résidents, à l'exemple des Vénitiens affichent un ras-le-bal.

En février dernier, une manifestation contre le tourisme de masse s'est tenue à Venise, pour alerter contre les difficultés à se loger pour les Vénitiens à cause de la hausse des prix liée au tourisme de masse dans la ville.

Lu 1024 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Décembre 2017 - 10:51 Hurtigruten ouvre ses résas pour 2019 - 2020

Mercredi 13 Décembre 2017 - 12:51 DFDS lance un Webinar pour découvrir l'Ecosse


PUBLICITÉ
Fabien DA LUZ
fabien@tourmag.com
+33 4 91 58 61 97
+33 6 43 65 15 92


Dernière heure

















Le groupe TourMaG.com publie également Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages
et DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies.

TourMaG.com Légal Utiles
Emploi
I-tourisme
Groupes / CE
Travel in France
Brochuresenligne.com
DMCmag.com TourMaGEVENTS.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
Contact
Publicité
La presse en parle

cookieassistant.com