TourMaG.com, le média spécialiste du tourisme francophone


Ministre du Tourisme : Jean-Baptiste Lemoyne stop... ou encore ?

Jean-Baptiste Lemoyne, le ministre délégué au Tourisme pourrait rester au gouvernement



Quelques jours après les résultats de l'élection présidentielle, Jean-Baptiste Lemoyne, le ministre délégué au Tourisme a pris la parole, une dernière fois avant de laisser son bureau ministériel. Ce fut l'occasion de revenir sur le dernier Comité filière tourisme, l'APST ou encore la refonte d'Atout France. Il est revenu rappeler l'action du gouvernement et surtout faire un point sur une industrie en grande forme. Briguera-t-il à nouveau le poste ? Rien ne dit qu'il ne rempilera pas dans le nouvel organigramme...


Rédigé par le Mardi 26 Avril 2022

Jean-Baptiste Lemoyne, le ministre délégué au Tourisme pourrait rester au gouvernement - DR
Jean-Baptiste Lemoyne, le ministre délégué au Tourisme pourrait rester au gouvernement - DR
Jean-Baptiste Lemoyne est sorti de sa réserve en raison de l'entre-deux tours de la présidentielle 2022.

Alors que son candidat a remporté avec 58,54% des suffrages exprimés, le ministre délégué au tourisme a rapidement balayé l'hommage au nouveau président, pour se focaliser sur les dossiers en cours.

"C'est un grand motif de satisfaction.

Je tenais à faire ce point presse, suite à de nombreux rendez-vous importants qui ont eu lieu ces dernières semaines
", démarre l'actuel membre du gouvernement.

Le mercredi 27 avril 2022 pourrait être le point de bascule dans la transition vers un nouveau gouvernement, puisque se tiendra le dernier Conseil des ministres avec les équipes en place.

Avant de regarder à cette échéance, l'échange avec les journalistes spécialisés a débuté par l'arrivée de 12 personnalités au sein du conseil d'administration (CA) d'Atout France. Une volonté de l'actuel ministre.

Refonte des status d'Atout France, 360 000 emplois vacants (HCR)...

"Ces acteurs par leurs compétences dans le tourisme durable, le digital... peuvent beaucoup apporter au Conseil.

De Maud Bailly à Jean-François Rial, il est important que le CA ne soit pas qu'une instance formelle, mais stratégique sur la politique touristique de la France,
" affirme le ministre.

Les professionnels doivent apporter de l'expertise et de l'expérience aux techniciens.

Il en a aussi profité pour demander une révision des statuts, par la mise en place d'une synergie avec le Comité Filière Tourisme (CFT).

Ce n'est pas tout, car le plan b[Plan Destination France a permis d'ajouter des crédits additionnels, à hauteur de 8 millions d'euros pour Atout France.
A cette somme s'ajoutent les 9 millions débloqués pour promouvoir les métiers de la filière.

La campagne de communication sera opérationnelle dès cet été. Actuellement plus de 360 000 postes sont à pourvoir dans le secteur HCR, selon les derniers chiffres de Pôle Emploi.

Pour réenchanter cette filière, les organisations représentatives poursuivent leurs discussions notamment sur l'organisation du travail. De plus, les préfets pourront mener un certain nombre d'actions, ainsi que d'installer des commissions entre l'Etat et les Régions.

L'événementiel n'est lui aussi pas en reste, avec l'aide pour les stands, pour les visiteurs internationaux.

En guise de leitmotive à toute une industrie qui retrouve du dynamisme, Jean-Baptiste Lemoyne a expliqué que"nous voulons revenir dans la compétition."

"La France pourrait redevenir la 1ère destination ski au monde !"

Et ce retour se fait à vitesse grand V.

"Il y a une belle reprise, voire même un fort rebond. La saison de ski a été excellente.

Nous sommes en croissance sur tous les massifs, avec mêmes des records, comme +20% en Isère par rapport à 2019. La France pourrait redevenir n°1 mondiale dès cette année sur les destinations skis, alors que nous étions 3e.
"

L'embellie se poursuit, lors du week-end de Pâques et irrigue le printemps.

Les hôteliers s'attendent à une très belle saison. Le secteur reprend des couleurs, y compris dans des régions boudées jusque-là par les voyageurs, comme Paris qui affiche un taux d'occupation de 91,7% pour Pâques (+3,7 points par rapport à 2019).

"L'hôtellerie de plein air est à +24% de réservation par rapport à l'été d'avant crise sanitaire, voire même +30% sur les revenus prévisionnels. Logis Hotels a des taux impressionnant (résas en hausse de +37%).

L'aérien reprend lui aussi des couleurs,"
révèle le ministre délégué au Tourisme.

D'après la FNAM, l'offre sur le court et moyen-courrier devrait atteindre 100% des capacités prépandémiques, contre 90% sur le long-courrier.

La France se repositionne dans le paysage touristique mondial, puisque notre pays est le n°1 dans les désirs de voyages pour les Américains en Europe, comme les Espagnols, les Italiens ou encore les Belges.

