TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Air Austral - Corsair : c'est la lutte, finale...🔑

Le pool d'investisseurs réunionnais doit déposer trÚs prochainement une offre pour Air Austral



A quelques semaines de l'échéance fixée par la Commission européenne, le dossier de reprise du duo Corsair - Air Austral vient de connaßtre de nouveaux rebondissements. Alors que l'écosystÚme proche de l'opération se montrait relativement confiant sur un dénouement positif, voici qu'un des fonds d'investissement encore en lice aurait décidé de jeter l'éponge. Par ailleurs à la Réunion, l'opération sauvetage d'Air Austral (seule) commence à prendre de l'épaisseur...


Rédigé par le Lundi 18 Avril 2022

Le pool d'investisseurs réunionnais doit déposer trÚs prochainement une offre pour Air Austral, pendant qu'un des fonds d'investissement vient de se retirer de la reprise de la holding (rachat Corsair - Air Austral) - Depositphotos @Kanoktuch
Le pool d'investisseurs réunionnais doit déposer trÚs prochainement une offre pour Air Austral, pendant qu'un des fonds d'investissement vient de se retirer de la reprise de la holding (rachat Corsair - Air Austral) - Depositphotos @Kanoktuch
Cela bouge pas mal dans les coulisses des transporteurs ultra-marins.

A tel point, que le mariage forcĂ©, par l'Etat, entre Corsair et Air Austral pourrait s'arrĂȘter avant mĂȘme la lune de miel.

L'opération lancée dans le courant de l'été 2021 par le gouvernement français avec l'appui du Comité interministériel de restructuration industrielle (CIRI), avait pour but de restructurer une entreprise exsangue et de créer la 2e compagnie française.

"Le public, avec l'Etat et la Région, est arrivé au bout des efforts qu'il pouvait faire sur ce dossier.

Pour que l'opération soit acceptable vis-à-vis de la Commission européenne, cela nécessite une part significative d'investissements privés,
" nous informait une source gouvernementale proche du dossier.

La solution retenue, pour avancer rapidement a été celle de la fusion capitalistique entre les deux compagnies, via la création d'une holding.

Début avril, nous vous révélions en exclusivité les noms des deux fonds d'investissement ayant déposé leurs lettres d'intention, pour poursuivre le processus de rachat des deux entités.

EntrĂ©s dans la phase de "due diligence", qui consiste Ă  opĂ©rer des vĂ©rifications dans le but de se faire une idĂ©e prĂ©cise de la situation d’une entreprise, les candidats n'auraient pas (vraiment) tirĂ© le mĂȘme bilan de cette Ă©tude.


Air Austral - Corsair : un des deux fonds jette l'Ă©ponge !

L'enterrement de vie de jeune fille aurait tourné vinaigre.

En effet, nous avons appris de sources proches du dossier, qu'un des deux fonds d'investissement aurait lùché l'affaire et n'ira pas plus loin dans la procédure de prise de contrÎle de la holding, qui doit chapeauter Air Austral et Corsair.

Si le nom n'a pas filtré, nous en avons déduit par élimination qu'il s'agissait
de PIMCO qui prĂ©fĂšre arrĂȘter les frais.

"Au final, c'est une histoire de gros sous. Si le Gouvernement n'Ă©tait pas prĂȘt Ă  dĂ©bourser des millions, il n'y aurait personne d'intĂ©ressĂ©. Les actionnaires qui veulent reprendre une entreprise, qui fait des pertes, doivent investir Ă  court terme plus que la mise de dĂ©part," nous prĂ©cise-t-on en Guadeloupe.

En somme l'effort consenti par l'Etat ne serait pas suffisant au regard de la situation financiĂšre des transporteurs. Ou alors, il n'aurait pas eu assez les mains libres.

D'autant que le CIRI et les pouvoirs publics ne veulent pas entendre parler de licenciements ou de restructuration au niveau des ressources humaines, du moins pas pour le moment.


Rappelons qu'Ă  la RĂ©union (40,26%), mais aussi aux Antilles (53,1% Ă  la Martinique et 56,16% Ă  la Guadeloupe), Jean-Luc MĂ©lenchon est arrivĂ© largement en tĂȘte, presque toujours devant... Marine Le Pen.

Ainsi Ă  l'ElysĂ©e, il serait vu d'un trĂšs mauvais Ɠil, que le potentiel repreneur demande d'allĂ©ger les Ă©quipes pour remettre Ă  l'Ă©quilibre des entreprises structurellement dĂ©ficitaires.

"Air Austral est un employeur important de l'Ăźle, le futur investisseur le sait et nous le lui rappellerons.

Il y a aura des évolutions et des négociations sociales, mais tout cela doit se faire sans heurts pour le corps social du transporteur,
" nous explique-t-on du cÎté de la cellule qui travaille sur le dossier.

Le message est passé, mais a été, visiblement mal reçu donc par le fonds californien. Les repreneurs potentiels espéraient sans doute que le ménage sserait fait avant le rachat.
Air Austral - Corsair : c'est la lutte, finale...🔑

Corsair - Air Austral : une dette de 500 millions d'euros ?

Selon nos sources, il ne resterait donc en lice plus que Tikehau Ace Capital, une sociĂ©tĂ© crĂ©Ă©e au cƓur de la crise, sous l'impulsion de l'Etat, pour favoriser la consolidation de l’industrie aĂ©ronautique française

Le fonds d'investissement qui compte parmi ses contributeurs (Airbus ou encore Safran), disposerait d'une surface financiÚre estimée à 1 milliard d'euros.

De quoi alléger le chÚque à faire au constructeur européen dans les prochaines semaines ? Corsair doit passer en juin 2022, une commande pour quatre A330neo.

"C'est un avantage non nĂ©gligeable, mais ils ne sont pas compĂ©titifs pour les leasing d’avions ce qui est incomprĂ©hensible. Airbus laisse le champ aux leasers qui sont leurs plus gros clients," nous explique un actionnaire de Corsair.

En attendant et alors que sur la ligne de départ, trois noms circulaient fin février 2022 pour prendre le contrÎle de la holding, il n'en reste qu'un.

Et en parlant gros sous, la reprise des deux transporteurs via la holding est estimée entre 80 et 100 millions d'euros, pour un Groupe qui réaliserait (hors covid) prÚs d'un milliard d'euros de chiffre d'affaires.

Sauf que, chez Corsair comme chez Air Ausral, le passif est relativement conséquent.

Il se chiffre à hauteur de 350 millions d'euros (dettes) pour la compagnie réunionnaise et 213 millions (fin 2020) pour Corsair. Les montants sont sans doute moindres, puisqu'il y a de l'opérationnel dans ces sommes.

"Personne ne peut aller dans ce projet, sans un chÚque de l'Etat d'au moins 150 millions d'euros pour chaque compagnie, alors qu'il y a plus de 500 millions de dettes cumulées," estime-t-on de source syndicale.

Le Gouvernement a bien affirmé qu'il ferait sa part de l'effort, mais sans faire de cadeau. Nous ne connaissons pas la taille de l'enveloppe communiquée par le CIRI, aux potentiels investisseurs au sujet de la prise en charge de l'Etat.

Une chose est sûre : l'un des candidats ne l'estimait pas assez garnie, trÚs certainement.

Air Austral : les entrepreneurs réunionnais vont déposer une offre !

Alors qu'il ne reste que Tikehau Ace Capital encore en lice, la porte de sortie se veut plus individualiste sur l'Ile.

AprÚs la lettre d'intention adressée à la SEMATRA, par un pool d'investisseur réunionnais, une offre est attendue pour la seule Air Austral,dans les prochaines heures.

Pour le moment personne n'est en mesure de dĂ©voiler des noms, ni mĂȘme de dire les capacitĂ©s financiĂšres que reprĂ©sentent ces potentiels investisseurs.

"Il semblerait que l'offre soit substantielle, voire mĂȘme Ă©quivalente au prix du rachat des deux compagnies, autour de 75 millions d'euros. AprĂšs nous ne savons pas si l'Etat participera aussi au projet stand alone d'Air Austral," s'interroge une source syndicale.

Nous avons affaire lĂ , Ă  un tour de force historique, tant la procĂ©dure aura Ă©tĂ© accĂ©lĂ©rĂ©e. Fin dĂ©cembre 2021, le Monde rappelait que la banque Rothschild & Co mandatĂ©e pour constituer un tour de table d’investisseurs avait Ă©chouĂ© Ă  sa tache.

Trois mois plus tard, les mystérieux investisseurs faisaient la Une des médias iliens. A titre de comparaison, Outre mer R plane a mis 6 mois... pour reprendre Corsair !

Rappelons que le CIRI n'a eu de cesse d'appuyer pour une reprise groupée, afin de créer un pÎle ultra-marin fort, pour faire face à Air France et Air Caraïbes.

La fusion capitalistique ressemble de plus en plus Ă  une partie de billard.

D'autant que le projet secret poussĂ© par Huguette Bello, la prĂ©sidente de la RĂ©gion RĂ©union, pourrait aussi bien ĂȘtre politique que tactique, afin de nĂ©gocier une prise de participation plus importante de l'actuel actionnaire d'Air Austral dans la future holding.

Air Austral ne veut pas ĂȘtre avalĂ©e par Corsair

Il y a une hantise à la Réunion : celle de voir la compagnie locale avalée par Corsair.

"Le projet de fusion capitalistique ressemble trÚs clairement à une OPA de Corsair sur Air Austral. Tous les DOM-TOM ont leurs propres compagnies aériennes, les Réunionnais n'ont pas du tout envie de voir leur transporteur mangé tout cru."

Sauf que ce discours n'est pas audible dans les Antilles.

L'enjeu ne serait pas de mettre en avant l'une des compagnies au détriment de l'autre, avec un transporteur dédié aux liaisons avec la métropole, quand l'autre sera plus régional.

"C'est totalement faux ce qui est en jeu. Ce ne sont pas les 2 marques, mais le niveau de l’actionnariat dans la holding. Les deux compagnies et les deux marques vont rester," affirme un actionnaire antillais.

Avec la création de la holding, les parts des actionnaires seront inévitablement diluées, mais chacun veut conserver un certain pouvoir (de nuisance), pour conserver son pré-carré.

De plus, alors que les entrepreneurs antillais ont mis 30 millions d'euros de leur poche, ces derniers n'ont pas nécessairement envie de perdre leur mise, du moins pas à n'importe quel prix.

Dans ce mariage, il n'y a pas seulement une bataille politique et d'ego entre patrons qui se rĂȘvent en capitaines d'industrie, mais aussi une lutte d'influence pour tirer le plus gros lot possible ou limiter les dĂ©gĂąts pour prĂ©server un maximum de pouvoir.

Alors qu'il ne reste plus que deux mois pour présenter un plan de restructuration valide à l'Europe, Air Austral semble faire cavalier seul et joue un bras de fer dangereux quant à son avenir.

Pendant que chacun avance ses pions dans son coin, l'horloge tourne...

A lire sur le dossier Corsair - Air Austral :


Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 16714 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Boyer le 19/04/2022 19:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
Et bien maintenant c'est sûr : le remboursement des clients d'AIR AUSTRAL ne deviendra jamais une priorité. Adieu mes 2318 euros pour un voyage annulé par la compagnie !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitÎt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos MĂ©dias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias