TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone
TourMaG.com, 1e TourMaG.com, 1e

Travel in France




Guérande : une Côte d'Amour très haute et un océan de marais salants...

un chapelet de stations balnéaires à découvrir



La cité fortifiée domine un océan de marais salants qui forme l’arrière-scène d’un littoral de charme. Entre Batz et Piriac, ce trait de côte appelé Côte d’Amour déroule un chapelet de stations balnéaires à forte identité, tendance familiales chic.


Rédigé par Jean-François RUST le Samedi 14 Septembre 2019

Guérande et la Côte d'Amour sont à découvrir - Crédit Jean-François Rust
Guérande et la Côte d'Amour sont à découvrir - Crédit Jean-François Rust
La Côte d’Amour est un cas d’école. Son littoral est tourné vers l’Atlantique et ses activités (le tourisme, la pêche…) mais il regarde aussi, à l’arrière, le dur labeur des paludiers.

Il en a toujours été ainsi. Le Pouliguen est certes aujourd’hui un spot de tourisme mais sa raison d’être est ailleurs : alimenter par son étier une partie du marais salant guérandais.

Du Moyen Age au 19ème siècle, les bateaux venaient acheter le sel pour l’exporter vers les Pays-Bas, la Suède, la Baltique…

En échange, ils ramenaient du bois, du charbon, de la morue. L’autre étier, celui du Traict, est au Croisic. Au Moyen Age, ce village était le port de Guérande. On le rejoignait par une chaussée submersible, disparue au 19ème s. La commune s’est beaucoup étendue grâce au lest des bateaux.

Œillets et adornes, salorges et trémets

Le bâti porte la trace de cette richesse salicole. Au Pouliguen, de belles maisons en granit du 16ème s. rappellent la fortune d’armateurs.

Au Croisic aussi : les rues du Pilori, Saint-Christophe et Grande Rue abritent, à côté de maisons à colombages, de nobles demeures. Mais laminé par les taxes et la paupérisation du marais, le sel n’est plus au 19ème s. que l’ombre de lui-même.

Par chance, au même moment, les chantiers navals de Saint-Nazaire recrutent. Le tourisme balnéaire, lui, éclot grâce au chemin de fer. Il va permettre de ressusciter le marais et donner de nouvelles lettres de noblesse au sel de Guérande.

Se perdre aujourd’hui dans le dédale de routes et d’impasses qui longent adornes et œillets, salorges et trémets (bassins, hangars, tas de sel…) est un bonheur.

Arrêt à Kervalet, splendide hameau paludier à l’habitat de granit serré autour de son église. Des bancs de pierre devant les maisons ; des lucarnes à frontons triangulaires pour hisser le fourrage et les grains ; les miroirs d’eau sous la lumière rasante du soir ; le geste auguste du paludier raclant la fleur de sel : rien ne semble avoir changé.

Sel de Guérande, IGP depuis 2012

Si, une chose, pourtant. Grâce au tourisme et à l’énergie de 220 producteurs réunis en coopérative, le sel de Guérande est devenu un condiment de luxe, valorisé par des chefs de cuisine et une IGP, obtenue en 2012.

Il se porte bien, en témoigne la belle vitrine de Terre de Sel, espace de découverte au cœur du marais.

Allons jusqu’à Guérande, la belle cité fortifiée. L’harmonie de cette ville médiévale circulaire enclose dans ses murs est frappante.

Grâce soit rendue à Jean de Montfort. En voulant protéger son fief au 14ème s. contre les visées de Jeanne de Penthièvre, lors de la succession au trône de Bretagne, il a impulsé des fortifications devenues aujourd’hui une référence régionale.

Haut clocher de Batz-sur-Mer

Les 400 habitants de la vieille ville ont la chance d’évoluer dans ce décor moyenâgeux, entre petits manoirs de granit et jardins secrets. Il faut aller à Guérande le mardi ou le samedi, jours de marché sous les halles et autour de la collégiale Saint-Aubin : atmosphère populaire et touristique assurées.

Le tourisme, tiens, reparlons-en. Dans le sillage de La Baule, c’est désormais le poumon de cette presqu’île. Un tourisme d’habitués, à tendance bourgeoise. Au Pouliguen, la Promenade et ses stands témoigne d’une forme d’intemporalité.

Il y a Chez Mignon et ses spécialités de niniches, Chez Albert, roi des glaces et des gaufres, Le Meringueur… De la plage à la Pointe de Penchâteau, et jusqu’au haut clocher (65 m) de Batz-sur-Mer, les villas balnéaires côtoient les secteurs pavillonnaires. Les plages, elles, abritent encore des cabines façon années 1950.

Le bac vers Pen Bron

Au Croisic, les anonymes ont remplacé Balzac et Alfred de Musset, venus au 19ème s. Multipliée par six (dans d’autres, c’est par 10), la population enfle l’été.

Certains échappent à la thrombose en embarquant par le bac vers Pen Bron, délicieux isthme sableux entre terre et océan. Mais l’agrégation semble la règle dans ces villages où les mêmes se retrouvent d’une année sur l’autre.

C’est le cas de Piriac-sur-Mer, adorable bourg au bout de la Côte d’Amour. Des venelles bordées de maisons en granit ou chaulées – telle la splendide ruelle des Mouettes -, des hortensias, un port de plaisance, des restaurants et des boutiques… : il règne ici un entre-soi discret, entre vacanciers de bonne compagnie.

Pêche à La Turballe

Reste la pêche. Plus discrète, elle raconte une autre histoire. Au Croisic, la coque a remplacé la sardine, évanouie dans les années 1960.

C’est le premier centre d’élevage en France. S’y ajoute un peu de pêche côtière, crevettes roses, homards, crabes…

A La Turballe, 8ème port de pêche français, c’est plus éclectique. Les 50 bateaux capturent sardines, thons blancs, anchois, merlus… Une « enclave » populaire et bretonnante, comme le témoignage ultime de ce littoral pluriel.

Infos pratiques

Presqu'île de Guérande
L’aéroport de Nantes Atlantique, situé à 75 km est le plus proche et rend la Presqu'île de Guérande accessible depuis de nombreuses destinations étrangères ; mais d’autres tarmacs sont accessibles comme l’aéroport de La Baule, l’aéroport de Lorient ou l’aéroport de Rennes – Saint-Jacques.

Les liaisons directes à 1h30 de l’aéroport de Nantes Atlantique : Toulouse, Lyon, Strasbourg, Genève, Amsterdam, Londres, Madrid.

Un service de navette est assuré par NAVairport entre l’aéroport de Nantes Atlantique et Guérande, La Baule, Pornichet et Saint-Nazaire.

ot-guerande.fr

tourisme-loireatlantique.com

Lu 1967 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.


PUBLICITÉ
Scheherazade KACIMI Scheherazade KACIMI
commercial@tourmag.com
+33 4 91 58 58 27
+33 6 76 50 55 75








Dernière heure






TourMaG Travel Media Group Légal Utiles
Emploi
La Travel Tech
Businesstrips
Brochuresenligne.com
DMCmag.com
MyEventStory.com
Signaler un contenu illicite
Plan du site
RGPD
Contact
Publicité
La presse en parle

Tourmag Travel Media Group
Le groupe TourMaG Travel Media Group publie également :
Businesstrips, application mobile pour les voyageurs d'affaires; Brochuresenligne.com, 1er portail de brochures électroniques de voyages; DMCmag.com, 1er portail Destination Management Companies et MyEventStory.com, créateur d'émotions.

TourMaG.com DMCmag.com La Travel Tech Brochuresenligne.com BusinessTrips