Les résas de la distribution (EDV) toujours en baisses de 15% !

La dynamique est telle, que l'industrie pourra assez facilement se passer de la lucrative clientèle russe (600 000 voyageurs par an), à en croire les propos du ministre délégué.

Les professionnels ne parleront pas seulement anglais ou espagnol cet été. Nos compatriotes privilégieront eux aussi l'Hexagone à hauteur de 60% lors de la période estivale.

"C'est une exception européenne. Il va falloir se préparer à faire face à cette envie de vacances en France. Les zones urbaines sont de retour, en reprenant la 2e place à celles rurales.

Autre phénomène notable, l'itinérance est en hausse (+17%),
'".

Malgré tout, le rattrapage n'est pas total.

Du côté de la distribution, les volumes sont encore en retraits. Les Entreprises du Voyage annoncent un recul des réservations à hauteur de -15%, quand le voyage d'affaires est toujours en berne (-30%).

Le voyage est de retour, il n'y a plus de doute ou presque.

Une fois les statistiques énoncées et les satisfécit accordés, le ministre est revenu sur le quinquennat qui fermera prochainement ses portes, avant d'ouvrir un nouveau chapitre de la politique française.

"Il y a eu un réarmement de l'Etat, sur le tourisme, c'est un 1er acquis, puis nous avons structuré la filière, grâce au Comité Filière Tourisme.

Atout France qui était jusque là une variable d'ajustement, des budgets, nous avons obtenus une rallonge budgétaire et même la création de 40 postes,
" affirme Jean-Baptiste Lemoyne.

Jean-Baptiste Lemoyne de nouveau ministre ? "Pourquoi pas"

Après ce monologue pour justifier les actions du gouvernement et un bilan qui se veut positif, la suite a été plus brouillonne.

Concernant les aides et les PGE : Bruno Le Maire a mis en place un dispositif pour étaler et restructurer leurs dettes. Visiblement le futur gouvernement ne devrait rien changer, malgré les propos maladroits d'Emmanuel Macron durant le débat d'entre deux tours.

Le ministre de l'Economie a obtenu de la Banque de France que la note soit dégradée au cas par cas, il n'y aura pas de dégradation automatique.

Au sujet de l'APST pas de blocage de Bruxelles, dès lors qu'il y a des dispositifs nationaux, il y a un dialogue. Il a été notifié à l'instance européenne, la situation de la réassurance publique. Il n'y aurait pas à s'inquiétait sur ce dossier.

"Au regard de ce que j'ai pu partager avec Thierry Breton, il y a très clairement un mouvement général en Europe pour renforcer les garants," pense savoir Jean-Baptiste Lemoyne.

Alors que le président de la République s'active en coulisse pour trouver un 1er ministre qui rassemblera et ayant une fibre écolo, le futur gouvernement pourrait bien compter quelques têtes connues.

Faudra-t-il compter sur l'actuel ministre délégué du tourisme ? Son entourage nous répond "pourquoi pas".

"Nous avons noué des contacts tous ensembles et qui demeureront quoiqu'il arrive.

Les questions d'architecture (ministre du Tourisme, ndlr) sont importantes, mais c'est la volonté politique qui compte. C'est cela qui fait que les arbitrages sont pris de façon volontariste.
"

Et l'actuel membre du gouvernement de conclure de façon très dynamique et sans aucune pointe de nostalgie "à très bientôt." Au-delà du tourisme, l'ancien sénateur souhaite surtout obtenir un portefeuille.

Romain Pommier Publié par Romain Pommier Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Romain Pommier
  • picto Facebook
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 1963 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Pierre le 27/04/2022 10:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler
IL FAUT JUSTE TRAVERSER LA RUE !
Le tourisme , c’est bien mais cela ne veut rien dire on parle de tout et de n’importe quoi et on se glorifie souvent du nombre de visiteurs en France . En revanche en ce qui concerne les agences de voyages , cela ne l’intéresse pas plus que cela , j’ai encore vu hier soir Monsieur Lemoyne rentrer chez lui comme d’habitude en face de mon agence selectour sans avoir eu un seul regard pendant ces deux dernières années sur celle ci . Pas une seule visite , pas un seul sourire , pas un seul soutien . Notre quotidien et ses souffrances ne l’ont pas interpellé . Pourtant venir sur notre terrain n’était pas chose difficile , c’était en face de chez lui . Quelle compassion ! On aurait pu lui donner notre son de cloche , notre avis sur la question des aides et bien d’autres choses . Visiblement l’agence de voyages ne l’intéresse pas . Ce n’est pas assez important pour que l’on daigne y perdre 5 minutes de son temps de ministre . Démocrate oui mais sans élégance et sans panache !

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.
Signaler un abus












































TourMaG.com
  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • YouTube
  • LinkedIn
  • GooglePlay
  • appstore
  • Google News
  • Nos Médias
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • #PartezEnOutreMer
  • Partez en France
  • TravelManagerMaG
 
Site certifié ACPM, le tiers de confiance - la valeur des médias