TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


11e Congrès à Hammamet (Tunisie) : Selectour montre ses muscles !🔑

l'Editorial de Jean da Luz



Le 11e congrès Selectour qui vient de s’achever à Hammamet et qui a réuni près de 500 participants, a été une grande réussite. Organisé de main de maître mais finalisé au forceps pour cause de variant Omicron, il a été l’occasion pour Laurent Abitbol, président du Réseau, de montrer ses muscles et de mettre la pression sur ses partenaires transporteurs.


Rédigé par le Dimanche 5 Décembre 2021

S’il pousse jusqu’à la caricature le genre “c’était mieux avant”, en exigeant le retour au bon vieux temps des commissions aériennes, le président du groupe Marietton affiche la couleur : il veut que les agences soient mieux rémunérées lorsqu’elles vendent de la billetterie sèche./crédit JDL
S’il pousse jusqu’à la caricature le genre “c’était mieux avant”, en exigeant le retour au bon vieux temps des commissions aériennes, le président du groupe Marietton affiche la couleur : il veut que les agences soient mieux rémunérées lorsqu’elles vendent de la billetterie sèche./crédit JDL
Ils sont venus ils étaient (presque) tous là... Le 11e Congrès Selectour a tenu toutes ses promesses, même si sur les 547 participants prévus, seuls 463 étaient présents pour célébrer en grande pompe les 50 ans du réseau, avec un leitmotiv : "Un nouveau départ".

Le spectre de l’Omicron planait sur cet événement, déjà annulé à deux reprises.

Mais l’opiniâtreté et la force de conviction du patron du Réseau sont venues à bout des dernières hésitations et les "invités-stars" (Fabien Galthié, François Hollande, Michel Fugain et Jean-François Aulas) étaient bel et bien au rendez-vous.

Le charisme de Fabien Galthié a encore fait mouche

Valéry Muggeo, président de la Coopérative, a présenté la nouvelle école de vendeurs de Selectour /crédit JDL
Valéry Muggeo, président de la Coopérative, a présenté la nouvelle école de vendeurs de Selectour /crédit JDL
L’ancien président de la République, finement interviewé par notre confrère François-Xavier Izenic, excellent comme à son habitude dans ce type d’exercice, n’a éludé aucune question.

Pas même celle de Laurent Abitbol à propos de l’affaire du Scooter et de Julie Gayet...

Truculent, drôle et d’une grande simplicité, l’homme s’est prêté de bonne grâce aux questions-réponses des participants et aux nombreux selfies.

Il s'est laissé même aller aux confidences et a fini par avouer qu’il s’était toujours intéressé aux agents de voyages. Son père, oto-rhino de métier, avait investi (sans grand succès) au moment de sa retraite dans des agences de voyages.

Le charisme de Fabien Galthié a encore une fois fait mouche. Le sélectionneur national de rugby préféré de la gent féminine a expliqué comment gravir les montagnes et surmonter les handicaps, même quand la marche semble trop haute.

En connaisseur, Jean-Pierre Mas partage cette conviction. Le patron d'EdV revient sur le terrain dès ce lundi pour essayer de marquer un nouvel essai et faire bouger Bercy à propos du soutien dont la profession a plus que jamais besoin.

Petit bémol en revanche sur la prestation du patron de l’OL (J.-M. Aulas), grand manager certes, mais dont l'honnêteté intellectuelle ne m’a pas convaincu…

Entre deux provocs "esthétiques" de Jean-François Rial et trois coups de gueule de Jean-Pierre Nadir sur le thème de la RSE, Laurent Abitbol, tour à tour farfadet et électron libre, omniprésent à l’arrivée avant, pendant et après le congrès, a réussi une grande démonstration de force.

GIE ASHA pèse 50% du marché du retail dans le voyage en France

François Hollande et les professionnels du tourisme trinquent... comme d'habitude ? /crédit CE
François Hollande et les professionnels du tourisme trinquent... comme d'habitude ? /crédit CE
L’homme n’a pas la langue dans sa poche. Il sait jouer à merveille les naïfs et prêcher le faux pour savoir le vrai.

Élevé à la force du poignet du rang de petit caporal à général, il dispose maintenant de suffisamment de "divisions" pour mettre la pression à ses fournisseurs… et ne s'en prive pas. Avec des menaces à peine voilées. Notamment en direction des transporteurs aériens.

S’il n’obtient pas ce qu’il demande, il reprendra les commandes.(Ndlr -Ne siège-t-il pas déjà au Conseil de surveillance de Corsair ?)

S’il pousse jusqu’à la caricature le genre "c’était mieux avant", en exigeant le retour au bon vieux temps des commissions aériennes, le président du groupe Marietton affiche la couleur : il veut que les agences soient mieux rémunérées lorsqu’elles vendent de la billetterie sèche.

Et il en a les moyens. Message reçu 5/5 par Marc Rocher, patron d’Air Caraïbes, impressionnant de réalisme et jamais à court d’arguments.

La pandémie n’a pas affecté la bonne santé financière du Réseau dont "seulement" 54 agences ont tiré le rideau mais sans "incidence financière" car martèle-t-il : « Selectour est à l’équilibre et nous avons des millions d’euros en fonds propres. Et malgré la covid nous n’avons pas touché à cet argent ».

En revanche, le GIE ASHA (Selectour et Havas Voyages) pèse aujourd’hui 50% du marché du retail dans le voyage en France avec 6,437 M€ de volume d’affaires en 2019, ce qui en fait "le premier groupe français du voyage..."

Certares très intéressé par le tourisme en France

Henry Briance, directeur général de Certares Monde /crédit JDL)
Henry Briance, directeur général de Certares Monde /crédit JDL)
Pour mieux illustrer son propos, Laurent Abitbol révèle que le GIE représente aujourd’hui 7 % du trafic mondial de la compagnie Air France, soit 937 M€.

Et cette part de marché pourrait augmenter encore dans les mois qui viennent car l’entité signerait dans les semaines ou les mois à venir, une alliance stratégique avec un "grand GIE mondial."

Un coup de bluff ? Difficile à croire. Henri Briance, directeur général monde de Certares, le plus gros fonds d’investissement mondial dans le tourisme, n’en a pas perdu une miette. Il a été là jusqu’au dernier jour.

Preuve s’il en est de l’importance accordée par l’Américain à l’industrie française du tourisme. Victime d’un traducteur tunisien facétieux, il n’en a pas moins affiché la couleur.

“Oui, nous croyons aux agences de voyages traditionnelles et à leur valeur ajoutée. Nous entrons au capital de ces entreprises sans forcément vouloir en détenir la majorité ni les manager et nous y restons longtemps…”

Quant on sait que l’unité de compte du fonds d'Outre-Atlantique est le milliard, on comprend mieux le sérieux de la partie qui se joue actuellement pour obtenir la meilleure part de "gâteau" possible.

Un gâteau que Michel Fugain, prié de faire taire sa flamme au moment d’allumer les bougies, n’a guère apprécié... ni bissé !

Mais pour Selectour aujourd’hui : "C’est un beau roman, c’est une belle histoire…"

Jean Da Luz L'éditorial de Jean Da Luz Directeur de la rédaction - TourMaG.com
Voir tous les articles de Jean Da Luz
  • picto Facebook
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 3898 fois

Notez

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus














































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias