TourMaG.com, 1er journal des professionnels du tourisme francophone


Emploi : après le burn-out voici... le brown-out !

Une perte de sens au travail



Aux côtés du burn-out - épuisement physique, émotionnel et mental lié au travail - et du bore-out - épuisement professionnel par l'ennui, une nouvelle pathologie liée au travail s'invite de plus en plus dans les entreprises : le brown-out. Il s’agit d’une baisse de l'engagement des collaborateurs résultant d'une perte de sens au travail, d'un manque de compréhension du pourquoi de leur mission et d'une absence de mise en perspective de leurs tâches. Le point sur cette pathologie avec Vincent Binétruy, directeur France du Top Employers Institute.


Rédigé par le Mercredi 31 Juillet 2019

Après le burn-out et le bore-out, le brown-out est  le syndrome de la perte de sens au travail. - Depositphotos
Après le burn-out et le bore-out, le brown-out est le syndrome de la perte de sens au travail. - Depositphotos
TourMaG.com - Qu’est-ce que le brown-out ?

Vincent Binétruy :
Le brown-out se traduit par le désengagement et la démotivation d’un collaborateur, alors qu’il reste tout à fait capable. Nous sommes dans une problématique de perte de sens, liée au fait que ce dernier effectue des tâches qu’il ne juge pas enrichissantes et stimulantes intellectuellement.

Il a du mal à se projeter car il n’arrive pas ou plus à comprendre ce qu’il fait au quotidien.

TourMaG.com - Quels sont les symptômes du brown-out ? Comment le détecter chez un collaborateur ?

V.B. :
C’est très compliqué de déceler cette pathologie, car contrairement au burn-out ou bore-out, les symptômes sont moins visibles. Son enveloppe corporelle sera là, mais pas son esprit.

Il va être en réunion, mais ne la suivra pas, à la machine à café il ne prendra pas part aux conversations. De manière générale, il sera peut-être un peu d’irritable, on sentira moins les frustrations que chez quelqu’un qui souffre de bore-out.

Il ne se préoccupera pas forcément de la qualité de son travail, le fera en dilettante.

TourMaG.com – Le terme de « brown-out » existe depuis peu ?

V.B:
Il est apparu après la publication du livre « Bullshit Jobs » de David Graeber, anthropologue et anarchiste, en août 2013. Il y dénonçait les métiers dits « à la con », des jobs qui n’ont aucun sens et qui frustrent les salariés.

En France, cela fait un ou deux ans qu’il a émergé.

TourMaG.com - Qui sont les personnes les plus concernées ?

V.B. :
Le Brown-out va principalement toucher des strates de la population éduqués, et notamment des jeunes générations qui se posent des questions sur le sens du travail. Tous les types de poste peuvent être concernés.

Vincent Binétruy, directeur France du Top Employers Institute. - DR Top Employers
Vincent Binétruy, directeur France du Top Employers Institute. - DR Top Employers
TourMaG.com - Quelles sont les pratiques mises en place pour répondre à ce phénomène ? Que faire pour inverser cette perte de sens ?

V.B :
Il est illusoire de penser que toutes nos missions ont du sens. Cependant, l’entreprise peut faire-valoir de nombreux éléments. Ecouter ses collaborateurs en mettant en place des enquêtes d’engagement régulières est la première étape.

Prendre le pouls des collaborateurs est hyper important. Dans les entreprises les plus investies sur cette question, le bonus des dirigeants est en partie intéressé sur le résultat de cette enquête.

De la même manière, il faut s’assurer de la cohérence entre l’expérience vécue au sein de l’entreprise et ce qu’on a promis à l’employé pendant la phase d’embauche.

Ensuite, traduire les valeurs de l’entreprise en éléments observables et mesurables permet de s’assurer que les collaborateurs aient les bons comportements.

Développer la confiance, l’autonomie, les responsabilisations des collaborateurs est également un point clé, ainsi que de les intégrer au calcul de leurs objectifs. Les faire participer, les rend plus impliqués. Idem, à la suite d’une enquête d’engagement il faut faire en sorte qu’ils deviennent moteurs.

Leur apporter du confort est également une réponse, à travers par exemple le télétravail. Il est nécessaire également de développer une vraie culture de la transparence.

Enfin, malgré les discours anxiogènes que l’on entend là-dessus, je pense que l’intelligence artificielle est un allié dans la lutte contre le brown-out. La technologie prend en charge les tâches répétitives, l’humain, lui, apporte son analyse, sa véritable valeur ajoutée.

Caroline Lelievre Publié par Caroline Lelievre Journaliste - TourMaG.com
Voir tous les articles de Caroline Lelievre
  • picto Twitter
  • picto Linkedin
  • picto email

Lu 70003 fois

Notez

Commentaires

1.Posté par Edouard le 02/08/2019 20:28
C'est tout à fait ça plus de clients, mais le manager qui regarde les relances qu on à fait le stress et me flicage pendant que ton chef reçoit des sms tous Le 5 mn et ça s'est perso ça perturbe un peu sur l agence

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter

Tous les commentaires discourtois, injurieux ou diffamatoires seront aussitôt supprimés par le modérateur.

Dans la même rubrique :
< >










QUARTIER LIBRE
vous offre

























  • Snapchat
  • Instagram
  • Twitter
  • Facebook
  • GooglePlay
  • appstore
  • DMCmag
  • Brochures en ligne
  •  La Travel Tech
  • Welcome To The Travel
  • AirMaG
  • Futuroscopie
  • CruiseMaG
  • Voyages Responsables
  • CampingMag
  • Partez en France
  • Partez en France
  • Ditex
 
Site certifié ACPM l'Alliance